ACCIDENT de Joseph Losey
Critique – Sortie DVD/Blu-ray

Partagez cet article
0 votes

18760316.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre
note 6 -10
Carte d’identité :
Nom : Accident
Père : Joseph Losey
Date de naissance : 1967
Majorité : 28 janvier 2015
Type : Sortie en DVD, Blu-ray
Nationalité : Angleterre
Taille : 1h45 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : Dirk Bogarde (Stephen), Stanley Baker (Charley), Jacqueline Sassard (Anna), Michael York (William), Delphine Seyrig (Francesca), Vivien Merchant (Rosalind)…

Signes particuliers : La deuxième collaboration du duo Joseph Losey/Harold Pinter. Un film parfaitement inscrit dans les thématiques et le cinéma du cinéaste.

PASSIONS & FRUSTRATIONS

LA CRITIQUE

Résumé : William meurt dans un accident de voiture en se rendant chez Stephen, professeur d’université. Indemne, sa fiancée Anna est secrètement recueillie par Stephen. Celui-ci se remémore les débordements passionnels provoqués par l’arrivée d’Anna, jeune princesse autrichienne.ACCIDENTL’INTRO :

Souvent considéré comme le vrai chef d’œuvre de Joseph Losey, Accident marque la seconde collaboration du metteur en scène avec le dramaturge Harold Pinter, qui en signe le scénario à partir d’un roman de Nicholas Mosley, trois ans après leur fructueuse association sur le fabuleux The Servant. Dirk Bogarde, également de la partie à l’époque, retrouve cette équipe de talent, entouré de Michael York, Stanley Baker et Jacqueline Sassard. Et à évoquer la distribution, on notera, pour l’anecdote, un caméo de Pinter lui-même, dans le rôle d’un producteur de télévision (imité par l’écrivain Nicholas Mosley apparaissant dans le personnage de Don Hedges). Accident fait également partie des œuvres de Losey que StudioCanal édite aujourd’hui en Blu-ray.Capture d’écran 2015-01-26 à 10.14.14L’AVIS :

Si le qualitatif de « chef d’œuvre ultime de Losey » restera discutable et à l’appréciation de chacun (nous, on y préfère clairement The Servant), force est d’avouer que Accident baigne parfaitement dans les thématiques qui ont toujours jalonné le cinéma du metteur en scène. Une fois de plus, Joseph Losey s’immisce dans la psyché troublée d’un personnage tiraillé entre fascination et frustration. Sensualité, pulsions, désirs refrénés et sexualité, bordent ce récit diffus à l’érotisme psychologique, tournant autour de Stephen, professeur de philosophie marié et père, happé par le charme aimantant d’une de ses élèves, une princesse autrichienne toute en beauté et en présence majestueuse. Autour de lui, les liens se tissent, Anna se fiance à William, un autre élève de Stephen, un de ses collègues en fait sa maîtresse, tandis que Stephen ronge son frein, subit les assauts de ses désirs perturbants. Par ce drame iconoclaste au rythme lymphatique, Joseph Losey erre entre l’élégance d’un cinéma à la Visconti, celui d’un Alain resnais (auquel il multiplie les références directes ou indirects) et la peinture tragique, toute en violence contenue et en tension palpable, des sentiments passionnels et torturés propres à son cinéma.ac3Sans cesse sur un fil, comme toujours, entre subtil raffinement et entrechoquement psychologique étouffant et dérangeant, Joseph Losey signe une œuvre fiévreuse, perturbante, analytique voire psychanalytique, dont les plus beaux moments de grâce se trouvent dans les petits riens qui veulent tout dire. La marque de fabrique du duo Losey-Pinter, éperdument abandonné à cette rhétorique de la finesse permanente, pour mieux souligner les mécanismes de l’animalité aliénante de l’être humain frustré voire écrasé quand il est soumis à un pouvoir de domination, ici sexuel. Tout est dans la scène d’ouverture de l’accident, avec ce talon féminin qui écrase le visage d’un homme. Par inadvertance, certes, mais le symbole est là.accident_bogarde

LE TEST BLU-RAY

Comme sa voisine The Servant, l’édition Blu-ray remastérisée sous le label StudioCanal de Accident est d’une propreté impeccable, soulignant à la fois l’ambiance et les couleurs admirablement restituées du film de Joseph Losey. Côté bonus, cette édition est mois fournie que celle de The Servant mais reste riche en entretiens. Un premier avec Harry Burton (réalisateur d’un documentaire sur Pinter pour Channel 4) et qui nous parle du dramaturge, de son œuvre et de son travail avec Losey. S’ensuit un autre entretien avec John Coldstream (biographe officiel de Dirk Bogarde) qui évoque le comédien et sa double collaboration avec le cinéaste. Troisième interview, Mélanie Williams, professeur universitaire, parle de la femme dans le cinéma de Joseph Losey à travers une analyse passionnante et pertinente. Enfin, Tim Tobey (critique pour le Daily Telegraph) parle de Losey et de Pinter, de leur travail ensemble, et surtout du film Accident.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.