A LA POURSUITE DE DEMAIN de Brad Bird : la critique du film [Sortie DVD/Blu-ray]

Partagez cet article
0 votes

81fh4R4y3uL._SL1383_Mondo-mètre
note 7.5 -10
Carte d’identité :
Nom : Tomorrowland
Père : Brad Bird
Date de naissance : 2014
Majorité : 06 octobre 2015
Type : Sortie vidéo
(Éditeur : Disney)
Nationalité : USA
Taille : 2h10 / Poids : 190 M$
Genre : SF, Aventure

Livret de famille : George Clooney (Frank), Hugh Laurie (Nix), Britt Robertson (Casey), Raffey Cassidy (Athena), Tim McGraw (le père de Casey), Kathryn Hahn (Ursula), Keegan-Michael Key (Hugo), Thomas Robinson (Frank enfant), Judy Greer (la mère)…

Signes particuliers : Le monde de Tomorrowland où tout est possible au-delà des limites de l’imagination ? Voilà où l’on veut aller. Tout de suite, maintenant, très vite. Procurez-vous au plus vite votre pin’s d’invitation pour entrer dans cet univers extraordinaire. Et le mieux dans l’histoire ? C’est que désormais disponible en DVD & Blu-ray, vous pouvez y retourner comme bon vous semble !

EMBARQUEMENT IMMÉDIAT, DESTINATION : LE RÊVE !

LA CRITIQUE

Résumé : Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin ! a-la-poursuite-de-demain-photo-553654a6be84fL’INTRO :

Après Pirates des Caraïbes en 2003, Disney s’inspire à nouveau d’une section populaire de ses parcs d’attraction pour en tirer un long-métrage de cinéma. Cette fois, c’est l’univers de Tomorrowland et son décorum futuriste qui saute le pas vers le grand écran avec un film de science-fiction réalisé par Brad Bird, spécialiste de l’animation qui « s’est fait les dents » au film-live avec Mission Impossible : Protocole Fantôme, pour un résultat très appréciable. A mi-chemin entre la rêverie chère à ses animés (Les Indestructibles, Le Géant de Fer, Ratatouille) et le grand spectacle d’aventure à effets spéciaux, le projet A la Poursuite de Demain semblait convenir comme un gant au cinéaste désireux de récidiver dans la fiction en images réelles. Restait seulement à trouver le bon angle pour aborder la chose, car bien entendu, Tomorowland n’était jusqu’ici qu’un monde imaginaire de parc à thème créé pour abriter quelques attractions futuristes à la Space Mountain. Rien qui supportait une réelle histoire de fond. Adulé par les uns, autant que détesté par les autres, c’est à Damon Lindelof (Lost, Prometheus, World War Z, Star Trek Into the Drakness) qu’est revenue la lourde tâche de dessiner un arc dramatique à tout ça, avec le concours de Brad Bird et du scénariste de bande-dessinée, Jeff Jensen. Bilan, une histoire de voyage temporel, de nouveau monde futuriste parfait, de fin du monde, et d’aventure pour une intrépide et brillante adolescente…tomorrowlandL’AVIS :

