Mondociné

ATTAQUE À MUMBAI d’Anthony Maras : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Hotel Mumbai
Père : Anthony Maras
Date de naissance : 2019
Majorité : 04 juillet 2019
Type : Sortie VOD
Nationalité : Australie
Taille
: 2h05 / Poids : NC
Genre : Thriller

Livret de famille : Dev Patel, Armie Hammer, Jason Isaacs, Nazanin Boniadi…

Signes particuliers : Moins horripilant que Taj Mahal sur le même sujet mais néanmoins anecdotique.

LES ATTENTATS DE MUMBAI ENCORE À L’ÉCRAN

LA CRITIQUE DE ATTAQUE À MUMBAI

Synopsis : Inspiré de faits réels. Novembre 2008, une série d’attaques terroristes a lieu dans la ville de Mumbai. Durant trois jours, des hommes armés prennent d’assaut le légendaire Taj Mahal Palace Hôtel en retenant les clients et les employés qui s’y trouvent. Au milieu de ce chaos, le Chef du restaurant et un serveur vont risquer leur vie pour protéger leurs clients. Parmi eux, un couple va tout faire pour protéger leur nouveau-né. Alors que le monde entier découvre ces évènements tragiques, ce qui se déroule à l’intérieur dépasse l’inimaginable. L’histoire vraie des attaques terroristes qui se sont déroulées à Bombay en novembre 2008.

Il y a quatre ans, le scénariste-réalisateur français Nicolas Saada (Espion(s)) s’intéressait aux tragiques attentats de Bombay en 2008 qui avaient coûté la vie à 188 personnes lors d’attaques coordonnées dont deux massacres dans les hôtels de luxe qu’étaient le Taj Mahal Palace et l’Oberoi Trident. Le résultat, pompeux à souhait et foutrement mal interprété, s’était révélé plus horripilant que franchement convaincant. Aujourd’hui, c’est au tour de l’australien Anthony Maras de prendre à son compte le récit de ce carnage meurtrier. Pour son premier long-métrage coproduit entre l’Inde et l’Australie, le cinéaste s’est appuyé sur le documentaire Surviving Mumbai et relate le cauchemar vécu pendant trois jours par les résidents du Taj Mahal, via les prismes d’un serveur du restaurant et d’un couple d’américains séparés de leur nouveau-né. Dev Patel, Armie Hammer et Jason Isaacs sont les têtes d’affiche de ce thriller qui sort chez nous directement en VOD.

A l’inverse de Nicolas Saada qui avait au moins eu le mérite de tenter une approche sensorielle et immersive (même si le résultat était loupé) pour donner une identité à son film, Anthony Maras s’est attaqué à cette histoire tragique avec une volonté de simple efficacité, laquelle laisse assez perplexe quant à la transformation en spectacle de cinéma d’une tragédie dont les braises sont encore fumantes. Sur la forme, le cinéaste ne nous épargne aucun artifice pour créer de la tension et de l’émotion factice, faisant étalage de scènes de massacres impitoyables et voyeuristes, jouant avec le suspens du bébé séparé de ses parents paniqués, vantant l’héroïsme du personnel de l’hôtel pour qui « la vie des clients est tout ce qui compte »… Le film surfe sur un scénario somme toute assez bête quand il n’est pas coupable de vulgarité (le coup de l’islamiste qui avale du cochon par accident tellement il est crétin). Un sentiment de malaise se propage doucement aux contours de cette démonstration au racoleur très américanisé (même si le film n’a rien de yankee). Mais au-delà du sentiment d’indécence, ce qui gêne surtout dans Attaque à Mumbaï, c’est l’absence totale de point de vue, la gratuité gênante de ce récit factuel qui ne cherche jamais à creuser quoique ce soit et se contente de boxer dans la catégorie du petit thriller inspiré de faits réels plutôt que d’essayer de s’élever en s’intéressant au contexte, aux motivations et aux enjeux. Reste au final un petit film quelconque, et c’est probablement ce qu’il y a de pire vu le sujet.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux