DIPLOMATIE de Volker Schlöndorff
Critique – En salles (drame historique)

Partagez cet article
0 votes

590379.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre
note 7.5
Carte d’identité :
Nom : Diplomatie
Père : Volker Schlöndorff
Livret de famille : Niels Arestrup (Général von Choltitz), André Dussolier (Raoul Nordling), Burghart Klaußner (Eber, Robert Stadlober (Bressendorf), Jean-Marc Roulot (Lanvin)…
Date de naissance : 2013
Majorité : 05 mars 2014
Nationalité : France
Taille : 1h24
Poids : 4 millions €

 

Signes particuliers (+) : A 74 ans et une carrière bien tassée, Volker Schlöndorff prouve qu’il n’a rien perdu de sa verve et de son talent en réussissant là où tant d’autres ont échoué : savoir rendre haletant et passionnant un huis clos à deux personnages enfermé entre quatre murs. Le cinéste aurait pu tomber dans le piège du théâtre filmé poussiéreux et statistique, au contraire, il hisse avec habileté et virtuosité son exercice de style au rang de suspense psychologique palpitant, intense et maîtrisé. Un petit bijou porté par deux monstres sacrés.

Signes particuliers (-) : x

 

LA NUIT OÙ LE MONDE S’ARRÊTA

LA CRITIQUE

Résumé : La nuit du 24 au 25 août 1944. Le sort de Paris est entre les mains du Général Von Choltitz, Gouverneur du Grand Paris, qui se prépare, sur ordre d’Hitler, à faire sauter la capitale. Issu d’une longue lignée de militaires prussiens, le général n’a jamais eu d’hésitation quand il fallait obéir aux ordres. C’est tout cela qui préoccupe le consul suédois Nordling lorsqu’il gravit l’escalier secret qui le conduit à la suite du Général à l’hôtel Meurice. Les ponts sur la Seine et les principaux monuments de Paris Le Louvre, Notre-Dame, la Tour Eiffel … – sont minés et prêts à exploser. Utilisant toutes les armes de la diplomatie, le consul va essayer de convaincre le général de ne pas exécuter l’ordre de destruction…« DIPLOMATIE » Un film de Volker SCHLÖNDORFF

L’INTRO :

Cinéaste majeur du septième art européen, l’allemand Volker Schlöndorff est de retour au grand écran six ans après son drame franco-germano-kazakh Ulzhan. L’illustre metteur en scène du Tambour ou de Mort d’un Commis Voyageur adapte la pièce de Cyril Gely, Diplomatie, qui revenait sur les dernières heures cruciales de l’occupation parisienne par les troupes nazies, bien décidées à quitter la capitale française en la laissant telle un champ de ruine. Pour sa 28eme réalisation, Schlöndorff investit une chambre de l’hôtel Meurice et met en scène l’imaginaire face à face entre le Général Von Choltitz et le consul Raoul Nordling. Car s’il est avéré que ces deux hommes se sont bel et bien rencontrés au petit matin du 25 août 1944, ce qu’ils ont pu se dire reste une supposition même si plusieurs s’accordent à dire que Nordling a joué un rôle déterminant dans la désobéissance du Gouverneur de Paris qui ne dynamita pas la ville avant sa reddition. diplomatie-videos-52efc1481df02

L’AVIS :

Diplomatie est un face à face intense en huis clos tenu par un Schlöndorff qui n’a rien perdu de son talent et de sa verve. Le cinéaste signe un film classique sur la forme mais virtuose dans son art, respectant à la fois scrupuleusement la pièce qu’il adapte tout en ne restant jamais dans la rigidité du théâtre filmé. Servis par des dialogues brillants et ciselés illustrant la bataille idéologique que vont se livrer les deux protagonistes de cette nuit qui va changer à jamais la face de Paris en ne la changeant justement pas, les deux grands comédiens que sont Niels Arestrup et André Dussolier s’adonnent à un exercice impressionnant de justesse et de force, devenant les véhicules de cette folle page de l’histoire, anecdotique dans la globalité de la guerre et pourtant si importante dans le duel diplomatique qui en dit long tant sur une conception du monde, du devoir, du nationalisme, que sur les destins croisés d’une Allemagne au bord de la débâcle face à une France reprenant son destin en main en poussant dehors la tyrannie nazie.DIPLOMATIE-image-du-film-3-Go-with-the-Blog

Haletant et palpitant, Diplomatie est un affrontement passionnant mué en saisissant suspense psychologique. Un régal de film historique supposé, où le crépuscule des uns s’opposent au triomphe montant des autres dans une véritable guerre verbale maîtrisée de façon absolument admirable par un Schlöndorff qui transforme les quatre murs enfermant son récit en front de bataille où se joue quelque-chose de majeur pour l’Histoire, toute considération d’authenticité mise à part. En artisan de cette nuit en apesanteur peu commune, le maestro germanique fait preuve d’un redoutable sens aiguisé de la densité cinématographique et de la dramaturgie pour capter l’attention sans jamais paraître ronflant, ennuyeux ou poussiéreux, accordant à son exercice de style une dimension faussement épique mais réellement fascinante, évoluant sur un équilibre précaire sans jamais faillir à sa tâche. On ne saura probablement jamais le fin mot de cette histoire mais une chose est sûre, on veut bien croire à cette interprétation laissant le souffle court.

Bande-annonce :

Par Nicolas Rieux

Un commentaire à propos de “DIPLOMATIE de Volker Schlöndorff
Critique – En salles (drame historique)

  1. Bonjour à tous, je vais le découvrir avec grand plaisir car j’aime beaucoup ces deux grands du téatre et du cinéma français, et féliciter encore Mr Niels Arestrup pour sa récompense aux césars de cette année

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.