OPÉRATION ANTHROPOID de Sean Ellis : la critique du film
Sortie vidéo

Partagez cet article
0 votes

[Note spectateurs]

Carte d’identité :
Nom : Anthropoid
Père : Sean Ellis
Date de naissance : 2017
Majorité : 02 janvier 2018
Type : Sortie Blu-ray & DVD
Nationalité : USA
Taille : 2h00 / Poids : NC
Genre
: Thriller, Guerre

Livret de famille : Cillian Murphy, Charlotte Le Bon, Jamie Dornan…

Signes particuliers : Moins efficace que HHhH.

QUAND L’HUMANITÉ S’EST DRESSÉE CONTRE L’INHUMANITÉ

LA CRITIQUE DE OPÉRATION ANTHROPOID

Résumé : Au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, deux soldats tchécoslovaques en exil à Londres sont parachutés à Prague avec pour mission de tuer Reinhard Heydrich, troisième commandant du Reich après Hitler et Himmler. Surnommé le boucher de Prague, Heydrich est le principal architecte de la solution finale. Avec l’aide d’un réseau de résistants, ils organisent l’opération Anthropoid qui, si elle réussit, changera le cours de l’Histoire.

Quelques mois après la sortie en salles du tristement passé inaperçu HHhH de Cedric Jimenez, Opération Anthropoid est un second film consacré à la fameuse mission du même nom, dont l’action s’est déroulée dans le Prague de 1942 écrasé par une terrible occupation nazie. Pour rappel, organisée entre l’Angleterre et la Tchécoslovaquie, l’opération Anthropoid avait pour but d’assassiner le dirigeant nazi Reinhard Heydrich, impitoyable proche d’Hitler surnommé « le Boucher de Prague, connu pour avoir été l’un des organisateurs de la Solution Finale. Avec Cillian Murphy et Jamie Fifty Shades Dornan, le film réalisé par Sean Ellis (l’excellent Cashback) revient sur le parcours des deux soldats en charge de la périlleuse mission.

Si l’on pouvait craindre la redite après HHhH, Opération Anthropoid se démarque vite de son homologue en cela qu’il développe davantage la seconde moitié du film de Cédric Jimenez, dont la particularité avait été d’être construit en deux temps, une première partie sur l’ascension d’Heydrich et une seconde sur l’opération visant à le tuer. Un dispositif singulier repris du roman de Laurent Binet qu’il adaptait à l’écran, dont s’exempte ce Opération Anthropoid entièrement focalisé sur l’élaboration de l’opération courage menée par ces deux soldats qui ont tenté l’impossible. Et Sean Ellis de signer un long-métrage globalement passionnant, qui vient flirter dans sa construction, avec le film d’espionnage. Mais s’il est pourtant précédé d’une flatteuse réputation, le résultat ne s’avère pas forcément aussi efficace et dense que le mésestimé HHhH. En cause, cette intelligente construction en deux parties du film de Jimenez, qui apportait beaucoup au film, l’horreur de sa première moitié servant l’héroïsme de la seconde et vice versa, avec en fond, une réflexion sur cette récurrence dans l’histoire où le besoin de défendre la vie s’est toujours dressé contre l’inhumanité. Le dispositif de HHhH renforçait l’implication émotionnelle du spectateur, d’abord pétrifié par l’horreur puis porté par la puissance de l’héroïsme dans un film au souffle épique virtuose. Plus discret dans sa mise en scène, plus factuel dans le point de vue adopté et la manière de raconter son histoire, Opération Anthropoid est un récit solide mais qui ne parvient pas à égaler l’intensité de son homologue sorti l’an passé. Probablement parce que le scénario très mécanique manque un peu de finesse et de qualité d’écriture, et parce que le film de Sean Ellis n’arrive jamais à soulever la même force amplificatrice.

BANDE ANNONCE :


Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.