GOING TO BRAZIL de Patrick Mille : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
1 vote

going_to_brazil_afficheMondomètre
note 3.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Going to Brazil
Père : Patrick Mille
Date de naissance : 2016
Majorité : 22 mars 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h34 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Vanessa Guide, Alison Wheeler, Margot Bancilhon, Philippine Stindel, Joseph Malerba…

Signes particuliers : Une comédie modestement hilarante.

LES EMMERDES, ÇA VIENT TOUJOURS EN CASCADE !

LA CRITIQUE DE GOING TO BRAZIL

Résumé : La folle aventure de trois copines invitées au mariage de leur meilleure amie au Brésil. À peine arrivées à Rio, elles tuent accidentellement un jeune homme trop insistant. Dès lors, tout s’emballe ! Going_to_brazil_1Auteur d’une grosse carrière en tant qu’acteur, mais souvent cantonné aux seconds rôles, Patrick Mille avait eu la bonne idée de se lancer dans la mise en scène en 2012 avec le réussi Mauvaise Fille, qui avait révélé la jeune Izia Higelin, dont la performance avait été récompensée d’un César du Meilleur Espoir. Cinq ans plus tard, il récidive avec Going to Brazil, mais dans un tout autre registre, passant du drame à la comédie exotique, pour un délire d’aventure aussi fun que détonnant. Direction Rio de Janeiro en compagnie de trois copines, invitées au mariage de l’une de leur meilleure amie. Sauf que pas de bol, les vacances idylliques annoncées vont se transformer en pur cauchemar surréaliste. Et comme le disait Jacques Chirac avec son délicieux sens de la formule, « les emmerdes, ça vole toujours en escadrilles. »Making of Going To BrazilAu carrefour de Spring Breaker et de Very Bad Trip, mais avec un ton multipliant les références les plus diverses dont Tarantino, Going to Brazil est une sorte de comédie d’action à la fois trépidante, sexy et décomplexée, où l’humour répond aux codes du thriller, dans une aventure frénétique menée tambour battant. Sur la foi de son concept pas novateur mais exploité avec une sincérité qui fait du bien, Going to Brazil est bien huilé, bien rythmé, bien barré, mais surtout bien jubilatoire. Sans être un chef-d’œuvre impérissable, et sans en avoir l’intention, ce qui nous change un peu de la prétention habituelle du cinéma hexagonal, Going to Brazil est tout simplement un « film sympa », arguant d’ailleurs fièrement cette ambition, avec pour but de faire passer un chouette moment aux spectateurs qui n’auront plus qu’à le savourer sans modération. Agréablement accompagné par une bande de filles aussi charmantes que follement attachantes (leur complicité et capital sympathie y sont pour beaucoup dans la réussite du film), Going to Brazil est d’une générosité exemplaire et nous expédie à l’autre bout du monde pour un mélange de festif, de cauchemar flippant et de folie quasi-kafkaïenne. Et parce que ça ne coûte rien et que la comédie n’a pas à être un sous-genre se résumant à son caractère purement fonctionnel, Patrick Mille parvient à glisser quelques trouvailles de mise en scène qui ne font qu’encore plus, anoblir sa petite réussite dont on apprécie la fraîcheur, l’énergie et le ton résolument pop.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.