Mondociné

COUNTDOWN de Justin Dec : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Countdown
Père : Justin Dec
Date de naissance : 2019
Majorité : 13 novembre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h31 / Poids : NC
Genre : Épouvante

Livret de famille : Elizabeth Lail, Jordan Calloway, Talitha Bateman…

Signes particuliers : Une idée amusante gâchée par un film d’épouvante sans intérêt.

DEVINE COMBIEN DE TEMPS IL TE RESTE À VIVRE ?

AVIS SUR COUNTDOWN

Synopsis : Voulez-vous savoir combien de temps il vous reste à vivre ? Téléchargez l’appli Countdown ! Lorsque Quinn, une jeune infirmière, télécharge cette application à la mode, elle découvre qu’il ne lui reste que 3 jours à vivre. Elle doit trouver un moyen d’échapper à son sinistre destin avant la fin du compte à rebours. 

Une appli qui tue… Il fallait bien un jour que l’on en arrive là vu l’inventivité impressionnante des teen-épouvanteries qui ne cessent de fleurir ces dernières années. Des démons et des fantômes greffés aux nouvelles technologies ou à n’importe quoi de djeun’s, on en a eu de toutes les sortes récemment (il y en a même un qui a trouvé le moyen de posséder une partie d’Action ou Vérité, respect infini pour cette bestiole infernale !) mais il est vrai qu’aucun d’eux n’avait encore eu l’idée de concevoir une application donnant la possibilité à ses victimes humaines de connaître la date de leur mort… sans que celles-ci puissent y échapper après consultation. Et, rien que pour avoir imaginé une créature démoniaque se triturer à ce point les méninges afin de dézinguer du mortel, le réalisateur et scénariste de Countdown, Justin Dec, mérite d’être salué ! En plus, marketing bien huilé oblige, l’appli existe vraiment et on vous encourage bien évidemment à l’installer sur votre téléphone juste avant de visionner le long-métrage. Mais si celle-ci marchait vraiment, elle vous indiquerait que vous avez toutes les chances de mourir d’ennui dans les prochaines 90 minutes…

Avec Ring pour la date fatale et Destination Finale pour la question de la mort et les tentatives d’esquive aux règles imposées, Countdown secoue le shaker de ses idées empruntées ici et là dans le but de dénicher sa propre mythologie technologique… et aboutit étonnamment sur un melting-pot où l’on décerne un certain potentiel. Bon, rien de fou globalement si vous vous mangez régulièrement des films d’épouvante de cet acabit, mais par moment, Countdown laisse entrevoir certaines pistes pas si inintéressantes sur la manière dont fonctionne l’appli démoniaque et surtout, pour y trouver une porte de sortie (même son petit discours sur les consommateurs qui acceptent tout type de conditions sans le savoir au moindre achat virtuel n’est pas si bête). Ajoutez à cela quelques personnages secondaires bien plus décalés qu’à l’accoutumée et il apparaît clair que Countdown tente tout de même de trouver sa propre identité dans la masse de ce genre de produits aussi vite oubliés que consommés.

Malheureusement, au-delà de cet effort qui méritait d’être souligné, le film retombe vite dans la platitude la plus totale quand il ne va pas lorgner du côté du ridicule. Apparemment tout fier d’avoir trouvé le prétexte idéal pour enchaîner les apparitions/jump-scares le plus gratuitement possible, Justin Dec se fait plaisir en en fourrant dans tous les recoins de son long-métrage jusqu’à l’overdose, avec un ratio d’efficacité somme toute très relatif vu l’extrême prévisibilité de certains (comptez un ou deux sursauts sur la totalité). Il en résulte vraiment l’impression d’un film traversé de courants d’air que l’on tente de dissimuler par ce procédé en gagnant du temps plutôt que d’exploiter pleinement les quelques bonnes idées évoquées plus haut. Passons sur les personnages principaux transparents et leurs traumas insipides (qui serviront forcément à un moment ou à un autre au milieu de cette petite affaire démoniaque vu qu’ils sont explicités sur une musique tristounette) et arrêtons-nous sur la façon opportuniste et aberrante dont le film essaie de surfer sur le mouvement #MeToo. Comme il s’inscrit dans un cadre très contemporain, il est logique que Countdown s’appuie sur des problèmes sociétaux qui lui sont propres, l’intention d’intégrer à l’ensemble un petit message sur le harcèlement sexuel est donc plus que louable. Seulement, après l’avoir dénoncé, le film s’embarque carrément dans un discours très étrange où la solution la plus radicalement violente est prônée comme seul recours contre ce type d’agression ! Déjà que l’on était déjà affligé par à peu près tous les mauvais choix pris jusque-là, ce propos aux relents très nauséabonds achève d’enterrer le peu d’estime que l’on pouvait avoir pour le long-métrage de Justin Dec. On gardera tout de même en tête que le film nous a laissé entrevoir un semblant d’intérêt à son univers d’appli meurtrière (ce qui n’est déjà pas rien !) mais pour le reste, un simple compte à rebours de 10 secondes suffira à nous le faire oublier…

BANDE-ANNONCE :

Par Frédéric Serbource

Retrouvez toutes les critiques de Frédéric Serbource sur SensCritique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux