L’AMOUR DES HOMMES de Mehdi Ben Attia : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

[Note spectateurs]

Carte d’identité :
Nom : L’amour des hommes
Père : Mehdi ben Attia
Date de naissance : 2018
Majorité : 28 février 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : Tunisie, France
Taille : 1h45 / Poids : NC
Genre
: Drame

Livret de famille : Hafsia Herzi, Raouf Ben Amor, Haythem Achour…

Signes particuliers : Un drame qui défend l’envie d’émancipation des femmes en Tunisie.

LA BELLE VEUT DÉVORER LA MEUTE

LA CRITIQUE DE L’AMOUR DES HOMMES

Résumé : Tunis, aujourd’hui. Amel est une jeune photographe. Quand elle perd son mari, sa vie bascule. Encouragée par son beau-père, elle reprend goût à la vie en photographiant des garçons de la rue. Sans craindre d’être scandaleuse, elle fait le choix de regarder les hommes comme les hommes regardent les femmes. 

A travers le portrait de cette artiste qui décide de briser les tabous en vigueur en photographiant les hommes dénudés et en les regardant par objectif interposé tels qu’ils regardent les femmes, L’amour des hommes dénonce la condition des femmes dans une Tunisie contemporaine toujours rétrograde et patriarcale, où la femme est davantage un objet à la merci des hommes qu’un être humain libre et autonome fait de rêves et de désirs. Avec ce troisième long-métrage, Le réalisateur Mehdi ben Attia inverse ce rapport et signe un film progressiste, qui brille avant tout par son propos, plus que par sa méthodologie sur-signifiante. Car on pourra lui reprocher une légère tendance à la démonstration appuyée, à flirter avec la dramatisation soulignée et à répéter les mêmes scènes pour mieux marteler son propos. Mais l’effet reste mineur au regard d’une œuvre courageuse et audacieusement féministe, qui tente de capturer le portrait d’une femme volontaire qui refuse de se laisser piéger dans les schémas traditionnels et embrasse sa volonté d’émancipation, une femme qui bouscule les codes des relations hommes-femmes, une femme qui provoque, désire, déshabille et regarde au lieu de se laisser provoquée, désirée et regardée. Si L’amour des hommes manque d’un peu de hardiesse et de force d’impact, loin de la puissance ravageuse du formidable La Belle et la Meute sorti l’an passé, il n’en demeure pas moins un joli film, qui travaille à son tour la complexité de la société tunisienne post-révolution. Enfin, on ne manquera pas de souligner la remarquable prestation de la toujours formidable Hafsia Herzi, qui porte et incarne à bout de bras, cette histoire de quête de liberté.

BANDE ANNONCE :


Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.