Mondociné

EMMA de Autumn de Wilde : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Emma
Mère : Autumn de Wilde
Date de naissance : 2019
Majorité : 1er juillet 2020
Type de sortie : DVD / Blu-ray
Nationalité : USA
Taille : 2h05 / Poids : NC
Genre : Comédie romantique

Livret de famille : Anya Taylor-Joy, Johnny Flynn, Josh O’Connor, Bill Nighy, Mia Goth, Callum Turner…

Signes particuliers : Mignon d’un côté, totalement inutile de l’autre.

 

JANE AUSTEN (ENCORE) ADAPTÉE AU CINÉMA

NOTRE AVIS SUR EMMA

Synopsis : Adaptation du roman éponyme de Jane Austen sorti en 1815. Emma Woodhouse tente de faire rencontre aux célibataires de son cercle d’amis leur âme sœur.

A l’origine, il était le tout dernier roman publié de son vivant par Jane Austen, en 1815, sous un pseudonyme car la romancière s’y moquait avec une gentille ironie, de la haute société anglaise qu’elle côtoyait depuis son rang. Comédie de mœurs en trois volumes, Emma s’amusait des déboires d’une jeune femme de la noblesse anglaise qui, pensant avoir du flair pour ces choses-là, s’ingéniait à essayer « d’aider » son entourage en favorisant les rencontres amoureuses. Mais miss Emma Woodhouse multipliait les erreurs de jugement et si elle s’intéressait beaucoup aux affaires des autres, elle était en revanche incapable de voir le cœur qui battait pour elle tout près.

Pour beaucoup, Emma est l’œuvre la plus aboutie de l’héritage « austenien ». Sous couvert de comédie romantique à la frivole légèreté, l’auteure traversait beaucoup de genres et abordait de nombreux thèmes, L’imposant écrit a en tout cas connu de nombreuses adaptations, beaucoup en téléfilms ou mini-séries pour la télévision, quelques-unes au cinéma, souvent retravaillées, façon romance saphique (Enchantments), à la sauce hindi (Aisha) ou encore remasterisée version ado (Clueless avec Alicia Silverstone). Sinon, plus classique, on peut citer Emma, L’entremetteuse avec Gwyneth Paltrow (1996).

Il y avait beaucoup de choses à faire avec Emma. L’ennui, c’est qu’il est absolument impossible de compacter la richesse des romans dans un film de deux heures. Alors il faut en sélectionner une partie, une trame, choisir un angle ou condenser. C’est ce qu’a choisi de faire ce premier de l’ancienne photographe Autumn de Wilde, condenser l’intrigue vertébrale des trois volumes pour livrer une comédie romantique pimpante et amusée. Pourquoi pas en soi, sauf que ça ne marche pas. De l’œuvre de Jane Austen, il ne reste que peu de choses, au mieux quelques vagues thématiques glissées sous le tapis car impossible à vraiment faire émerger dans un film ayant choisi la légèreté comme ton. Le spectateur se retrouve alors face à un effort sans réel intérêt. Si l’on s’amuse de la douce vanité de l’héroïne, on pleure en revanche la vacuité d’un film inconséquent, si léger qu’il en devient poussière. Autumn de Wilde est incapable de s’approcher de l’ironie mordante d’un La Favorite, elle n’arrive pas à moderniser son propos comme a pu le faire (assez brillamment) Greta Gerwig sur son adaptation des Quatre Filles du Docteur March et elle ne peut compter sur la délicieuse frivolité qui faisait la réussite d’un Love & Friendship de Whit Stillman par exemple, références auxquelles on peut éventuellement songer devant ce spectacle qui se voudrait grisant et pétillant dans le ton mais qui se révèle assez terne sur la forme.

En son temps, Jane Austen avait su livrer un roman moderne (voire avant-gardiste) à la palette assez large, autant capable d’être narquoisement drôle que subtilement grave sur certains aspects. Les producteurs de cet Emma 2020 (ainsi que sa réalisatrice) ont clairement voulu se débarrasser du second visage pour faire dans le feel good movie romantico-positif. Le spectacle n’est pas fondamentalement désagréable et peut compter sur le talent et le charme d’Anya Taylor-Joy, mais l’inconsistance de la chose ne résiste pas à sa superficialité et à son cruel manque d’enjeux.

BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux