MADEMOISELLE de Park Chan-wook : critique et test Blu-ray
Sortie Blu-ray/DVD

Partagez cet article
0 votes

mademoiselle_blu-rayMondo-mètre
note 3.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Ah-ga-ssi
Père : Park Chan-wook
Date de naissance : 2015
Majorité : 22 mars 2017
Type : Sortie Blu-ray/DVD
Nationalité : Corée du Sud
Taille : 2h25 / Poids : NC
Genre : Drame, Thriller, Romance

Livret de famille : Kim Min-Hee, Kim Tae-ri, Jung-woo Ha, Cho Jin-woong…

Signes particuliers : Derrière les apparences, Park Chan-wook signe probablement son film le plus fou à ce jour.

UN JEU MACHIAVÉLIQUE ET BRÛLANT

LA CRITIQUE DE MADEMOISELLE

Résumé : Corée. Années 30, pendant la colonisation japonaise. Une jeune femme (Sookee) est engagée comme servante d’une riche japonaise (Hideko), vivant recluse dans un immense manoir sous la coupe d’un oncle tyrannique. Mais Sookee a un secret. Avec l’aide d’un escroc se faisant passer pour un comte japonais, ils ont d’autres plans pour Hideko…mademoiselle_film_2Ce fut l’un des temps forts du festival de Cannes 2016. Le cinéaste Park Chan-wook signait son grand retour sur la Croisette, douze ans après avoir marqué son histoire au fer rouge avec la bombe Old Boy, fabuleux Grand Prix 2004 et claque à la résonance internationale. Depuis, Cannes n’a jamais oublié le coréen fou, qui y était d’ailleurs revenu en 2009 pour Thrist – Ceci est mon Sang, lauréat ex-aequo du prix du Jury. Après une petite parenthèse américaine très réussie avec le thriller hitchcockien Stoker, Park Chan-wook s’en est retourné dans sa Corée natale pour y monter l’adaptation du roman Du Bout des Doigts signé Sarah Waters. Drame érotico-romantique teinté de thriller, Mademoiselle nous embarque dans la Corée des années 30, alors sous domination colonialiste nippone, et s’attache au parcours de Sookee, une jeune servante rattachée au service d’une riche famille japonaise vivant recluse dans un manoir austère. Mais Sookee, associé à un escroc notoire, a un plan criminel savamment orchestré. Et Mademoiselle de se lancer dans un jeu narratif viscéralement diabolique, prêt à nous prendre au piège de sa toile où se mêlent mensonges, manipulations destructrices et perversions malsaines.mademoiselle_film_3Même si tout un chacun aura son avis sur la question et même s’il sera assez facile d’établir une hiérarchie en son sein, le cinéma de Park Chan-wook affiche depuis ses débuts, une tenue d’une rare excellence. De Joint Security Area à Sympathy for Mr Vengeance en passant par Lady Vengeance, Old Boy ou Je Suis un Cyborg, chaque nouvelle œuvre du metteur en scène asiatique semble parvenir à séduire, plus ou moins dans une large mesure, et entend faire une vraie proposition de cinéma. Logiquement, Mademoiselle était très attendu. Trop peut-être, au point d’en avoir déçu certains. Il faut bien avouer que le résultat quasi-schizophrène a de quoi diviser, à la fois sommet virtuose et œuvre parfois boursoufflée, dont la folie a un petit quelque-chose de salvateur mais aussi de destructeur, qui tour à tour peut aussi bien sublimer ou esquinter sa beauté hallucinante et sa complexité géniale.mademoiselle_film_5Construit sur un canevas segmenté en trois parties, Mademoiselle est de ces plaisirs cinématographiques que l’on savoure car ils surprennent, car il joue avec nous autant qu’avec son intrigue et les personnages qui l’incarnent. On se régale de ce jeu de miroir où rien n’est à prendre pour acquis, où tout n’est qu’apparences, où chaque parcelle du récit peut être nuancée voire détruite par la suivante, alors que l’histoire foncièrement retorse, peut être amenée à changer du tout au tout, selon le point de vue par lequel elle est contemplée. Car il n’y a jamais une vérité chez Park Chan-wook, mais des vérités qui s’entrechoquent avec perte et fracas. Une philosophie qui trouve sa plus pleine expression ici, avec ce nouvel effort caressant la naissance d’une histoire d’amitié, bouillonnant devant l’intensité d’une passion amoureuse saphique, puis horrifiant devant l’ampleur de la vilenie qui défigure l’écran. Diamant aux multiples facettes, Mademoiselle fascine par son atmosphère fiévreuse et érotisante, pousse à la jubilation par la démence de son écriture machiavélique ou sa construction astucieuse proposant une relecture de son intrigue sous trois angles différents en déstabilisant complètement un spectateur halluciné. Incandescent, aliénant, malin, étonnamment drôle, et surtout sans limites autres que celles qu’il décide de s’imposer (c’est à dire aucune), Mademoiselle est probablement l’un des films les plus « tarés » de cette édition cannoise 2016, une frasque impertinente, tantôt en fusion, tantôt en élégance, toujours stupéfiante, nourri par une poésie romanesque qui n’a d’égale, que sa violence morale ou physique.mademoiselle_film_4En bon trublion déjanté qu’il est, Park Chan-wook aurait pu signer un parfait coup de maître si, par moments, il ne se laissait pas emporter par sa mégalomanie formelle l’amenant vers une sur-mise en scène parfois lardée d’effets à l’utilité discutable. Aussi, si son œuvre ne souffrait pas de quelques longueurs évidentes ou d’une certaine confusion née d’un effet pervers retournant le brio de son scénario rusé contre elle-même. La mécanique adoptée des trois parties revisitant à chaque fois l’histoire « autrement » passe par des transitions un peu déroutantes, le temps de raccrocher les wagons et de se remettre à niveau dans le fil narratif. Un contre-effet de la très haute ambition narrative orchestrée presque toujours de main de maître. Presque seulement. Mademoiselle n’est probablement pas le meilleur film de Park Chan-wook, en tout cas pas le plus subtilement maîtrisé. Mais l’air de rien, c’est peut-être son plus dingue, son plus audacieux et nul doute, son plus ambitieux. Et au passage, un hommage au Pinku eiga japonais, avec seulement une plus grande grâce dans la magnificence des corps qui s’enchevêtrent. Du grand art au-delà de quelques maladresses, et indéniablement, un film qui méritera d’être revu pour mieux en déceler toute la richesse orgasmique.mademoiselle_blu-ray

