WALL CINÉ PICTURES n°48 : Made in Hong Kong, La Légende de la Montagne, Deux Hommes en Fuite
Le Ciné-Club : Trois idées de films à voir ou à revoir

Partagez cet article

Au menu du ciné-club ce samedi, Carlotta Films met les bouchées double avec les Blu-ray de La Légende de la Montagne de King Hu et Deux Hommes en Fuite de Joseph Losey, mais aussi Made in Hong Kong de Fruit Chan au cinéma.

———————————————————

MADE IN HONG KONG
De Fruit Chan – (1997)
Genre : Drame, Polar – Hong-Kong
Avec : Sam Lee, Neiky Yim, Wenders Li…
Ressortie au cinéma le 09 mai 2018

Synopsis : Hong Kong, été 1997. Mi-Août est un jeune marginal ayant abandonné le collège il y a quelques années pour vivre de menus larcins. Il est à présent collecteur de dettes pour un certain M. Wing, proche des triades locales. Le quotidien de Mi-Août va se trouver bouleversé par deux événements : la découverte par Jacky, petit voyou handicapé mental qu’il a pris sous son aile, de deux lettres d’adieux laissées par une jeune suicidée, et sa rencontre avec la jolie Ah Ping dont il tombe rapidement amoureux. Or cette dernière est atteinte d’une maladie incurable…

Quelques mois avant la rétrocession de Hong Kong à la Chine, le réalisateur Fruit Chan a plongé ses caméras dans l’ambiance singulière de la ville pour son deuxième long-métrage en solo Made in Hong Kong, un thriller sentimental qui a inauguré une trilogie consacrée à cet évènement dont l’impact allait -et a- profondément marqué ses concitoyens. Fer de lance de la Nouvelle Vague hongkongaise, Fruit Chan aura su capter avec rage le sentiment d’incertitude envers l’avenir qui s’infiltrait dans toutes les pores de la société de l’époque. A travers le portrait de quelques personnages issus des classes précaires, le cinéaste aura su convoquer autant le néoréalisme esthétisé d’un Wong Kar-Wai que le film de genre intimement romanesque à la Scorsese (beaucoup ont rapproché le film de Mean Streets). A la fois trépidant et social, mais aussi lyrique et réaliste, Made in Hong Kong est autant un film à la valeur historique précieuse, qu’un uppercut sans concession, dont on ressent à chaque instant, l’état d’urgence. Pour ceux qui n’auraient eu affaire à ce petit bijou du néo-cinéma HK, Made in Hong Kong a été restauré par Fruit Chan lui-même, et Carlotta Films le distribue en salles ans cette nouvelle version qui lui offre une jeunesse éternelle.

———————————————————

LA LÉGENDE DE LA MONTAGNE
De King Hu – (1979)
Genre : Conte surnaturel – Chine
Avec : Hsu Feng, Chun Shih, Sylvia Chang…
Sortie en Blu-ray le 09 mai 2018

Synopsis : He Yun-Tsing est missionné par le monastère Haiying pour recopier un canon bouddhiste qui permettrait de libérer les âmes des défunts. Pour mener à bien cette tâche, les moines lui suggèrent de se retirer dans un endroit isolé au cœur de la montagne. Yun-Tsing est alors accueilli à bras ouverts par les quelques habitants de la contrée. Mais le mystérieux canon bouddhiste devient rapidement la cible de toutes les convoitises…

Avec La Légende la Montagne, l’illustre cinéaste chinois King Hu ajoute un énième chef-d’oeuvre à sa filmographie déjà bien garnie, où se bousculent des œuvres à la beauté foudroyante telles que L’Hirondelle d’or, Dragon Gate Inn, L’auberge du Printemps, A Touch of Zen ou Raining in the Mountain. Dans la lignée de ses précédents travaux, King Hu continue de travailler sur l’esthétisme de son cinéma, esthétisme qu’il a déjà mis au service du Wu Xia Pia (films de héros martial) et qu’il n’a de cesse de perfectionner encore et encore dans une fiévreuse volonté de tutoyer le sublime. A la fois film épique (ou du moins redéfinissant l’idée de l’épique), conte surnaturel et fable philosophique, La Légende la Montagne aura de quoi en dérouter plus d’un avec son approche contemplative essayant de capter la beauté des décors qui entourent son histoire. Le film prend son temps, flâne au gré du vent et des images, alors que King Hu travaille autant sur la perfection du plan que sur la conception du temps au cinéma. Mais il y a toujours ce lyrisme propre au maître qui emporte tout sur son passage, cette maestria singulière qui faisait de King Hu, un cinéma d’exception. Et pour les amateurs, il est difficile de ne pas succomber à la poésie visuelle, sensorielle et spirituelle de ce conte aux confins de la beauté. Après Dragon Inn et A Touch of Zen, Carlotta Films livre une somptueuse édition Blu-ray de La Légende de la Montage, avec le film en version resmasterisée, mais aussi pas mal de suppléments. D’abord, un essai filmique du critique David Caims parlant du cinéma de King Hu et de son influence bouddhiste (21 min.). Puis le spécialiste du cinéma asiatique Tony Rayns analyse la carrière de King Hu et évoque en quoi La Légende de la Montagne y marquait une rupture. Passionnant, comme le film !

———————————————————

DEUX HOMMES EN FUITE
De Joseph Losey – 1970 – 1h50
Genre : Thriller – Angleterre
Avec : Robert Shaw, Malcolm McDowell…
Sortie en Blu-ray le 16 mai 2018

Synopsis : Deux hommes courent sur la plage à l’aube. Ils ont les mains liées derrière le dos. Au même moment, un hélicoptère survole frénétiquement les environs. MacConnachie et Ansell sont deux évadés qui, pour tenter d’échapper à leurs geôliers, doivent traverser des paysages sauvages et inhospitaliers. Pour cela, ils vont devoir affronter de nombreux obstacles pour survivre et échapper au mystérieux hélicoptère noir qui traque leurs moindres mouvements…

Deux hommes menottés cavalent pour échapper à un mystérieux hélicoptère qui les traque. Pour survivre et braver les dangers qui se présentent face à eux, ils n’auront d’autres choix que de s’allier dans leur course effrénée. A la lecture du synopsis de Deux Hommes en Fuite, film méconnu de l’immense Joseph Losey (The Servant), on pourrait penser à une sorte de croisement entre La Chaîne (le classique avec Sidney Poitier sorti 12 ans plus tôt) et le Duel de Steven Spielberg à venir trois ans plus tard. Mais le long-métrage de Losey ne ressemble à aucun des deux. Le cinéaste qui adapte très librement un roman de Barry England (sur la base d’un scénario écrit par l’acteur principal Robert Shaw) s’est essayé au thriller apnéique jouant la carte du mystère absolu (comme Duel), puisque l’on ne saura rien de ces deux évadés, de leur passé, des raisons de leur fuite, des lieux où ils courent, pas plus qu’au sujet de cet hélico qui les pourchasse. Le roman était plus explicite mais Shaw et Losey ont préféré recentrer le film sur l’action, afin de déployer une allégorie sur la survie et l’oppression. Loin de son univers et style habituels, le réalisateur a voulu faire un survival à suspens, tendu, suffocant et intense, et le pari se révélera plutôt payant. Uniquement focalisé sur cette cavale avec un background épuré, Deux Hommes en Fuite propose au spectateur une expérience stressante, plongeant ces deux anti-héros dans un vaste espace hostile. Dommage que le film ne défende pas grand-chose (ou maladroitement) en dehors de son action, là où La Chaîne se chargeait d’un discours anti-racial. Bien des années plus tard, Skolimowski signera avec Essential Killing, un effort assez proche, très inspiré du film de Losey. Avec réussite d’ailleurs. Après une ressortie en salles en septembre dernier, Deux Hommes en Fuite se voit offrir une sortie en Blu-ray sous la bannière Carlotta avec une très belle édition, techniquement comme dans son contenu. Outre le film et son image parfaite (c’est la première édition HD du film en France), la galette quelques suppléments de très grande qualité. Dans le détail, on y retrouve une analyse du film par le célèbre Michel Ciment (Positif). Dans L’Oiseau de proie (20 min.) l’historien-critique ne se contente pas d’évoquer la genèse et les thèmes au cœur du film, il s’applique surtout à les relier à l’œuvre de Joseph Losey (The Servant, Monsieur Klein, Accident) pour une vision plus générale de la place de Deux Hommes en Fuite dans le travail du metteur en scène. Suit un extrait de l’émission Le Journal du Cinéma de novembre 1970 exhumé à l’INA dans laquelle Joseph Losey revenait lui-aussi sur les thématiques de son film dans un entretien avec Bertrand Tavernier. Formidable.

RETROUVEZ LES ANCIENS CHAPITRES DU WALL CINÉ PICTURES ICI

A samedi prochain !

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.