Mondociné

LA BELLE ÉPOQUE de Nicolas Bedos : la critique du film [Cannes 2019]

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : La Belle Epoque
Père : Nicolas Bedos
Date de naissance : 2019
Majorité : 06 novembre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h55 / Poids : NC
Genre : Comédie dramatique

Livret de famille : Daniel Auteuil, Doria Tillier, Fanny Ardant, Pierre Arditi, Guillaume Canet…

Signes particuliers : Après Monsieur et Madame Adelman, Nicolas Bedos confirme son talent de cinéaste.

UNE BELLE PROMENADE ROMANTIQUE

NOTRE AVIS SUR LA BELLE ÉPOQUE

Synopsis : Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversée le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise propose à ses clients de replonger dans l’époque de leur choix. Victor choisit alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour… 

Après un premier film réussi, on peut invoquer l’exploit frondeur, la fraîcheur de l’innocence, la chance du débutant, le pari qui a marché… Mais après une seconde réussite d’affilée, on peut peut-être commencer à parler d’un auteur vraiment doué. Avec Monsieur et Madame Adelman, Nicolas Bedos avait fait une entrée remarquée dans le cercle des réalisateurs de cinéma. Apprécié de certains, détesté par d’autres, l’artiste qui divise tant avait dans tous les cas impressionné là où on ne l’aurait pas forcément attendu. Et son coup d’éclat inaugural ne restera pas orphelin. Deux ans plus tard, Bedos confirme, et s’est même envolé vers la Croisette pour y présenter hors compétition sa Belle Époque, petit régal qui y a été longuement ovationné. Incarnée par les traits de Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Doria Tillier, Guillaume Canet ou encore Pierre Arditi, La Belle Époque est une comédie romantique et romanesque, qui prend vie en racontant l’histoire d’un sexagénaire désabusé et mélancolique qui se voit proposer par une entreprise spécialisée dans la reconstitution interactive, de passer quelques jours à l’époque où il le souhaite. Victor va alors se replonger dans les années 70, là où il a rencontré son plus grand amour.

Bedos est un auteur de cinéma, c’est désormais une certitude. Une fois encore, c’est sa plume qui régale et alimente un film dont l’humilité n’a d’égale que son entrain piquant et son charme émouvant. Des dialogues ciselés ou soyeux, tour à tour capables de traits d’humour hilarants comme d’envolées existentielles bouleversantes, une profondeur qui n’ôte en rien le côté ludique et populaire d’une entreprise divertissante et intelligente, un scénario à tiroir simple et complexe à la fois, La Belle Époque est une merveille d’écriture, un film qui philosophe sur la vie, le temps qui passe, la nostalgie du passé, l’immobilisme du présent et les promesses de l’avenir. Un film qui parle d’amour et de l’amour, cet élixir émotionnel si merveilleux, si grisant, si puissant. Un film qui parle aussi des regrets, des échecs, des réussites et des espoirs également. Sauf que tout cela, Bedos ne le formule pas dans une proposition pompeuse et assommante. Il le met en scène à travers un conte poétique, tantôt mélancolique tantôt pétillant, souvent très drôle et parfois doucement amer. Mais sans cesse joli et tendre. Et malgré un petit coup de mou en chemin, lequel n’entache pas vraiment le plaisir que l’on prend devant cette savoureuse balade inspirée, l’ensemble est assez jubilatoire et magnifiquement interprété (notamment par une Fanny Ardant géniale et un Daniel Auteuil que l’on n’avait pas vu aussi bon depuis un moment) qu’il en est follement séduisant.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

6 thoughts on “LA BELLE ÉPOQUE de Nicolas Bedos : la critique du film [Cannes 2019]

  1. Ce film est un régal, bravo pour ces dialogues fins et subtils délivrés par des acteurs sensationnels et émouvants: Fanny Ardant est formidable, Daniel Auteuil tellement vrai et attachant, un pur bonheur de voir ce scénario si bien interprété. Toutes mes félicitations M. Bedos et aussi à Doria Tillier de vous avoir accompagné sur ce projet.

    1. je suis né en 1941 et 68 est pour moi et mon couple que des crétins & la conconconbendit le film bedos est l image de son vulgaire de pére

  2. Un film à voir, émouvant et poignant; d’une réalité de vie, que les acteurs (tous) méritent une ovation. Merci ! – René M.

  3. Exceptionnel ! Un scénario jubilatoire, des acteurs au sommet avec une mention spéciale pour Fanny, Daniel et Guillaume. Merci Mr Bedos et longue vie à ce film !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux