Mondociné

LUCKY d’Olivier Van Hoofstadt : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Lucky
Père : Olivier Van Hoofstadt
Date de naissance : 2019
Majorité : 26 février 2020
Type : Sortie en salles
Nationalité : France, Belgique
Taille : 1h26 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Michaël Youn, Alban Ivanov, Florence Foresti, Esteban, François Berléand…

Signes particuliers : Une comédie au ton original.

LE RETOUR DU RÉALISATEUR DE DIKKENEK

NOTRE AVIS SUR LUCKY

Synopsis : Pour s’en sortir financièrement, Willy et son pote Tony, endettés de naissance, ont une idée de génie : voler un chien de la brigade des stups. Mais, les choses ne se passent pas tout à fait comme ils l’avaient prévu. La seule solution : s’associer avec Caro, une flic totalement corrompue.

Fort du succès de Dikkenek, délire belge devenue culte pour beaucoup, Olivier Van Hoofstadt (à vos souhaits) avait rapidement enchaîné avec son second long-métrage, Go Fast, sorti à peine deux ans après. Mais depuis, plus rien. Pour autant, le réalisateur n’a pas chômé. Deux longs écrits aux États-Unis et en Espagne, quelques courts-métrages ambitieux (A/k) et une centaine de pubs plus tard, le voilà qui revient enfin avec son troisième film… 12 ans après ! Coproduction entre la France et la Belgique, Lucky est une nouvelle farce barrée tournée comme un film d’action, dont la particularité est d’importer le ton de la comédie sur les codes du polar. Ou l’inverse, au choix. Le résultat donne lieu à quelque chose de différent, loin de ce que l’on pourrait penser sur le papier en découvrant le casting composé de Florence Foresti, Michael Youn et Alban Ivanov.

Ce que l’on aime avec Olivier Van Hoofstadt et les cinéastes dans son genre, c’est qu’ils arrivent toujours avec des propositions dotée d’un vrai univers original. Ainsi, Lucky ne ressemble pas aux éternelles balourdises du cinéma français et c’est justement sa différence qui fait au final toute sa force. Mariant les genres avec habileté tout en revendiquant la comédie comme étendard d’attaque, Lucky a pour lui cette truculence qui rappelle Dikkenek, cette efficacité et ce caractère qui illustraient Go Fast. Contrecoup de ce choix d’un ton déjanté plus que l’immédiateté de gags faciles, le film ne déclenche pas forcément des rires en rafale et amuse plus qu’il ne fait vraiment marrer. Mais au moins, on y appréciera la volonté de faire autre chose même si, dans un registre peu ou proue similaire, le Rebelles d’Allan Mauduit était plus réussi, mieux équilibré, et surtout bien plus barré. Porté par des comédiens en forme, Michael Youn et Alban Ivanov formant un super duo de loosers derrière une Foresti géniale en flic corrompue jusqu’à la moelle, Lucky est une distraction sympathique, que l’on aurait juste aimé encore plus folle et fun, car elle semble parfois avancer avec le frein à main enclenché.

BANDE-ANNONCE :

Par Wilfried Rennahan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux