MAUVAISES HERBES de Kheiron : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

[Note spectateurs]

Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Mauvaises Herbes
Père : Kheiron
Date de naissance : 2017
Majorité : 21 novembre 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h40 / Poids : NC
Genre
: Comédie

Livret de famille : Kheiron, Catherine Deneuve, André Dussollier, Alban Lenoir…

Signes particuliers : Un deuxième film aussi réussi que le premier pour Kheiron.

LA MAGIE KHEIRON A ENCORE FRAPPÉ

LA CRITIQUE DE MAUVAISES HERBES

Synopsis : Waël, un ancien enfant des rues, vit en banlieue parisienne de petites arnaques qu’il commet avec Monique, une femme à la retraite qui tient visiblement beaucoup à lui. Sa vie prend un tournant le jour où un ami de cette dernière, Victor, lui offre, sur insistance de Monique, un petit job bénévole dans son centre d’enfants exclus du système scolaire. Waël se retrouve peu à peu responsable d’un groupe de six adolescents expulsés pour absentéisme, insolence ou encore port d’arme. De cette rencontre explosive entre « mauvaises herbes » va naître un véritable miracle. Il y a trois ans, l’hilarant Kheiron (voir ses spectacles et comprendre) débarquait au cinéma avec Nous Trois ou Rien, excellente comédie dramatique promise à un beau succès si elle n’était pas tombée au mauvais moment, avec une sortie la semaine des tragiques attentats de Paris. Aujourd’hui, rien ne semble pouvoir être en mesure de s’opposer -du moins on l’espère- à l’acteur-réalisateur Kheiron. Car Mauvaises Herbes, son deuxième effort, marque la confirmation d’un auteur au talent dingue. Par ce qu’il a démontré en deux films, Kheiron semble incarner l’avenir de la comédie française, à la fois hilarante, émouvante, moderne et surtout pleine d’intelligence et de justesse.Dans Mauvaises Herbes, un petit arnaqueur sans méchanceté (Kheiron lui-même) se retrouve par un concours de circonstances cocasse, à devoir s’occuper d’un groupe de jeunes en difficultés, entouré de sa mère d’adoption (Catherine Deneuve) et d’un homme qui vient de réapparaître dans la vie de cette dernière (André Dussolier). Le début d’une belle histoire aux accents initiatiques, où l’humour ravageur va répondre à l’émotion la plus bouleversante. Car Mauvaises Herbes fonctionne un peu comme Slumdog Millionnaire, avec des flashbacks dans le passé qui vont nourrir les tranches de vie dans le présent et vice-versa. A cheval sur ces deux temporalités, Kheiron va dessiner le parcours d’un homme qui revient de loin, et qui va mettre à profit son histoire personnelle compliquée pour transmettre des valeurs, aider, éduquer et offrir un espoir positif à des jeunes ados qui semblaient jusqu’ici sans solutions. Inspiré de son vécu (il a lui-même été éducateur pour enfants décrocheurs dans sa jeunesse), Kheiron rend au passage un hommage vibrant aux organismes associatifs et à ces éducateurs dévoués qui consacrent leur vie aux autres, à ces jeunes dans l’impasse que la société marginalise honteusement. Et Mauvaises Herbes de devenir un beau film de transmission tendre et touchant, rythmé par un savoureux mélange de drôlerie éclatante et de gravité.Modèle d’écriture ingénieuse au parfait équilibre entre la comédie et le drame, Mauvaises Herbes se veut vecteur de sentiments positifs et la magie Kheiron opère à nouveau, trois ans après Nous Trois ou Rien. Jamais le cinéaste ne sacrifie l’intelligence sur l’autel du populaire bas de gamme. C’est probablement ce qui fait de son film une merveilleuse réussite, cette capacité à être aussi profond dans son propos que divertissant et ludique dans son apparence. Entre rires et larmichettes, Mauvaises Herbes sort du lot des comédies françaises sans enjeux, sans fond ni but. Pétri d’humanisme, véhicule de beaux messages sans jamais s’empêtrer dans le moralisme facile, ce nouvel effort de Kherion a tout pour être l’un des beaux coups de cœur de cette fin d’année. Le genre de moment dont on ressort plein d’espoir avec l’impression d’être grandi, de surcroît porté par d’excellents comédiens dont un Kheiron terriblement attachant et une Catherine Deneuve pleine de second degré et rendue très sympathique.


BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Une réponse à “MAUVAISES HERBES de Kheiron : la critique du film
sortie cinéma

  1. Bonjour à tous et toutes ,j’ai eu la chance de voir Mauvaises herbes en avant première hier soir à Tours .j’ai beaucoup aimé la façon dont les sujets difficiles qui ont été traités ,intelligemment étudiés ,« avec énormément d’humour et de drame ».les images sont troublantes et très émouvantes ! Film à ne pas manquer évidemment!!!!….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.