Mondociné

ENRAGÉ de Derrick Borte : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs



Carte d’identité :
Nom : Unhinged
Père : Derrick Borte
Date de naissance : 2019
Majorité : 19 août 2020
Type : sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h59 / Poids : NC
Genre : Thriller, Action

 

Livret de famille : Russell Crowe, Caren Pistorius, Gabriel Bateman…

Signes particuliers : Un DTV de luxe.

NE JAMAIS KLAXONNER RUSSELL CROWE

NOTRE AVIS SUR ENRAGÉ

Synopsis : Mauvaise journée pour Rachel : en retard pour conduire son fils à l’école, elle se retrouve coincée au feu derrière une voiture qui ne redémarre pas. Perdant patience, elle klaxonne et passe devant. Quelques mètres plus loin, le même pick up s’arrête à son niveau. Son conducteur la somme de s’excuser, mais elle refuse. Furieux, il commence à la suivre… La journée de Rachel se transforme en véritable cauchemar.

Il y a peu, la presse people et sa pathétique avidité de « scoop chocs » s’inquiétait de la dérive physique de Russell Crowe à grands renforts de clichés le montrant proche de l’obésité. Cette prise de poids massive avait une explication pourtant toute simple : Enragé. Dans cette nouvelle réalisation de Derrick Borte, le « gladiator » Russell Crowe incarne un homme acculé qui perd pied, au point de se lancer dans une croisade meurtrière contre une jeune mère (Caren Pistorius) qui vient d’avoir le malheur de le klaxonner à un feu rouge.

Sorte de cousin éloigné de Duel et Chute Libre, Enragé est un thriller d’action qui n’épouse pas le point de vue d’un homme qui bascule (comme c’était le cas de Michael Douglas) mais celui d’une victime de ce déséquilibré acharné prêt à ne pas la lâcher tant qu’il n’obtiendra pas d’excuses suffisamment crédibles à ses yeux de fou furieux aveuglé par sa folie. Mais là où Joel Schumacher glissait un propos social aux contours de son drame, sur la société oppressante qui avait fini par écraser un homme normal, Enragé est plus lapidaire, plus basique, moins malin. Derrick Borte ne va pas faire dans la finesse et se contente d’une série B vengeresse narrant une course-poursuite entre un chat enragé et une souris affolée. Plus Duel donc ? Oui et non, car contrairement à Spielberg qui avait le choix fort du mystère total pour rendre l’expérience plus stressante, Enragé fait dans l’explicatif tellement simpliste que son film pourrait se résumer à un quart de post-it usagé.

Conduit tambour battant avec un maximum de scènes sensationnalistes destinées à booster le rythme du film voulu trépidant, le thriller de Derrick Borte coche les cases du divertissement haletant ambitionnant de faire frémir d’angoisse son audience soumise au suspens. Si suspens il y a. Car malheureusement, l’ennui avec Enragé, c’est son manque d’ambition. Derrick Borte n’essaie jamais d’aller plus loin que la simple série B comme on en voit des tonnes chaque année, et son Enragé n’a pas vraiment d’arguments pour se différencier de toute la production qui alimente joyeusement le marché du DTV et des plateformes de streaming. A moins de considérer Russell Crowe comme un argument en soi. Sauf que l’excellent comédien qu’il est, surnage à peine dans un rôle où il cabotine jusqu’à la caricature.

Parce qu’il a préféré jouer la carte de l’action lambda au lieu du suspens insoutenable, Enragé n’est au final ni foncièrement bon ni fondamentalement mauvais, il est surtout terriblement anecdotique et se consomme comme un « produit » quelconque, sorte d’instantané à peine vu, à peine digéré, à peine oublié. D’autant que son déroulé extrêmement prévisible ne pousse pas vraiment à l’excitation stimulante.

BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux