Mondociné

LES OISEAUX DE PASSAGE de Ciro Guerra et Cristina Gallego : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Pájaros de verano
Père : Ciro Guerra, Cristina Gallego
Date de naissance : 2018
Majorité : 10 avril 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : Colombien
Taille : 2h01 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : José Acosta, Carmiña Martínez, Jhon Narváez…

Signes particuliers : Une fresque entre l’intime et le thriller.

LA NAISSANCE DES CARTELS

LA CRITIQUE DE LES OISEAUX DE PASSAGE

Synopsis : Dans les années 1970, en Colombie, une famille d’indigènes Wayuu se retrouve au cœur de la vente florissante de marijuana à la jeunesse américaine. Quand l’honneur des familles tente de résister à l’avidité des hommes, la guerre des clans devient inévitable et met en péril leurs vies, leur culture et leurs traditions ancestrales. C’est la naissance des cartels de la drogue. 

Avec Les Oiseaux de Passage, le tandem Ciro Guerra et Cristina Gallego s’intéresse à la naissance des cartels de la drogue en s’inscrivant très loin de l’imaginaire habituel des polars sombres et violents sur les narcotrafiquants. Le film rappelle surtout que les grands cartels colombiens trouvent leurs origines dans les tribus locales et montrent cette évolution entre les années 60 et 80. Construit en cinq actes, Les Oiseaux de Passage débute comme un film d’auteur à la lisière du documentaire anthropologique avant que la drogue, l’argent et les armes ne s’invitent dans la danse, comme dans tout film sur le sujet. Et Ciro Guerra et Cristina Gallego d’embrasser ensuite un récit d’ascension et de chute classique mais en ne perdant jamais du regard leur volonté d’illustrer comment le trafic de drogue a perverti des tribus aux valeurs et coutumes ancestrales. L’ambition est là, l’intensité aussi même si elle met un peu de temps à se formuler. Ensemble, elles subliment cette fresque tragique qui néanmoins, semble un peu trop théorique et déstabilisée par son assise entre deux chaises et deux tons.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux