Mondociné

DES HOMMES de Jean-Robert Viallet et Alice Odiot : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Des Hommes
Père : Jean-Robert Viallet et Alice Odiot
Date de naissance : 2019
Majorité : 19 février 2020
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h23/ Poids : NC
Genre : Documentaire

Signes particuliers : Un documentaire poignant.

ENTRE LES MURS

NOTRE AVIS SUR DES HOMMES

Synopsis : 25 jours en immersion dans la prison des Baumettes. 30 000 mètres carrés et 2 000 détenus dont la moitié n’a pas 30 ans. Une prison qui raconte les destins brisés, les espoirs, la violence, la justice et les injustices de la vie. C’est une histoire avec ses cris et ses silences, un concentré d’humanité, leurs yeux dans les nôtres.

Il aura fallu des années au duo de journalistes marseillais Jean-Robert Viallet et Alice Odiot pour réussir à concrétiser Des Hommes, documentaire en immersion pendant 25 jours dans la sinistre prison des Baumettes à Marseille. Des années d’attente, de négociations, de lutte pour obtenir les autorisations nécessaires afin de pouvoir pénétrer et filmer dans un centre pénitentiaire redouté où les conditions de détention ont été qualifiées en 2012 par le contrôleur général des lieux de privation de liberté, « d’inhumaines ». Le fruit de leurs efforts est aujourd’hui récompensé. Des Hommes existe, il sort en salles, et il apparaît presque comme un film-testament pour l’Histoire alors que ladite prison connue pour sa vétusté, devrait être prochainement détruire. Mais le sujet n’est pas Les Baumettes. Le(s) sujet(s), ce sont Des Hommes qui luttent au quotidien pour exister encore un tout petit peu depuis le fin fond de l’oubli où ils végètent.

Avec Des Hommes, Jean-Robert Viallet et Alice Odiot signent un documentaire profondément touchant, traversé d’entretiens épris de tendresse et de pudeur avec des détenus emprisonnés pour diverses raisons, des plus sérieuses aux plus banales. On pense assez vite aux travaux de l’émission Striptease pour la justesse avec laquelle est approchée tant le sujet que ces « hommes » qui l’animent. Dénué de voyeurisme malsain ou de sensationnalisme gratuit, Des Hommes essaie seulement de chroniquer un quotidien dans ce qu’il peut avoir de plus dur, de plus triste ou de plus tragique, en captant des moments de vérité ou des témoignages de ces oubliés derrière les murs délabrés d’une prison emblématique de la situation critique du système carcéral français exsangue, à cours de moyens financiers comme humains. Des Hommes est un regard sur une déshumanisation qui s’opère lentement à mesure que la solitude, l’ennui, la peur, la violence et l’abandon font leurs ravages. Mais curieusement, c’est une profonde humanité qui finit par jaillir de cette même opération de déshumanisation. Au final, Des Hommes est autant un portrait puissamment émouvant sur des gamins paumés considérés comme des rebus de la société, qu’une belle réflexion sur le système carcéral moderne et ses limites.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux