L’INTERVIEW QUI TUE ! de Seth Rogen : la critique du film & le test Blu-ray [Sortie DVD/BR]

Partagez cet article

The_interviewMondo-mètre
note 5.5 -10
Carte d’identité :
Nom : The Interview
Pères : Seth Rogen
Date de naissance : 2014
Majorité : 03 juin 2015
Type : Sortie DVD, Blu-ray
Nationalité : USA
Taille : 1h52 / Poids : 44 M$
Genre : Comédie

Livret de famille : James Franco (Dave Skylark), Seth Rogen (Aaron Rapoport), Lizzy Caplan (Agent Lacey), Randall Park (Kim Jung-Un), Diana Bang (Sook), Timothy Simons (Malcolm)…

Signes particuliers : Une comédie déjantée et géopolitiquement incorrecte nourrie à l’humour made in Seth Rogen.

LA COMÉDIE QUI TUE !

LA CRITIQUE

Résumé : Dave Skylark anime le talk-show Skylark Tonight, au cours duquel il interroge des célébrités sur des sujets intimes. Alors que Dave et son équipe fêtent leur 1000eme émission, ils découvrent que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est un fan de leur programme, ce qui incite le producteur Aaron Rapoport à lui proposer une interview. Les choses se compliquent quand la CIA entre dans la danse. L’agent Lacey contacte Dave et Aaron afin qu’ils profitent de l’occasion pour assassiner le leader nord-coréen. Ces derniers acceptent à contrecœur. Arrivés en Corée du Nord, rien ne se passera pas comme prévu.the_interview_2L’INTRO :

The Interview, le film dont on aura beaucoup, beaucoup, beaucoup parlé. Pour des tas de raisons. D’abord pour son sujet politiquement incorrect, qui aura fait grincer des dents tout l’état-major nord-coréen avec cette histoire de journalistes missionnés par le gouvernement américain pour assassiner le Président Kim Jong-un au détour d’un entretien exceptionnel accordé par le « suprême leader » à ces pieds-nickelés de la télé poubelle. Ensuite, pour la rocambolesque histoire de sa sortie/non-sortie. Programmé, déprogrammé, reprogrammé, sous la menace d’attentats dans les salles qui le projetteraient, puis victime du « SonyGate », l’affaire ultra-médiatisée du piratage des données du studio américain qui aura vu le film fondre sur la toile et succomber aux click du téléchargement illégal, The Interview aura souffert et pas qu’un peu. Et finalement, cette comédie d’action ambitieuse budgétée à 44 M$ et signée Seth Rogen et Evan Goldberg (le duo responsable du médiocre C’est la Fin) d’avoir été l’incarnation même de certains maux du cinéma hollywoodien actuel. Bref, baptisé L’Interview qui Tue ! en France, il sera distribué en toute confidentialité malgré le mal déjà fait, et sa sortie vidéo sera probablement sa meilleure carrière.interview_qui_tueL’AVIS :

Les critiques seront tombées à bras raccourcis sur cette comédie gentiment barrée, à n’en pas douter victime du buzz qui l’aura entouré, nourrissant des attentes qui n’auront jamais été confirmées. Beaucoup attendaient une satire géopolitique grinçante. Beaucoup attendaient un film féroce et subversif justifiant le pataquès démesuré qui l’aura précédé. Et beaucoup attendaient un film un poil plus intelligent que la simple comédie potache. Forcément, la désillusion aura été grande à la découverte du résultat qui, au final, n’était rien de tout ça. L’Interview qui Tue ! n’ambitionnait rien d’autre que la grosse marrade débilitante, dopée au comique typique de l’univers de Rogen/Goldberg. Graveleux, déjanté, grotesque et de mauvais goût, L’Interview qui Tue ! est une petite hilarité tenue par sa bêtise farceuse et la seule satire en présence, ne sera sûrement pas celle du leader-dictateur nord-coréen dont le film brosse un portrait régressif (à quoi bon enfoncer des portes ouvertes et dénoncer ce que tout le monde sait déjà) mais celle égratignant les médias américains et toutes ces pseudos-émissions d’infos ridiculement intéressées par le sensationnalisme et non le professionnalisme noble du métier de journaliste.l_interview_qui_tueRéférences à la pelle, gags en tout genre, vannes débiles et humour trash, L’Interview qui Tue est une comédie sous influence des ZAZ (toutes proportions gardées), dans le fond ni bonne ni mauvaise puisqu’elle reste soumise à l’intérêt et à la sensibilité de chacun envers l’humour made in Rogen.1507-1

LE TEST BLU-RAY

S’il n’y a pas grand-chose à dire concernant la technique d’une édition propre et soignée, en revanche, il y a beaucoup plus à écrire en se penchant du côté des suppléments. Car à film déjanté, pléiade de bonus qui le sont tout autant ! En réalité, plein de petits modules calibrés pour être hilarants… à condition d’avoir apprécié le film et son humour potacho-régressif. Si vous avez cordialement détesté l’entreprise de Seth Rogen et Evan Golberg, ne vous aventurez même pas du côté de l’interactivité, vous risquez de reprendre une couche de bêtise qui viendra vous achever. A l’opposé, si le film a été pour vous un grosse marade, alors ces suppléments méritent un détour presque indispensable pour une deuxième rasade de rire.franco

Tous placés sous le soleil du rire, le programme des suppléments de L’Interview qui Tue ! s’ouvrent avec près de 25 minutes de scènes additionnelles ou rallongées alternant extrême vulgarité tordante ou délire potache. S’ensuivent 7 minutes de bêtisier traduisant la bonne humeur du plateau et le décor est planté. On est là pour se marrer et tout va être programmé dans ce sens là. Un module va être dédié à quelques scènes comique mainte et mainte fois refaites à l’impro, un autre va s’immiscer dans la complicité qui tient le duo Rogen-Golberg, amis depuis leur adolescence, et qui explique la très bonne ambiance des tournages de leurs films, un autre encore va se pencher sur les personnages et les acteurs, dont un James Franco auquel une ode est rendue pour souplesse et son sens de l’impro… Autant de micro-modules de 7 à 8 minutes qui ne se refusent aucun éclat de rire. Tout comme les 5 minutes de l’audition de l’acteur Randall Park qui incarne le dictateur Kim Jung-Un. Tout comme le module qui lui est dédié et où il évoque son rôle très particulier. Et dans le registre du décalé total, que dire de la petite-annonce filmée où le faux Kim Jung-Un, à la recherche d’une petite-amie, se présente. Hilarant !

franco_nakedEntre une featurette sur le chien, une autre sur la scène avec le tigre, encore une autre sur le duo en charge d’écrire les blagues (Kyle hunter et Ariel Shaffir), les bonus de L’Interview qui Tue ! sont nombreux, presque exhaustifs, toujours très drôles. Et ils se concluent par le moment le plus WTF jamais vu dans des suppléments. Une parodie de télé-réalité où deux stars partent passer un weekend dans la forêt… nues ! Et vous vous en doutez bien, les deux stars sont Seth Rogen et James Franco. 13 minutes de pastiche à mourir de rire ! Un vrai sketch digne du Saturday Night Live mais en plus gros et ambitieux.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.