TRIPLE ALLIANCE de Nick Cassavetes
Critique – avant-première (comédie)

Partagez cet article
0 votes

201479.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMondo-mètre
note 5
Carte d’identité :
Nom : The Other Woman
Père : Nick Cassavetes
Livret de famille : Cameron Diaz (Carly), Leslie Mann (Kate), Kate Upton (Amber), Nikolaj Coster-Waldau (Mark), Don Johnson (Franck), Nicki Minaj (Lydia), Taylor Kinney (Phil)…
Date de naissance : 2013
Majorité : 18 juin 2014 (en salles)
Nationalité : USA
Taille : 1h49
Poids : Budget 40 M$

 

Signes particuliers (+) : Une comédie sympathique et sans prétention, menée tambour battant par l’énergie de ses trois jolies comédiennes et le charme de Nikolaj Coster-Waldau.

Signes particuliers (-) : Souriant mais rarement hilarant, Triple Alliance distrait mais s’oublie vite par manque d’originalité et de saveur.

 

LA FAMEUSE « SOLIDARITÉ FÉMININE »

LA CRITIQUE

Résumé : Carly découvre que son nouveau petit ami Marc est un imposteur, lorsqu’elle rencontre accidentellement sa femme, Kate. Carly va se prendre d’affection pour elle, et leur improbable amitié va se renforcer encore un peu plus lorsqu’elles réalisent que Marc les trompe toutes les deux avec une autre femme, Amber. Les trois femmes vont joindre leurs forces et mettre au point un impitoyable complot pour se venger.triple alliance L’INTRO :

Gros succès aux Etats-Unis, la comédie The Other Woman, rebaptisée Triple Alliance dans nos vertes contrées, débarquera en salles quelques jours avant la date officielle de l’été. Quoi de mieux pour lancer la saison du soleil et des vacances (enfin, on l’espère) qu’une joyeuse banderille où trois jolis brin de femmes malmenées par un coureur de jupons séducteur et menteur comme un arracheur de dents, décident  de l’allier pour lui faire payer au prix fort ses infidélités abjectes. Le trio de charme en question, c’est Cameron Diaz (une habituée de la comédie estivale), Leslie Mann et le mannequin atomique Kate Upton. Face à elle, la « victime » de leur furie vengeresse, c’est le tombeur-charmeur Nikolaj Coster-Waldau, alias Jamie Lannister de la série Games of Thrones. Quand une femme décide de passer à la caisse pour faire payer cher une crasse mal digérée, autant dire qu’on le sent passer. Mais quand elles s’y mettent à trois… Autant dire qu’il vaut mieux ne pas être l’objet de leurs foudres. Et à plus forte raison si elles sont rusées et ne manquent pas d’imagination !Capture d’écran 2014-06-06 à 20.46.14

L’AVIS :

Réalisée par un Nick Cassavetes qui n’avait plus tourné depuis cinq ans (et Ma Vie pour la Tienne, déjà avec Cameron Diaz), Triple Alliance est une comédie grinçante, légère et sympathique, sans doute pas le film de l’année mais un moment agréable qui a conscience de ses limites et de son statut, portée à bout de bras par un trident fatal de comédiennes en grande forme, surtout quand il s’agit de lâcher leurs griffes sur une proie malheureuse, que l’on plaindra qu’à moitié tant on prend un malin et sadique plaisir à le voir douiller, lui le playboy irrésistible et véritable enfoiré de la pire espèce. Cherchez une femme,  c’est elle qui vous trouvera ! Et vous serez presque chanceux si elle est seule car la solidarité féminine, il n’y a rien de pire pour la gente masculine, c’est bien connu !444398.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxPas forcément hilarant mais globalement amusant, Triple alliance s’oubliera sans doute aussi vite qu’il ne se découvre d’autant qu’il est globalement balisé et prévisible. Mais sur l’instant, cette joyeuse et humble comédie pop corn de Cassavetes fils réussit à distraire avec peps et humilité. Et c’est pas là l’essentiel après tout ? On aimerait sans doute aimé plus de folie, d’originalité et de gags politiquement incorrects, mais on saura se contenter de ce petit moment agréable et sans prise de tête, qui au passage nous gratifie de la suite du retour à la mode de l’excellent Don Johnson, dans un second rôle anecdotique mais sacrément drôle.

Bande-annonce :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.