CHALA, UNE ENFANCE CUBAINE d’Ernesto Daranas : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

chala_une_enfance_cubaineMondo-mètre
note 3.5 -5
Carte d’identité :
Nom : Conducta
Père : Ernesto Daranas
Date de naissance : 2014
Majorité : 23 mars 2016
Type : Sortie en salles
Nationalité : Cuba
Taille : 1h48 / Poids : NC
Genre : Comédie dramatique

Livret de famille : Armando Valdes Freire, Alina Rodriguez, Silvia Aguila, Armando Miguel Gómez, Miriel Cejas…

Signes particuliers : Un regard sur Cuba entre espoir et réalisme.

LES 400 COUPS DE CHALA

LA CRITIQUE

Résumé : Chala, jeune cubain, malin et débrouillard, est livré à lui-même. Élevé par une mère défaillante qui lui témoigne peu d’amour,il prend soin d’elle et assume le foyer. Il rapporte de l’argent en élevant des chiens de combat. Ce serait un voyou des rues sans la protection de Carmela, son institutrice, et ses sentiments naissants pour sa camarade Yeni…chala_une_enfance_cubaine_2L’INTRO :

Dans la plupart des pays en crise, notamment quand elle est à la fois économique et sociale, le cinéma souffre d’une immense difficulté à exister, chose assez facilement compréhensible. Cuba en est un exemple parfait. Alors que le pays est en proie à une misère galopante, les salles obscures ont fermé, l’âge d’or des années 60 semble bien loin, et tourner un film est chose difficile. Pourtant, à l’heure du renouveau et de la réouverture, le septième art se remet à espérer. Il faudra plus d’un jour pour voir ré-exister une cinématographie qui ne produit pour l’heure que quelques films par an, mais une lueur brille. Une lueur qui n’a jamais cessé de briller cela étant dit, le cinéma cubain ayant connu des hauts et des bas, mais n’ayant jamais disparu. Aujourd’hui, le cinéma cubain s’invite dans les salles françaises avec Chala, Une Enfance Cubaine, long-métrage d’Ernesto Daranas né d’une collaboration avec des étudiants d’une école de cinéma de La Havane. L’histoire d’un petit garçon obligé de grandir plus vite que la vie ne le voudrait.chala_une_enfance_cubaine_3L’AVIS :

A travers les yeux de son magnifique Chala, jeune garnement difficile, courageux, malin et débrouillard, le film d’Ernesto Daranas contemple la réalité d’un pays entre mal-être social, marginalisation, conflits, misère et violence. Un pays surtout sans solutions pour aider les faibles, alors que Daranas désigne l’éducation comme le principal moyen pour tendre la main aux générations futures en danger. C’est un regard lucide et bouleversant sur la société cubaine qui vient soutenir ce 400 Coups made in Cuba, plus tourné vers la fable sociétale que vers un récit initiatique généralement propre aux films sur l’enfance. Chala, Une Enfance Cubaine est un drame lumineux teinté de comédie dramatique, certes à la dureté poignante, mais dont la noirceur qui aurait pu l’habiter se trouve désamorcée par une approche au ton optimiste. Chala tente de suivre son cursus scolaire tant bien que mal, dresse des chiens de combat et élève des pigeons pour aider à payer les factures et tenir une maison qu’un père a fui et qu’une mère droguée et alcoolique est incapable de gérer. Chala vit entre la rue et un foyer dont il est l’adulte, manque d’affection, et serait presque abandonné à son sort sans le soutien d’une vieille institutrice compatissante et aimante. En somme, on pourra dire que Chala n’a pas été épargné par la vie, qu’il doit faire face à des obligations qui ne devraient pas lui incomber. Mais du haut de sa supposée douzaine d’années, il incarne pourtant l’espoir, la vie, le renouveau.chala_une_enfance_cubaine_4Film sincère et bienveillant, peignant une réalité tragique avec un tendre humanisme et un piquant salvateur, Chala, Une Enfance Cubaine ne se sent pas obligé de faire dans le pathos ou le sordide pour égrener ses idées et son portrait. Il aurait pu le faire mais Ernesto Daranas a préféré choisir une autre voie, peut-être naïve pour certains, mais qui laisse filtrer une lumière à la fois belle et chaleureuse. Et cette lumière est le premier rempart contre le désespoir. Croire en un meilleur avenir sans toutefois occulter les failles de la réalité présente, c’est déjà un début pour esquisser les bases d’une révolution en marche. Et Chala, Chala, Une Enfance Cubaine a ce mérite de ne pas céder au fatalisme, à l’image de son jeune héros rayonnant, fabuleusement incarné par le petit Armando Valdes Freire.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.