LE TEST BLU-RAY DE MADEMOISELLE

M6 Vidéo a fait les choses (presque) bien pour soigner la sortie vidéo du film de Park Chan-Wook. Outre la facture visuelle et sonore absolument époustouflante (la piste 5.1 est épatante de profondeur et le piqué de l’image est parfait, y compris dans les scènes nocturnes), on appréciera la possibilité de voir le film dans deux versions différentes (sur le Blu-ray uniquement). D’un côté, la version classique découverte au cinéma (2h25), de l’autre, une version rallongée de 23 minutes. De quoi prolonger le plaisir pour tout ceux qui avaient été fascinés par ce thriller hypnotico-érotisant, ou au contraire, achever ses détracteurs qui lui reprochaient déjà sa durée initiale très conséquente. Il faut dire que la version « courte » présentait déjà quelques longueurs. Malgré la virtuosité du film, ces 23 minutes supplémentaires passent donc plus difficilement.

Côté suppléments, l’emphase n’est pas la même, bien au contraire. Pas grand-chose à se mettre sous la dent et une amère déception. C’est avec jubilation qu’on lance le sujet « making-of », avant de déchanter devant ce qui ressemble davantage à une featurette d’à peine 5 minutes, qui nous embarque très succinctement dans les coulisses du film. Suit un module dispensable sur le voyage de l’œuvre au festival de Cannes (1’30) et enfin, une interview de Park Chan-Wook. On pensait tenir là, le morceau le plus consistant de ces suppléments. Du tout. A nouveau une featurette de moins de deux minutes cette fois-ci, où le réalisateur ne peut que brosser quelques généralités. Dommage, Mademoiselle est d’une telle richesse, que l’on aurait apprécié entendre son auteur en parler longuement. La proposition du film dans deux versions s’est peut-être finalement retournée contre son éditeur, car elle semble s’être faite au détriment de vrais bonus consistants.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.