Avec A la Poursuite de Demain, Disney et Brad Bird nous invitent à un voyage qui n’est pas sans nous rappeler la découverte, émerveillé, de Retour vers le Futur il y a… 30 ans. Toutes proportions gardées, on en conviendra aisément. Pas seulement car les deux films entretiennent un vague rapport thématique avec leur scénario sur fond de voyage dans le temps (d’autant qu’il ne s’agit pas tout à fait de ça avec Tomorrowland) mais pour l’ambiance dans laquelle ils baignent. L’esprit du classique de Zemeckis, voilà ce qu’essaie de raviver à son niveau A la Poursuite de Demain. Un univers fort, une histoire incroyable et imaginative, une aventure grisante et familiale, un doux parfum d’excitation et d’humour, beaucoup de beauté, de simplicité et de générosité, une héroïne intrépide et attachante, incarnée au passage par une jeune comédienne fraîche et expressive, au jeu délicieusement eighties dans l’âme… Oui, A la Poursuite de Demain émoustille et provoque quelques gargouillis dans le ventre comme on n’en avait plus trop vécu ces dernières années. Le formatage du cinéma hollywoodien semblait contrarier ses envies de revenir à ce type de grand divertissement d’antan. On ne pourra donc que féliciter et remercier Brad Bird d’avoir enfin trouver la recette pour conjuguer les codes modernes avec un esprit que l’on croyait disparu à jamais, celui des anciennes productions Amblin et consorts. A la Poursuite de Demain nous emporte deux heures durant, loin, très loin, de notre fauteuil de cinéma, direction un spectacle magique, fabuleux et rêveur.a la poursuite de demainSucculente aventure bouillonnante d’idées visuelles et narratives, vibrante et exaltante sur la forme comme sur le fond, en plus d’être adossée à un visuel enchanteur, à un script trépidant et audacieux et à une mise en scène souvent inventive, A la Poursuite de Demain est un bel effort de dystopie originale, alliant dans un savoureux mélange inspiré, tous les ingrédients propices à un entertainement grandiose sachant embarquer le spectateur dans le tourbillon de sa folle histoire sans jamais le prendre pour plus bête qu’il n’est. Surtout, Brad Bird a su saisir avec intelligence la façon dont étaient racontées les histoires avant que le tout-action ne vienne bouleverser l’équilibre du cinéma familial de tradition. Les pièges les plus récurrents, le metteur en scène les évite avec dextérité et le résultat, à défaut d’être toujours brillant, se révèle à la fois efficace et porteur. Son véhicule principal pour parvenir à ce petit exploit au sein d’un Hollywood engoncé dans sa monotonie, se nomme Britt Robertson, jeune tête méconnue qui ne devrait pas le rester bien longtemps. Charmante et talentueuse comme pas deux, touchante et naturelle avec son expressivité pleine d’emphase, de fraîcheur et de conviction (non sans rappeler le Michael J. Fox de 1986 dans le jeu), la comédienne croit en son rôle, nous y fait croire à notre tour, et devient rapidement la valeur ajoutée à ce délice qui se prête bien à tous les superlatifs pour en vanter les mérites. A la Poursuite de Demain ou le divertissement parfait ? Presque. On regrettera seulement un dernier acte plus maladroit accusant une baisse de régime. Un défaut qui deviendrait presque une marque de fabrique des scénarios pondus par Damon Lindelof.172455.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxA bien des égards saisissant de splendeur formelle en dépit de quelques fonds verts hasardeux, souvent anticonformiste dans sa structure comme dans le déroulé de son histoire ou les protagonistes qui l’incarnent, A la Poursuite de Demain est un régal virtuose et merveilleux, dynamique et singulier dans son genre, distribuant au passage quelques rôles en or, à l’ami George Clooney par exemple, à Hugh Dr House Laurie ensuite, ou à la petite Raffey Cassidy, 12 ans, et l’une des véritables attractions de ce show étincelant, dense et riche. Car Brad Bird ne se prive pas de doubler son œuvre forte, d’un beau message humaniste marqué par un regard plein d’optimisme sur l’humanité, malgré quelques réserves sur la direction finale prise par ce divertissement courageux, qui redonne de l’espoir sur tout un pan du cinéma, capable de proposer des créations originales réussies et fantastique !81fh4R4y3uL._SL1383_

L’ÉDITION DVD ET BLU-RAY

On ne saura que trop vous conseiller l’achat du Blu-ray pour ce fantastique A La Poursuite de Demain, l’un des meilleurs blockbusters de l’année 2015 ! D’une, parce que le voyage mérite bien une qualité d’image et de son optimale (la netteté est sidérante et le DTS-HD Master Audio 7.1 envoie le bois), et de deux, parce que son contenu est d’une richesse idéale pour prolonger le plaisir pendant encore un bon moment (contrairement au DVD qui ne propose que le film). Au menu, une pléiade de modules (pour la plupart compris entre 2 et 8 minutes) allant de l’interview du réalisateur Brad Bird à la présentation du casting, en passant par l’enregistrement de la musique, un journal de bord du tournage, des scènes coupées, une fausse pub sur l’excellent magasin rétro-geek « Le Bazar du Passé » que l’on peut voir dans le film etc… Vous y trouverez même un petit court-métrage animé baptisé « Les origines des Nec Plus Ultra« . Bref, une superbe édition pour un super film.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.