Mondociné

MEANDRE de Mathieu Turi : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

 

Carte d’identité :

Nom : Méandre
Père : Mathieu Turi
Date de naissance : 2020
Majorité : 26 mai 2021
Type : sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h30 / Poids : NC
Genre : Epouvante, Thriller

Livret de Famille : Gaia Weiss, Peter Franzen, Romane Libert…

Signes particuliers : Un second long-métrage en demi-teinte pour le talentueux Mathieu Turi.

 

NOTRE AVIS SUR MEANDRE

SUSPENS A PLEIN TUBE

Synopsis : Une jeune femme se réveille dans un tube rempli de pièges mortels. Pour ne pas mourir, elle devra constamment avancer…

On avait découvert Mathieu Turi avec Hostile (2018), film d’horreur à consonance post-apocalyptique qui, malgré ses petits moyens, s’était imposé comme une belle réussite maligne, flippante et bien troussée. Deux ans plus tard, le jeune réalisateur cannois enchaîne avec Méandre, un second long-métrage qui partage pas mal de similitudes avec son premier. Les deux sont des films un peu concept, les deux sont des survival, les deux voient une femme immobilisée, piégée et contrainte de devoir survivre face à une menace, les deux se déroulent quasi dans un lieu unique. Dans Hostile, Juliette avait un accident de voiture et se retrouvait coincée dans le véhicule en pleine nuit à devoir lutter contre des créatures menaçantes. Dans Méandre, une jeune femme se réveille coincée dans un tube rempli de pièges mortels. Pour ne pas mourir, elle devra constamment avancer…
Avec Méandre, Mathieu Turi confirme qu’il est bourré de talent. En témoigne sa mise en scène inspirée qui permet de déjouer les obstacles qui se présentaient face à lui, à la fois ceux du huis clos ramassant l’action dans un lieu unique et dans le même temps, ceux issus d’un budget une nouvelle fois aussi étroit que le cadre de l’action – et que Turi parvient à faire oublier un peu à la manière de Vincenzo Natali sur Cube (1997). Mais justement, Cube… parlons-en. Le film est une référence qu’il est impossible d’occulter durant toute l’expérience, et ce même si Turi n’en a jamais fait une inspiration directe puisqu’il cite plus volontiers certains jeux vidéos, une scène du Aliens de James Cameron, Terminator ou encore Gravity. Néanmoins, le concept même de Méandre renvoie à Cube. Et à ce petit jeu de la comparaison, Méandre n’en ressort pas forcément gagnant. S’il est un divertissement haletant et correctement édifié, reste que Mathieu Turi n’arrive pas à lui injecter l’adrénaline et la tension qui germaient à chaque instant du classique de Natali. Peut-être parce que son personnage principal est trop fade (d’autant que la métaphore sur la vie est lourde et peu utile). Peut-être aussi (voire surtout) parce que le film n’est pas assez surprenant. Son côté ludique amuse mais il n’en reste pas la sensation d’un coup d’éclat hyper malin.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux