Mondociné

USS GREYHOUND – LA BATAILLE DE L’ATLANTIQUE de Aaron Schneider : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Greyhound
Père : Aaron Schneider
Date de naissance : 2019
Majorité : 10 juillet 2020
Type : Disponible sur Apple TV
Nationalité : USA
Taille : 1h31 / Poids : NC
Genre : Guerre, Action

Livret de famille : Tom Hanks, Elisabeth Shue, Stephen Graham…

Signes particuliers : Imparfait mais suffisamment efficace pour tenir en haleine.

TOM HANKS PART À LA PÊCHE AU SOUS-MARIN ALLEMAND

NOTRE AVIS SUR GREYHOUND

Synopsis : Durant la Seconde Guerre mondiale, un militaire de la Navy commande le Greyhound.


S’il est à n’en pas douter l’un des acteurs les plus célèbres au monde, fort d’une filmographie aussi riche que passionnante, Tom Hanks est moins connu pour ses tentatives derrière la caméra. Mais moins connu ne veut pas dire néophyte. Deux longs-métrages (dont That Thing You Do) et quelques bricoles pour la télévision (dont un épisode de Band of Brothers et la série De la Terre à la Lune sur le programme Apollo) en tant que scénariste et/ou réalisateur constituent l’essentiel de ses faits d’arme. A eux vient s’ajouter aujourd’hui USS Greyhound, un film de guerre sur la bataille de l’Atlantique qui, entre 1939 et 1945, a vu les Alliés et les Allemands s’affronter sur les eaux de l’océan. USS Greyhound est distribué sous la bannière Apple TV, concurrent du surpuissant Netflix, la pandémie ayant sabré sa sortie en salles initialement annoncée. Si Tom Hanks n’en est pas le réalisateur (le poste est occupé par Aaron Schneider dont c’est là le second long-métrage après Le Grand Jour), le comédien a en revanche signé le scénario de cette production ambitieuse aux allures de blockbuster. Le film retrace l’histoire (fictive mais représentative) d’un destroyer de la Navy américaine accompagnant un convoi de navires Alliés parti ravitailler Liverpool. En chemin, les sous-marins U-Boots allemands vont tout faire pour leur barrer la route. Une guerre maritime des armes et des nerfs.

Comme son destroyer fortement chahuté par les eaux dangereuses et déchaînées de l’Atlantique, USS Greyhound est secoué par les vents tempétueux de ses qualités et défauts, rendant l’édifice instable malgré une vaillance qui lui permet d’avancer pour accomplir non sans peine sa mission. Au rayon des qualités, on citera Tom Hanks bien sûr, qui même s’il en fait parfois un peu trop au risque de caricaturer son jeu habituel, ne démérite pas et apporte un peu de densité émotionnelle au film. Ensuite, la mise en scène d’Aaron Schneider, certes loin d’être renversante, mais qui essaie de se donner un peu de personnalité à travers des effets de nervosité (au numérique un peu trop visible) et une photographie très immersive. Et pour finir, une précision presque documentaire du monde la marine dans des dialogues pointus d’une crédibilité presque maladive.

Malheureusement, là où le film pèche, c’est dans son écriture assez limitée. Outre son manichéisme à la limite compréhensible car en rendant l’ennemi invisible il accroît l’intensité de l’expérience immersive, USS Greyhound ne raconte pas grand-chose au-delà d’un effet d’anecdote, souffrant d’un manque de consistance narrative tant dans l’histoire que dans l’élaboration maladroite de ses personnages. Reste un bon film d’action, parfois stressant voire claustrophobique (à l’image de cette scène de chasse au U-Boot – le meilleur passage), qui maîtrise bien son suspens et tient bon le cap sur les eaux du film de guerre naval. Une chose est sûre, il aurait sans aucun doute été plus efficace sur grand écran compte tenu de ses ambitions et de son formalisme.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux