CHARLIE MORTDECAI de David Koepp : la critique du film [Sortie DVD/Blu-ray]

Partagez cet article

120x160charliemortdecai-fr-1811-hdMondo-mètre
note 5.5 -10
Carte d’identité :
Nom : Mortdecai
Père : David Koepp
Date de naissance : 2014
Majorité : 21 mai 2015
Type : Sortie DVD/Blu-ray
(Éditeur : Metropolitan)
Nationalité : USA
Taille : 1h47 / Poids : 60 M$
Genre : Comédie, Aventure

Livret de famille : Johnny Depp (Charlie Mortdecai), Gwyneth Paltrow (Johanna Mortdecai), Paul Bettany (Jock), Ewan McGregor (Martland), Olivia Munn (Georgiana), Jeff Golldbum (Krampf), Michael Culkin (Graham), Ulrich Thomsen (Romanov)…

Signes particuliers : Une comédie gentiment délurée, adaptée d’une saga littéraire britannique culte.

LA CLASSE EXCENTRIQUE À LA BRITANNIQUE

LA CRITIQUE

Résumé : Beaucoup de monde est à la poursuite de Charlie Mortdecai : des Russes fous furieux, les services secrets britanniques très remontés, un terroriste international et même sa somptueuse épouse… Pour se tirer des situations impossibles qui le guettent, l’élégant marchand d’art et escroc occasionnel n’a que son charme. Il va lui en falloir beaucoup s’il veut s’en sortir vivant et être le premier à retrouver le tableau volé qui conduit au trésor caché des nazis… charlie mortdecaiL’INTRO :

Entre l’image préjugée de navet lourdingue pseudo-décalé qu’il renvoyait et la présence d’un Johnny Depp abonné aux rôles cabotins les plus insupportables depuis pas années déjà, Charlie Mortdecai avait tout du repoussoir ultime, brûleur de rétines en fusion et mangeur de matière grise atrophiée. C’était en tout cas le ressenti pré-séance qui collait aux basques de ce nouvel effort de David Koepp, scénariste émérite (L’Impasse, Jurassic Park, Spider-Man, Panic Room…) capable du meilleur comme du pire lorsqu’il se glisse derrière la caméra, à la fois auteur de l’excellent Hypnose ou coupable du piteux Premium Rush. Adaptation de la célèbre saga littéraire de Kyril Bonfiglioli et du roman Don’t Point That Thing At Me (1972) en particulier, Charlie Mortdecai (sur lequel Koepp n’est étrangement pas scénariste) ambitionnait de retrouver l’esprit « so british » de son matériau originel. Et Koepp, lui, de retrouver un Johnny Depp qu’il connait bien pour l’avoir dirigé dans Fenêtre Secrète. Ewan McGregor, Gwyneth Paltrow et Paul Bettany complètent la distribution de ce challenge périlleux.

charlie_mortdecai_3L’AVIS :

Allez savoir si c’est justement la petitesse des attentes qui lui étaient allouées, le fait que le film soit une honnête surprise loin de l’idée qu’on s’en faisait, ou un peu des deux, mais toujours est-il que Charlie Mortdecai appelle à l’indulgence. Avec son imagerie loufoque voire cartoonesque, son humour gentiment irrévérencieux, sa truculente galerie de personnages secondaires (mention à un Paul Bettany balafré incarnant un majordome costaud et serial niqueur) ou son ambiance agréable et divertissante, la comédie d’aventures de David Koepp est une sympathique excentricité enjouée et délirante, surfant sur un ton doucement farfelu associé à une bonne humeur générale.MORTDECAIToussant ses défauts au point d’en cracher ses poumons, Mortdecai souffre d’un bon 40° de fièvre qui le rend branlant sur des jambes. Une faiblesse générale, un visuel par intermittence horripilant, un Johnny Deep qui surjoue à l’excès le cabotinage déjà cher à son personnage, une folie qui aurait gagné à profiter de sa classification « R » avec moins de retenue…  Oui, Charlie Mortdecai n’est globalement pas un bon film à proprement parlé. Mais les fans de Johnny Depp apprécieront à coup-sûr cette sucrerie dispensable mais amusante, où l’acteur porte à haut niveau, la caricature des personnages hauts en couleurs et flamboyants qu’il a fréquemment l’habitude de côtoyer ces dernières années, chez Burton notamment. Malgré son absence de génie, on finira par trouver notre compte dans cette attraction simple, légère, doucement burlesque, et qui fonctionne sans trop de peine, alimentée par son énergie sympathique et le déploiement d’une bonne humeur générale qui sait se jouer de son ridicule auto-assumé.Capture-d’écran-2015-05-15-à-14.36.58

LE BLU-RAY & LES SUPPLÉMENTS

Techniquement, l’édition Blu-ray de Charlie Mortdecai est une petite merveille, que ce soit dans le rendu image qui embellit la palette chromatique très colorée du film ou dans sa configuration sonore, offrant un 7.1 exaltant, en VO comme en VF, mettant en valeur tout le travail sonore et musical orchestré. Côté suppléments, deux modules complètent la galette pour un total de pas loin d’une demi-heure de bonus. D’abord, un module baptisé Instants volés sur le tournage, soit une autre manière de dire « making of ». Nombreuses images du tournage, interview de Johnny Depp qui parle de son affection pour les livres sur Mortdecai et la confection du film, interview d’un Paul Bettany rieur qui évoque sa découverte du script sur le plateau de Transcendance (qu’il tournait avec Depp). Interviennent également plus brièvement, Ewan McGegor ou Olivia Munn. On s’amusera au passage, du décalage entre les « deux Johnny Depp », celui des images du film, classe, pétillant, enjoué et celui de l’interview, plus négligé en mode baba cool, au rythme verbal lent voire neurasthénique. Un second module de 11 minutes est consacré à la musique du film, très présente et indispensable à la dynamique et au ton enjoué du film, avec la participation du compositeur Geoff Zanelli.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.