MISSION : IMPOSSIBLE FALLOUT de Christopher McQuarrie : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

[Note spectateurs]

Carte d’identité :
Nom : Mission Impossible Fallout
Père : Christopher McQuarrie
Date de naissance : 2018
Majorité : 1er août 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h25 / Poids : NC
Genre
: Action

Livret de famille : Tom Cruise, Henry Cavill, Ving Rhames, Simon Pegg, Rebecca Ferguson, Angela Bassett, Alec Baldwin, Sean Harris…

Signes particuliers : Tom Cruise et sa team savent vraiment ce que veut dire le mot « spectacle ».

LE FILM D’ACTION DE L’ÉTÉ !

LA CRITIQUE DE MISSION : IMPOSSIBLE FALLOUT

Résumé : Les meilleures intentions finissent souvent par se retourner contre vous… Dans MISSION : IMPOSSIBLE – FALLOUT, Ethan Hunt accompagné de son équipe de l’IMF – Impossible Mission Force et de quelques fidèles alliées sont lancés dans une course contre la montre, suite au terrible échec d’une mission.

Tom Cruise est de retour avec une nouvelle mission qu’il accepte avant que son message ne s’autodétruise cinq secondes plus tard. Et la saga Mission : Impossible de continuer pour le plus grand plaisir des amateurs de cinéma d’action. Car on ne va pas se mentir, à l’heure actuelle et dans le genre, la franchise emmenée par Tom Cruise est de loin l’une (voire la) meilleure qui soit. Dans Mission : Impossible Fallout, toujours réalisé par Christopher McQuarrie (Rogue Nation), l’agent Ethan Hunt et sa team de l’Impossible Mission Force composée de Ving Rhames, Simon Pegg et le boss Alec Baldwin, vont devoir déjouer des plans visant mettre le monde actuel à genoux. Leur mission les emmènera aux quatre coins de Paris, mais aussi à Belfast, Berlin ou Londres, en passant par la province du Cachemire. Un grand voyage à travers l’Europe et le monde auquel participent également Rebecca Ferguson, Henry Superman Cavill et sa moustache qui a tant posé problème, mais aussi le revenant Sean Harris ou Angela Bassett.

Dans peu de temps, les dictionnaires du monde entier vont devoir sérieusement envisager de supprimer les définitions existantes des mots « spectaculaire » et « casse-cou » pour les remplacer par : « Tom Cruise ». Toujours aussi fou à lier dans sa tête d’accroc à l’adrénaline, l’acteur est une nouvelle fois l’attraction numéro une de Fallout, petit monument de spectacle dantesque aux innombrables prouesses acrobatiques. Entre bastons hyper-testostéronées, folles course-poursuites en voiture ou en moto, ou périlleuses cascades sensationnelles, Tom Cruise se donne encore à fond du haut de ses 56 ans passés, et son implication sans limites ne manque pas de bonifier la qualité du spectacle tonitruant. Mais loin de nous l’idée de dire que tout repose sur ses seules épaules. Si Cruise porte vraiment la franchise sur son dos infatigable, Christopher McQuarrie est quand même là pour le soutenir. Et sur Fallout peut-être plus que sur les autres, le cinéaste apporte beaucoup grâce à une mise en scène virtuose multipliant les plans de génie émergeant d’un style d’une étonnante beauté entre cadrages travaillés et jeux de lumières fascinants. Contrairement à bien des faiseurs hollywoodiens, McQuarrie ne se contente jamais d’assurer le job de manière appliquée pour « juste bien filmer l’action ». Il fait tout pour la magnifier en élaborant une mise en scène recherchée, stylisée, étincelante de classe. Et c’est probablement cette conjugaison d’un acteur dingue et d’un metteur en scène inspiré et créatif, qui fait de la saga Mission : Impossible, ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle en terme de cinéma d’action.

Vient la question de savoir si Fallout est meilleur ou moins bien que Rogue Nation, Protocole Fantôme ou les autres… Impossible à dire car chacun aura son avis selon ses affinités avec les précédents. À l’heure actuelle, le Protocole Fantôme de Brad Bird semble le plus maîtrisé de manière générale, même si dans le détail, l’arrivée de McQuarrie aux manettes a élevé le niveau de réalisation. Néanmoins, Fallout a des arguments pour boxer parmi le haut du panier de la franchise, essentiellement pour ses scènes d’action démentes généreuses en moments de bravoure mémorables (les passages à Paris ou à Londres sont des musts qui envoient le bois). Côté scénario, on regrettera seulement l’extrême -et inutile- complexité de l’histoire. La saga revient vraiment aux fondamentaux du film d’espionnage à base de conspirations, trahisons, secrets gouvernementaux, manœuvres géopolitiques et agents doubles, triples voire davantage ! Plus Fallout progresse et plus le scénario s’empêtre dans son intrigue emberlificotée aux trop nombreux personnages et sous-ressorts narratifs, au point que l’on ne cherche plus à comprendre sa minutie pour se concentrer seulement sur les grandes lignes, sur le spectacle et la globalité des tenants et ses aboutissants généraux qui le tiennent. Même si cette volonté d’élaborer de vrais enjeux est louable, cette extrême complexification trouble un peu la fluidité du récit pour un spectateur déjà fort accaparé à se rassasier du spectacle. Mais on ne va pas trop se plaindre, c’est déjà largement mieux que les blockbusters neuneu qui ne font aucun effort et qui manque terriblement de saveur, d’enjeux réels et de personnalité. En bref, bon suspens, bons comédiens (dont un Henry Cavill badass aux petits oignons), humour et scènes d’action d’anthologie, Fallout est solide, et sans aucun doute le film d’action de l’été, avec en prime un Tom Cruise qui cavale aux quatre coins de notre belle capitale, même si la « géographie parisienne du film » amusera sans doute les franciliens.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.