LA VALLÉE DES LOUPS de Jean-Michel Bertrand : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

la-vallee-des-loupsMondo-mètre
note 3.5 -5
Carte d’identité :
Nom : La vallée des loups
Père : Jean-Michel Bertrand
Date de naissance : 2016
Majorité : 04 janvier 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h30 / Poids : NC
Genre : Documentaire

Livret de famille : Jean-Michel Bertrand…

Signes particuliers : Un superbe documentaire engagé et engageant.

LÀ-HAUT, DANS LA MONTAGNE, LES LOUPS SAUVAGES…

LA CRITIQUE DE LA VALLÉE DES LOUPS

Résumé : Il existe encore aujourd’hui en France des territoires secrets. Ce film est une quête personnelle, l’histoire d’un pari fou tenté par un passionné rêveur, un anti héros capable de briser toutes les barrières pour parvenir à son but : rencontrer des loups sauvages dans leur milieu naturel. Après trois années passées sur le terrain à bivouaquer en pleine nature par n’importe quel temps, le réalisateur parvient à remonter la piste des loups. Petit à petit, il observe, se rapproche et finit par se faire accepter par la meute. Contre toute attente les prédateurs magnifiques offrent alors un peu de leur intimité à ce drôle de personnage. Mais le film pose aussi la question des limites de cette intimité. la-vallee-des-loups-2En 2010, Jean-Michel Bertrand se faisait connaître avec Vertige d’une Rencontre, son premier documentaire consacré aux aigles. Fasciné par ces rois des airs majestueux, le néo-cinéaste aventureux venait de passer cinq longues années à les filmer dans leur habitat naturel. Passionné par la montagne et les animaux qui l’arpentent, Jean-Michel Bertrand n’a jamais pu étancher sa soif d’en découvrir toujours plus sur la nature, et c’est en observant les contrées très reculées des Alpes dans lesquelles il aime tant bivouaquer, qu’il s’est dit que les loups seraient un bon sujet d’observation. Mais pas n’importe quels loups, pas ces animaux apprivoisés, dociles et facilement approchables. Non, ce qui intéressait Bertrand, ce sont les vrais loups sauvages, ceux que l’on ne voit jamais, ceux qui sont quasi inaccessibles, ceux qui sont à l’origine des mythes et mystères. Avec cette nouvelle marotte en tête, le voilà reparti pour de longues années en haute-montagne. La Vallée des Loups est le fruit de trois ans de travail. Trois ans à bivouaquer encore en altitude, dans le froid, le vent ou la neige. Trois ans à souffrir physiquement des conditions difficiles et d’un confort rudimentaire, ou moralement face à la solitude et au temps qui passe lentement. Trois ans à faire preuve d’une patience extrême, à sillonner des contrées isolées ou à attendre fixement du matin au soir que l’animal se montre. La Vallée des Loups est le récit de cette aventure humaine forte, mais surtout, le récit d’une rencontre magique, presque bouleversante, entre un homme et sa quête obsessionnelle.la-vallee-des-loups-5Parce qu’il a tout sacrifié pour réaliser son rêve de croiser le regard de ces loups si fascinants, Jean-Michel Bertrand est presque un fantastique héros de fiction. En tout cas, il est réellement le héros de sa propre vie, lui qui aura tout donné pour accomplir un rêve proche de l’exploit. Et La Vallée des Loups de prendre une dimension qui s’éloigne du simple documentaire. Narré comme une aventure humaine forte sur fond de documentaire animalier passionnant, le film de Jean-Michel Bertrand emprunte amusément le ton du thriller. Amusément car on vit certains codes de fiction à l’écran alors que l’on est spectateur d’un réel authentique et sans artifices. Rapidement, la quête de Jean-Michel Bertrand devient la nôtre par procuration. On ne la contemple plus, on la vit avec et à travers lui, on ressent ses moindres émotions, ses déceptions comme ses joies, son enthousiasme comme ses moments de lassitude, on ressent la fatigue, le froid, l’émerveillement, l’espoir, la volonté, le désir de toucher au but. On souffre des désillusions autant que l’on vibre devant les fugaces récompenses. Immersif, en grande partie parce qu’il est habité par une poignante véracité des instants captés, La Vallée des Loups glisse progressivement du documentaire vers le film au suspens captivant. Vont-ils apparaître, vont-ils rester à jamais dans l’ombre ?la-vallee-des-loups-1-3Avec ses images sublimes étalant à l’écran toute la beauté du cœur préservé des Alpes, l’authenticité qui se dégage du périple entrepris par un Jean-Michel Bertrand follement attachant, et la poésie qui se dégage de sa quête fantastique, La Vallée des Loups est un voyage à la fois spectaculaire et émotionnel. Spectaculaire car on reste subjugué devant la grandeur de paysages tous plus majestueux les uns que les autres, et émotionnel car on épouse le regard de ce passionné, qui parvient à transmettre ses ressentis par le seul pouvoir de l’image vraie et du naturalisme sincère. Et au cœur de cette aventure cinématographique, les loups, que l’on va approcher comme jamais, sans aucun prisme, sans aucun sens de l’imposture, seulement capter lointainement, avec un respect à la hauteur du mythe qu’ils représentent. Magnifique et vibrant !

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.