COISA RUIM (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Coisa Ruim
Parents : Tiago Guedes et Frederico Serra
Livret de famille : Adriano Luz, José Alfonso Pimentel, Manuela Couto, Sara Carinhas, Joao Santos, José Pinto, Joao Pedro Vaz…
Date de naissance : 2006
Nationalité : Portugal
Taille/Poids : 1h37 – Petit budget

Signes particuliers (+) : L’atmosphère pesante.

Signes particuliers (-) : Tellement ennuyeux, long et lent.
 
 
 

L’HORREUR AU PAYS DE RAOUL RUIZ

Résumé : Un professeur de renom décide de changer de vie et emmène sa famille vivre à la campagne. Un changement de vie radical peu accepté. Sur place, ils vont découvrir leur nouvel environnement, un village étrange où règne mysticisme et croyances religieuses particulières…

Le cinéma d’horreur ou fantastique portugais est, disons le d’emblée, quelque chose de plutôt rare et atypique. Une vraie curiosité. Mais en ces temps où beaucoup de « petites » cinématographies se mettent au film de genre, les cinéastes Tiago Guedes et Frederico Serra franchissent le pas pour tenter le pari d’une sorte de Wicker Man à la portugaise avec ce Coisa Ruim, film à ambiance, lent et lancinant, misant essentiellement sur une atmosphère que sur les effets de terreur classiques.

Une fois passée la barrière mentale du « je suis en train de regarder un film d’horreur portugais », la question sur toutes les lèvres des intéressés est : que vaut réellement cette tentative originale venant d’un pays dont on a plus l’habitude de subir les monotones œuvres somnifères de Raoul Ruiz que de frissonner d’épouvante ? Et la réponse d’être bien amère tant ce Coisa Ruim aurait pu être mis en scène par le réputé cinéaste évoqué tellement il se révèle rapidement chiant comme la pluie.

Coisa Ruim, c’est l’archétype même du film fantastique tentant vainement d’apposer une ambiance, une atmosphère chargée en oubliant totalement qu’un film se doit d’être aussi un brin emballant, un brin palpitant, un brin accrocheur. Sur un rythme faisant passer le lexomil pour des bonbons Pez, le film du duo portugais Guedes et Serra est au final une purge que l’on traverse avec l’idée permanente que des électrodes distillant des décharges électriques seraient bien utiles pour nous réveiller toutes les cinq minutes dès que l’on pique inévitablement du nez. Car cette recherche d’ambiance rurale étrange qui fonctionnait si bien dans le classique anglais de Tom Hardy (The Wicker Man) ne prend pas ici. Coisa Ruim ne réussit pas immerger le spectateur dans un univers lointain et différent, pas plus qu’il ne parvient à gérer sa progression vers le fantastique par son incapacité à monter crescendo. Trop monotone, trop plat, il se contente de nous mener laborieusement vers un final à l’intérêt plus que douteux car éculé. A se pendre…

Bande-annonce (même elle, est déjà chiante !) :

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.