WALL CINÉ PICTURES – n°18 : trois idées de films à voir ou à revoir / spécial restaurations Pathé Films
Ciné-club

Partagez cet article
0 votes

18eme numéro du Wall Ciné Pictures, notre rendez-vous « ciné-club » du samedi et ses trois idées de films à voir ou à revoir. Au programme de cette nouvelle escale dans l’histoire du cinéma, trois classiques entièrement restaurés, qui ressortent au cinéma et en Blu-ray collector le 29 mars prochain !

VALMONT-3D-V2note 4 -5

VALMONT
De Milos Forman – 1999 – 2h17
Genre : Drame, Romance – France/USA
Avec : Colin Firth, Annette Bening, Meg Tilly, Fairuza Balk, Sian Phillips, Jeffrey Jones, Henry Thomas…

Synopsis : Rien ne résiste aux entreprises de séduction de la Marquise de Merteuil et du Vicomte de Valmont. Unis dans leurs complots et leurs secrets, Merteuil et Valmont règnent sur les salons et les boudoirs de l’aristocratie. La jeune Cécile de Volanges, dernière victime de leur débauche, devient ainsi l’objet de toutes leurs convoitises.

Aux côtés du chef-d’œuvre éponyme de Stephen Frears, Valmont est probablement l’une des plus belles adaptations au cinéma, du roman Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos. Mais contrairement à la version du britannique avec Glenn Close et John Malkovich, le film de Milos Forman ne suit pas à la lettre le célèbre roman, prenant même de grandes libertés, jusque dans son dénouement. Produit par Claude Berri et coécrit par Jean-Claude Carrière, Valmont est sorti au cinéma en 1989, quelques mois seulement après le film de Frears. L’échec fut aussi colossal qu’immérité. Plus de 25 ans après sa réalisation, la splendeur de l’œuvre continue d’impressionner, à plus forte raison après la restauration orchestrée par Pathé. Le décorum d’époque émerveille (le film fut nommé à l’Oscar des meilleurs costumes), la grâce aérienne de sa mise en scène transporte, on reste suspendu à la finesse de l’écriture et des dialogues, au jeu sémillant de Colin Firth et Annette Bening, ou à la beauté qui se dégage de ce fascinant jeu de badinage. A redécouvrir impérativement, en Blu-ray version restaurée, un entretien avec Jean-Claude Carrière complétant la galette.

———————————————————

3D LES PORTES DE LA NUITnote 4 -5

LES PORTES DE LA NUIT
De Marcel Carné – 1946 – 1h40
Genre : Drame – France
Avec : Yves Montand, Pierre Brasseur, Serge Reggiani, Julien Carette, Nathalie Nattier, Raymond Bussières…

Synopsis : Durant une nuit de février 1945 à Paris, Jean Diego se rend chez la femme de son copain, Raymond Lécuyer, pour lui annoncer la mort de son mari devant le peloton d’exécution des occupants nazis. Or, Raymond est bel et bien vivant. Un clochard, qui se présente comme étant le Destin, annonce à Jean qu’il va rencontrer, dans les heures à venir, « la plus belle fille au monde ».

On reste dans les malheurs de l’échec commercial avec un autre classique du cinéma français, une œuvre patrimoniale magnifique (quoiqu’elle divise énormément) qui avait été pourtant un four à sa sortie, en 1946. Devant la caméra, Yves Montand, Pierre Brasseur, Serge Reggiani ou encore Julien Carette. Derrière, Jacques Prévert au scénario, l’incontournable Alexandre Trauner aux décors, Joseph Kosman à la musique, et Marcel Carné aux commandes. Tant de talent, ça en deviendrait presque indécent. Les Portes de la Nuit est une romance tragique, un drame onirique dont l’action se situe dans l’immédiate après-guerre. Contrairement à la plupart des œuvres de l’époque qui écartaient volontairement les sombres temps passés de la collaboration et de l’occupation, pour célébrer au contraire la libération et l’héroïsme, Les Portes de la Nuit n’a pas choisi la joyeuseté. Le film de Carné est noir, mélancolique, réaliste dans son univers malgré les appels d’une atmosphère quasi-fantastique qui rôde au dessus de cette œuvre poétique. Sa beauté enivre, jusqu’à nous faire oublier la moyenne prestation du duo star, dont un Montand dans l’un de ses premiers rôles. A noter qu’à l’origine, ce devait Jean Gabin & Marlene Dietrich…

A redécouvrir en version restaurée, avec comme suppléments sur le Blu-ray, une interview de Jean-Pierre Jeunet et un documentaire d’une demi-heure revenant sur le destin du film. Le film est également proposé dans un coffret « Marcel Carné » aux côtés des Enfants du Paradis.

———————————————————

V2note 3.5 -5

LES SORCIÈRES DE SALEM
De Raymond Rouleau – 1957 – 2h25
Genre : Drame – France
Avec : Simone Signoret, Yves Montand, Jean Debucourt, Mylène Demongeot, Michel Piccoli…

Synopsis : Au XVIIe siècle, dans le petit village de Salem dans le Massachusetts, la servante Abigail Williams se livre à la sorcellerie pour se venger de sa maîtresse Elisabeth Proctor, qui l’a renvoyée à cause de la relation adultérine qu’elle avait avec son époux. Arrêtée, elle prétend être une victime et la cour de justice formée à cette occasion va alors envoyer à la potence toutes les personnes dénoncées comme sorcières par les jeunes filles qu’Abigail a eu le temps de mettre en son pouvoir.

On fait un saut de quelques années dans la carrière d’Yves Montand, pour atterrir onze ans plus tard, en 1957. Sous la caméra de Raymond Rouleau, le couple à la ville Montand-Signoret incarne à l’écran Les Sorcières de Salem, d’après la pièce d’Arthur Miller. L’adaptation est signée Jean-Paul Sartre. Aujourd’hui, le film est quasiment inédit, et pour cause, Miller s’était opposé à son exploitation après sa sortie. Officiellement, il n’aurait pas aimé le traitement de Sartre. Officieusement, il n’avait pas digéré la liaison entre Marilyn Monroe et Yves Montand, alors qu’ils étaient mariés, et souhaitait nuire à la carrière du comédien. 60 ans plus tard, Les Sorcières de Salem s’offre enfin aux cinéphiles dans une splendide version entièrement restaurée par Pathé. Malgré le peu de génie de son réalisateur, ce qui se ressent dans une mise en scène sans souffle ni inspiration, Les Sorcières de Salem brille, grâce à son intense atmosphère pesante, et surtout, aux formidables interprétations du trio de stars (Mylène Demongeot s’ajoutant au couple dans un rôle tout en perfidie et machiavélisme). Désormais, cette rareté va enfin pouvoir retrouver la lumière. Sur l’édition Blu-ray, un entretien passionnant avec Mylène Demongeot permet de remonter dans le passé du film.


RETROUVEZ LES ANCIENS CHAPITRES DU WALL CINÉ PICTURES ICI

A samedi prochain !

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.