Mondociné

UN BEAU MATIN de Mia Hansen-Løve : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs


Nom : Un Beau Matin
Père : Mia Hansen-Løve
Date de naissance : 2021
Majorité : 05 octobre 2022
Type : sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h52 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de Famille : Léa SeydouxPascal GreggoryMelvil Poupaud

Signes particuliers : Une grande Léa Seydoux sous l’œil de la caméra très juste de Mia Hansen-Love. 

Synopsis : Sandra, jeune mère qui élève seule sa fille, rend souvent visite à son père malade, Georg. Alors qu’elle s’engage avec sa famille dans un parcours du combattant pour le faire soigner, Sandra fait la rencontre de Clément, un ami perdu de vue depuis longtemps…

LA VIE ET RIEN D’AUTRE

NOTRE AVIS SUR UN BEAU MATIN

Léa Seydoux, Melvil Poupaud et Pascal Greggory sous l’œil de la caméra portraitiste de Mia Hansen-Løve. La distribution de Un Beau Matin était alléchante. La concrétisation de cette réunion étoilée transforme l’essai, donnant lieu à un beau drame balancé entre mélancolie et lumière.

 

Mia Hansen-Løve s’est toujours montrée douée pour dessiner des personnages de cinéma très ancré dans le réel. De même qu’elle a déjà su se montrer très adroite pour filmer les soubresauts de l’amour et ses difficultés (L’Avenir). Avec Un Beau Matin, la réalisatrice ouvre une fenêtre pleine de tendresse et de sensibilité sur la vie de Sandra, mère veuve habituée à sa solitude. Quand elle recroise la route de Clément, un vieil ami un peu perdu de vue, l’amour jaillit. Mais Clément est marié et père. Sandra « connaît sa situation » mais s’en accommode. Elle va toutefois devoir gérer cette relation qui lui fait autant de bien que de mal, et parallèlement le sort de son père malade qui doit entrer en Ehpad. Une Sandra magistralement incarnée par une Léa Seydoux qui, quoiqu’en dise les mauvaises langues, est décidément une sacrée grande comédienne.

En dressant le bilan du film, on se demande un instant de quoi parle vraiment Mia Hansen-Løve avec ce nouveau long-métrage. De rien. Et de tout à la fois. De rien car cette chronique est finalement une tranche de vie presque banale, sa Sandra de cinéma ne vivant rien de vraiment exceptionnel qui aurait mérité d’être raconté. Mais dans le même temps, elle parle de tout avec ce « rien », car la cinéaste capte un morceau de vie avec ces banalités qui le composent et qui font battre son cœur. De ces apparentes banalités naissent des thématiques. La solitude, la parentalité, la passion amoureuse, l’angoisse de vieillir, la maladie, la peur de perdre ses aînés, comment gérer leur fin de vie, ce que cela nous renvoie à nous personnellement. Et voilà que le vase vide est bien plein. Plein d’idées, de sujets, d’émotion, d’images transpirant l’authenticité. Il ne manque qu’un peu de puissance pour en faire un grand film. Tirant une forme de poésie dans son épure (formelle et narrative), Un Beau Matin est une jolie chronique sur la vie qui file. Elle passe et un beau matin…

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux