LE TRIANGLE DU DIABLE de Sutton Roley : la critique du film [DVD]
Sortie DVD

Partagez cet article

le_triangle_du_diable_dvdMondo-mètre :
note 2.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Satan’s Triangle
Père : Sutton Roley
Date de naissance : 1975
Majorité : 18 octobre 2016
Type : Sortie DVD
Nationalité : États-Unis
Taille/Poids : 1h14 / Budget N.C.

Livret de famille : Kim Novak (Eva), Doug Mcclure (Haig), Alejandro Rey (Père Martin), Ed Lauter (Strickland), Jim Davis (Hal), Michael Conrad (Pagnolini)…

Signes particuliers : Le film culte pour toute une génération de spectateurs l’ayant découvert dans un contexte atypique, est enfin disponible en DVD, fort d’un nouveau master restauré !

 

LE DIABLE S’HABILLE EN BERMUDA

LA CRITIQUE DE LE TRIANGLE DU DIABLE

Résumé : Un hélicoptère de sauvetage en mer vient en aide à un voilier en difficulté. Mais une fois à bord, les secours ne trouvent que des corps. Seule une femme a survécu…

Téléfilm culte pour toute une génération, Le Triangle du Diable attise encore les passions nostalgiques aujourd’hui. Une diffusion un dimanche soir sur TF1 en 1979 (et non un dimanche après-midi comme la légende l’affirme) aura suffi à faire de cette modeste fiction à petit budget produite par ABC, un titre synonyme de terreur et cauchemar. On se demande bien, avec le recul, ce qui a pu prendre aux dirigeants de la première chaîne française, pas encore privatisée à l’époque, pour passer cette obscure péloche à une heure de grande écoute, alors que nombre de parents et enfants étaient devant leur poste de télévision. Réalisé par Sutton Roley, metteur en scène qui aura longtemps officié pour la petite lucarne entre séries et fictions, Le Triangle du Diable n’est ni plus ni moins qu’un film à suspens virant vers l’horreur, avec pour caution de luxe agrémentant sa distribution, la célèbre Kim Novak du Vertigo d’Hitchcock.

Aujourd’hui, plusieurs dizaines d’années ont passé. Redécouvrir ce Triangle du Diable a peu de chance de procurer la même sensation qu’en son temps. Les mœurs ont évolué, les codes de la frayeur aussi, et ce qui a pu passer pour un authentique choc terrifiant à l’époque, risque bien de faire l’effet d’un pétard mouillé. Et pour ceux qui ont jadis vécu le traumatisme, comme bon nombre d’enfants il y a 33 ans, mieux vaut certainement garder cette madeleine de Proust intacte dans un coin de son imaginaire plutôt que de faire tomber un mythe en prenant le risque d’une déception.

Car en fin de compte et avec le recul, Le Triangle du Diable est une piètre fiction, rappelant les sombres bien cheap des séries B italiennes d’antan. Relativement mal filmé, ce huis-clos assez court sur pattes (1h10 environ) à bord d’un voilier à la dérive, en grande majorité tenu par deux personnages dans l’attente d’un retour des secours, s’appuie essentiellement sur un script malin qui s’applique à étirer un pitch assez sommaire le plus longtemps possible, grâce à une astuce narrative légèrement frelatée consistant à revisiter les évènements passés selon deux possibilités d’interprétation. Servi par des comédiens assez désastreux, dont une Kim Novak qui n’a jamais brillé par ses formidables talents d’actrice (n’en déplaise au maître Hitchcock) et un Doug McClure au charisme de moule, la fiction de Sutton Roley meuble le plus longtemps possible. Dans l’attente de quoi ? Tout simplement de son final, l’explication au statut  « culte » de l’œuvre. Un final qui, en effet, a pu surprendre et choquer pas mal de jeunes pousses impressionnables en 1979. Un final que nous nous garderons bien de dévoiler au cas où, tant il est le seul intérêt à l’affaire. Aujourd’hui, l’impact du Triangle du Diable n’est plus le même, et ce final choc si attendu, se voit venir à des kilomètres nautiques, certainement par habitude d’années de twists foireux proposés par le cinéma de genre. Mais l’on peut aisément comprendre que le jeune public de la fin des années 70, ait pu être surpris et traumatisé, d’autant que le film s’acharnait à installer une ambiance assez poisseuse et malsaine, bien aidé par son manque de moyens évident.

Vu d’aujourd’hui, Le Triangle du Diable vaut plus pour l’anecdote qui entoure sa découverte il y a 37 ans, que pour ses réelles qualités esthétiques et narratives, même si, dans le fond, la sincérité qui semble s’en dégager au-delà de la roublardise du récit, lui confère un petit quelque chose de pas déplaisant. Et puis il y a cette fin, certes prévisible pour certains, mais dont on reconnaîtra le caractère bien fichu. Enfin, Le Triangle du Diable a aussi le mérite d’appartenir à cette trop petite poignée de longs-métrages ayant traité du fameux et mystérieux Triangle des Bermudes. Les tentatives ne sont pas légion au cinéma. Étonnant vu les possibilités…

LE DVD DU FILM

Inédit en vidéo dans une immense majorité de pays du monde, Le Triangle du Diable débarque enfin en DVD en France grâce à l’éditeur Showshank Films. Une excellente initiative que bien des fans salueront. D’autant que l’éditeur ne s’est pas contenté de seulement pondre une galette contenant le film. Pour parfaire cette sortie attendue par beaucoup, un petit lot de suppléments viennent compléter le long-métrage. Jérôme Wybon (auteur de Nos Années Temps X) revient tout d’abord sur cette fameuse diffusion décriée sur TF1 en 1979, un module présente le film avant et après sa restauration et enfin, le générique d’époque vient parachever ce modestes bonus !

Bande-annonce :

AVEZ-VOUS VU ? :

8 commentaires à propos de “LE TRIANGLE DU DIABLE de Sutton Roley : la critique du film [DVD]
Sortie DVD

  1. je souhaiterai simplement en préambule connaître celui qui en 44 lignes c’est fait plaisir en démolissant le film de Sutton Rolley de 1975. Je ne vois pas bien l’intérêt de faire de l’analyse à 2 euros pour donner l’impression d’avoir compris le 7ieme art. Certes ce film n’est peut être pas un chef d’œuvre, mais si on commence à commenter tous les films qui ont vieillis depuis 40 ans je pense que ce monsieur aurait fort à faire. D’autre part je conserve de ce film un excellent souvenir avec une idée original, du suspense et un scénario à ranger dans le rayon des films fantastiques. Aujourd’hui ceux qui écrivent pour la télé ou le cinéma ne proposent que des flics, des meurtres avec des histoires qui sont toujours les mêmes sans aucune originalité. A cette époque que se soit au cinéma ou à la télévision l’imagination des scénarios était beaucoup plus riche. je suis né en 1964 et j’avais 15 ans l’ors de sa diffusion,je conserve de ce film un souvenir agréable avec de l’angoisse, mais juste ce qu’il faut pour maintenir un spectateur en éveille. Je pense qu’ il mériterait peut être un remake mais pas une critique négative.

    • Ce film m à profondément marqué….car tromatise de très longues années…j avais 10/11 ans.un peut plus tard j’ai ressenti les mêmes frissons en voyant sur grand écran en plein air Le masque du démon qui est un film culte.a 14 ansc est effrayant… j’ai 47 ans et constaté aujourd’hui des mises en garde pour le jeune publique très très largement sous évalué…bien suivant un film et surtout des série déconseillé aux moins de 10 ans ou l on y voit cadavres,autopsyes

  2. Pareil pour moi : traumatisée par ce film et surtout par l’image de fin !
    J’ai fait une poussée de fièvre la nuit qui a suivi et j’ai fini tremblante dans le lit de mes parents… j’avais 8 ans et effectivement, je me demande bien ce qui a pris à une chaîne de passer ça à une heure de grande écoute.
    Je pensais moi aussi que c’était en après-midi car mes parents ne me laissaient pas regarder la TV le soir… bizarre…

    • Bonsoir, moi aussi j’ai été traumatisé par ce film(je suis né en 1969), que mon frère et moi avions regardé à l’insu de nos parents, sans nous douter de ce qui nous attendait !!!….Pour moi, la pire image, avec mes yeux d’enfant de l’époque(qui trouvait effrayant Croquetou, le renard d’ « Aglaé et Sidonie », alors que c »était une peluche articulée, vous allez comprendre ma vision horrifiée du film « Le triangle du diable » !), a été le visage démoniaque souriant de Kim Novak, dans l’hélicoptère; dans ma mémoire, je le revois toujours plus effrayant.

  3. Petite précision: tous les internautes situent la 1ère diffusion du « triangle du diable » un dimanche après-midi de 1979.
    Errata! Il fut diffusé sur tf1 le 11 novembre 1975 à 20h30.
    J’avais 10 ans et ,n’ayant pas la télé ( à l’époque) je l’avais vu chez mon voisin ( et copain). Sa mère nous a coupé la fin ( dans l’hélico au moment de la transformation)car nous étions vraiment impressionnés.
    Sur fr3, le même soir, était diffusé le western de john sturges ,  » fort bravo » ( william holden).

    • Précision intéressante Gael. Voilà qui remet les choses à sa place. Merci de nous l’avoir fait partagé ainsi que ton souvenir de cette découverte.

  4. Je fais partie des gamins de cette génération née en 1970 qui ont été traumatisé par ce film.
    C’est sur qu’aujourd’hui cela doit faire rire les gamins nourris à l’ultra violence!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.