Mondociné

JE VOUDRAIS QUE QUELQU’UN M’ATTENDE QUELQUE PART d’Arnaud Viard : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part
Père : Arnaud Viard
Date de naissance : 2019
Majorité : 22 janvier 2020
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h34 / Poids : NC
Genre : Comédie dramatique

Livret de famille : Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe, Camille Rowe, Elsa Zylberstein, Aurore Clément…

Signes particuliers : Un joli film, simple, touchant.

ARNAUD FAIT SON TROISIÈME FILM

NOTRE AVIS SUR JE VOUDRAIS QUE QUELQU’UN M’ATTENDE QUELQUE PART

Synopsis : Dans la belle maison familiale, à la fin de l’été, Aurore fête ses 70 ans, entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l’occasion. Il y a là Jean-Pierre, l’aîné, qui a endossé le rôle de chef de famille après la mort de son père ; Juliette, enceinte de son premier enfant à 40 ans et qui rêve encore de devenir écrivain ; Margaux, l’artiste radicale de la famille, et Mathieu, 30 ans, angoissé de séduire la jolie Sarah. Plus tard, un jour, l’un d’eux va prendre une décision qui changera leur vie…

Avec Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, le réalisateur Arnaud Viard (Clara et Moi, Arnaud Fait son Deuxième Film) adapte librement le célèbre best-seller d’Anna Gavalda au titre à rallonge. Dans le sillage de Jean-Paul Rouve, Aurore Clément, Benjamin Lavernhe, Alice Taglioni, Camille Rowe ou encore Elsa Zylberstein composent la (belle) distribution de cette comédie dramatique familiale balancée entre le rire et l’émotion furetant dans l’intimité d’une famille où chacun est différent mais où chacun cherche à dépasser ses petits malheurs pour trouver le bonheur. Jusqu’au jour où leur équilibre va vaciller…
Voir Jean-Paul Rouve en vedette du film évoque tout de suite quelque chose. Car à y regarder de près, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part aurait pu être un film réalisé par ce même Rouve tant on y retrouve tous les ingrédients de son cinéma : une chronique familiale, un côté choral, beaucoup de tendresse, un peu de mélancolie, et un équilibre du dosage entre la comédie et le drame. De prime abord, on a l’impression d’être face à une sucrerie romanti-comédie chatoyante. Mais c’est précisément là où le film surprend, par sa capacité à glisser en un battement de cil vers le drame très sombre, très triste. Avec une subtilité certes intermittente, Arnaud Viard brosse une jolie galerie de personnages confrontés à des impasses existentielles. Et Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part d’être une sorte de chronique douce-amère sur la dépression, mais sans jamais s’enfermer dans une peinture dépressive de son sujet. Un film aux coutures apparentes parfois lesté par ses facilités mais qui, au-delà de son envie irrépressible d’acquérir le public à sa cause par la séduction, parvient à toucher, alors qu’il parle du deuil, d’incomplétude, de la sensation de ne pas être totalement heureux, d’avoir raté quelque chose.

BANDE-ANNONCE :

Par Wilfried Rennahan

One thought on “JE VOUDRAIS QUE QUELQU’UN M’ATTENDE QUELQUE PART d’Arnaud Viard : la critique du film

  1. Je comprends pourquoi on a mis si longtemps à adapter ce film au cinéma….
    Ce film est inadaptable….
    Très bon bons comediens, Jean Paul Rouve notemmment et Mlle Taglioni.
    Par contre quel ennui, désolée je suis plutôt bon public mais le livre etait
    tellement incroyable ; si vous n’avez pas lu le livre vous aimerez……peut être
    quand aux autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux