Mondociné

LES ÉBLOUIS de Sarah Suco : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Les Eblouis
Mère : Sarah Suco
Date de naissance : 2019
Majorité : 20 novembre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h38 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : Céleste Brunnquell, Camille Cottin, Jean-Pierre Darroussin, Eric Caravaca…

Signes particuliers : Un premier film remarquable.

RAMZY À CONTRE-EMPLOI

NOTRE AVIS SUR LES ÉBLOUIS

Synopsis : Camille, 12 ans, passionnée de cirque, est l’aînée d’une famille nombreuse. Un jour, ses parents intègrent une communauté religieuse basée sur le partage et la solidarité dans laquelle ils s’investissent pleinement. La jeune fille doit accepter un mode de vie qui remet en question ses envies et ses propres tourments. Peu à peu, l’embrigadement devient sectaire. Camille va devoir se battre pour affirmer sa liberté et sauver ses frères et sœurs.

Pour son premier long-métrage en tant que réalisatrice, la comédienne Sarah Suco s’intéresse à la dangerosité sectaire à travers l’histoire d’une famille qui glisse peu à peu dans l’embrigadement. La famille Lourmel a presque tout pour elle. Un appartement, trois beaux enfants, pas plus de problèmes que la plupart des autres familles dites normales… Mais il suffira d’une rencontre au détour d’un état de fragilité pour tout déstabiliser. Lentement mais sûrement, les parents se laissent embarquer dans la communauté religieuse de la Colombe, dirigée par un « berger » aussi doux en façade qu’intransigeant en coulisses. Avec eux, ils entraîneront leurs enfants dans une spirale effrayante et anxiogène, sans rien voir de leur basculement car trop aveuglés par leur soumission aux règles indiscutables du mouvement religieux dogmatique.
Sans jugement envers ses personnages et sans manichéisme forçant le regard du spectateur, Sarah Suco signe un drame qui analyse intelligemment les mécanismes d’un embrigadement, de la manière dont s’installe une emprise sourde à l’établissement d’une domination mentale obscurantiste. Sarah Suco a vécu cela étant jeune alors que sa famille vivait au sein d’une communauté religieuse, et c’est probablement parce qu’elle sait très bien de quoi elle parle, que Les Éblouis est si fort, si authentique, si pertinent du haut de son juste recul porté sur son sujet délicat. Incarné par d’excellents comédiens, de Camille Cottin en mère catho à Jean-Pierre Darroussin en gourou inquiétant en passant par la formidable Céleste Brunnquell en jeune fille piégée, le film de Sarah Suco est une remarquable étude sur la violence psychologique opérée par les sectes et leurs « gourous », si habiles pour persuader, induire, manipuler, pousser à l’auto-culpabilisation. Tour à tour sensible ou inquiétant, Les Éblouis ne sombre jamais dans la caricature de son sujet et c’est ce qui le rend vraiment passionnant, poignant et édifiant.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux