UN PROFIL POUR DEUX de Stéphane Robelin : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article

un_profil_pour_deux afficheMondomètre
note 0 -5
Carte d’identité :
Nom : Un profil pour deux
Père : Stéphane Robelin
Date de naissance : 2016
Majorité : 12 avril 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h40 / Poids : NC
Genre : Comédie
romantique

Livret de famille : Pierre Richard, Yaniss Lespert, Fanny Valette…

Signes particuliers : Plus que dispensable.

ENNUI QUAND TU NOUS TIENS…

LA CRITIQUE DE UN PROFIL POUR DEUX

Résumé : Pierre, veuf et retraité, ne sort plus de chez lui depuis deux ans. Il découvre les joies d’internet grâce à Alex, un jeune homme embauché par sa fille pour lui enseigner les rudiments de l’informatique. Sur un site de rencontre, une ravissante jeune femme, Flora63, séduite par le romantisme de Pierre, lui propose un premier rendez-vous. Amoureux, Pierre revit. Mais sur son profil il a mis une photo d’Alex et non la sienne. Pierre doit alors convaincre le jeune homme de rencontrer Flora à sa place.un profil pour deux 3

Parce qu’il représente une grande partie de notre enfance, parce qu’il représente une grande page de la comédie française, et parce qu’il a toujours eu capital sympathique au-delà du concevable, c’est toujours une joie de retrouver Pierre Richard, le plus grand gaffeur de l’histoire du cinéma français, aux côtés de Bourvil. Avec Un Profil pour Deux, le célèbre grand blond qui a abandonné sa chaussure noire, retrouve le réalisateur Stéphane Robelin, cinq ans après Et si on vivait tous ensemble ?, pour une comédie romantique où il partage l’affiche avec deux jeunes acteurs de la nouvelle génération, Fanny Valette et Yaniss Lespert (frère de Jalil).un profil pour deux film

Il est des films comme ça, que l’on ne comprend pas, que l’on n’explique pas. Des projets tellement surréalistes d’inutilité, que l’on en vient à se demander comment ils ont pu se monter. Un Profil pour Deux en fait tristement parti. A la croisée de la comédie dramatique et de la romance, Stéphane Robelin déroule son film avec une paresse sidérante, ne trouvant jamais où et comment ancrer son affaire, ne parvenant jamais à l’arrimer à quelque chose qui le tirerait vers l’avant. Statique et aussi terne que son acteur principal (un Yasniss Lespert armé d’un charisme d’huître et exaspérant d’inexpressivité), Un Profil pour Deux ne croise jamais la route du charme qu’il voudrait épouser, s’applique à s’enliser dans un ennui monstrueux, et se fait un point d’honneur hallucinant à éviter toutes les bonnes idées qui auraient pu l’aider à s’élever vers la truculence. Rien ne fonctionne dans cette comédie romantique totalement loupée. Drôle ? Pas une seconde. Romantique ? Même pas, l’enchantement ne prenant jamais dans ce récit engourdi dans sa désespérante monotonie. Et en toile de fond, un étrange ton mélancolique vient s’ajouter sans que l’on ne sache jamais s’il est une conséquence des maladresses du scénario ou une volonté ratée d’insuffler un ton différent au genre. Malgré une légère réflexion sur la vieillesse et la solitude, Un Profil pour Deux n’est que vide et molle inertie, médiocre élucubration dénuée d’intérêt et remplie de fausses bonnes idées, affichant de surcroît, une légère prétention maladroitement masquée. Sans doute l’un des pires films depuis le début de l’année.

BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.