JOYEUX BORDEL ! de Josh Gordon & Will Speck : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

joyeux-bordelMondo-mètre
note 2 -5
Carte d’identité :
Nom : Office Christmas Party
Père : W. Speck & J. Gordon
Date de naissance : 2016
Majorité : 21 décembre 2016
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h46 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : TJ Miller, Jason Bateman, Jennifer Aniston, Kate McKinnon, Olivia Munn, Jamie Chung, Coutney B. Vance, Rob Corrdry, Vanessa Bayer…

Signes particuliers : Entre Projet X et Very Bad Trip, une comédie qui fait pschitt…

VERY BAD PROJET CHRISTMAS PARTY X (grosso modo)

LA CRITIQUE DE JOYEUX BORDEL !

Résumé : A la tête de l’entreprise familiale, Carole menace de fermer la branche dirigée par son frère fêtard et son équipe de bras-cassés qui pensent plus à s’éclater qu’à faire des bénéfices… Il n’en fallait pas plus à ce dernier pour qu’il leur fixe une ultime mission : organiser dans les bureaux une soirée de Noël totalement épique et hors-norme afin d’impressionner un de leurs plus gros clients convoités et signer un contrat qui pourrait sauver leur boulot.joyeux-bordel-filmL’été a ses comédies estivales, l’hiver a ses comédies de Noël ! Et au milieu du flot de films d’animation et autre Star Wars qui trustent le devant de la scène, Joyeux Bordel ! débarque et tente de se frayer un petit chemin vers un public à la recherche de grosses poilades égayantes, d’autant qu’il promet modestement une avalanche de rires au détour d’un bon gros délire situant son curseur quelque part entre Very Bad Trip et Projet X. Pour résumer, les employés d’une société d’informatique vont organiser la fête de Noël la plus épique de tous les temps afin de sauver leur boîte. Fête qui, on s’en doute bien, va dégénérer dans les grandes largeurs !joyeux-bordel-film-2Avec Joyeux Bordel !, Will Speck et Josh Gordon, le duo responsable des Rois du Patin et d’Une Famille Moderne (déjà avec Jason Bateman et Jennifer Aniston) font leur grand retour avec une comédie qui, comme son titre l’indique, se veut déjantée à souhait, dans l’esprit de ses références évoquées et assumées. Mais si l’argument avait de quoi séduire et si la formule laissait espérer une bonne dose de politiquement incorrect couplé à un humour trash, régressif et sans limites, autant dire que le résultat fait l’effet d’une coupe de champagne éventée tant il passe à côté de ses intentions, comme de son concept, qu’il était pourtant facile de rendre efficace. Joyeux Bordel ! manque cruellement d’inspiration, peine à invoquer la drôlerie censée naître de sa folie ambiante, et on lui reprochera surtout une construction malhabile, qui étouffe lentement le potentiel de l’affaire. Very Bad Trip et Projet X reposaient l’un comme l’autre, sur une évidence narrative aussi simple qu’inévitable : avoir un sens de la progression grimpant crescendo dans l’hallucinant et le portnawak, desquels émergeaient les barres de rire. Bancal et fainéant, Joyeux Bordel ! oublie cet artifice primordial et sombre alors dans une succession de gags mal assemblés, en plus de n’être pas vraiment drôles en soi. Jamais désagréable, Joyeux Bordel ! se regarde d’un air très détaché, entre ennui poli et envie insatisfaite, de le voir pousser le bouchon vers des limites tarées qu’il n’atteindra jamais.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.