TARZAN de David Yates : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article

TarzanMondo-mètre
note 1.5 -5
Carte d’identité :
Nom : The Legend of Tarzan
Père : David Yates
Date de naissance : 2016
Majorité : 06 juillet 2016
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h50 / Poids : 180 M$
Genre : Aventure

Livret de famille : Alexander Skarsgård, Margot Robbie, Christoph Waltz, Samuel L. Jackson, Djimon Hounsou, Ella Purnell, Jim Broadbent…

Signes particuliers : Produit pour un budget pharaonique, ce retour de l’homme-singe au cinéma ne convainc pas.

TARZAN RATE SA LIANE ET TOMBE DE HAUT

LA CRITIQUE DE TARZAN

Résumé : Après avoir grandi dans la jungle africaine, Tarzan a renoué avec ses origines aristocratiques, répondant désormais au nom de John Clayton, Lord Greystoke. Il mène une vie paisible auprès de son épouse Jane jusqu’au jour où il est convié au Congo en tant qu’émissaire du Commerce. Mais il est loin de se douter du piège qui l’attend. Car le redoutable belge Leon Rom est bien décidé à l’utiliser pour assouvir sa soif de vengeance et sa cupidité…LEGEND OF TARZANPour certains, c’est l’athlétique Johnny Weissmuller en pagne dans les vieux films en noir et blanc produit par la MGM. Pour d’autres, c’est Christophe Lambert dans l’un de ses meilleurs rôles. Pour d’autres encore, c’est un dessin animé Disney plein d’aventures, d’humour et d’animaux. Et si pour la jeune génération, c’était désormais Alexander Skarsgard tout en muscles, qui vole au secours de sa belle Jane alias Margot Robbie ? Si l’on pouvait penser le mythe un peu dépassé aujourd’hui, Tarzan est bel et bien de retour au cinéma, dans un grand spectacle inscrit dans la mouvance actuelle d’un Hollywood qui se plaît à ressortir ses classiques du placard, pour les revisiter en reformulant leurs histoires avec modernité. L’idée n’était pas inintéressante sur le papier, et l’on avait presque envie d’espérer une bonne surprise, un peu similaire à celle connue récemment avec l’adaptation live du Livre de la Jungle. Malheureusement, force est d’avouer que ce nouveau Tarzan 2016 n’est pas prêt de faire de l’ombre à ses aînés, que ce soit la saga avec Weissmuller, Greystoke ou le Disney._L3A3072.dngDivertissement médiocre servi sur un plateau d’argent tristement bien vide, Tarzan réunit toutes les tares requises pour prétendre à s’imposer comme un navet brassant du vent à défaut d’autre chose. Souffrant d’une écriture insipide, d’une mise en scène sans une once d’imagination, mais aussi d’un montage narratif aux abois, entre confusion et agacement avec son amoncellement de flashbacks mal-pensés, ou encore d’un production design laissant poindre une technique très aléatoire, tour à tour capable du meilleur (les animaux en images de synthèse) comme du pire (une ribambelle de fonds verts hideux), Tarzan est une redite reboutiquée complètement vaine, portée par des acteurs peu dirigés, qui se contentent d’incarner des fonctions plus qu’ils ne donnent corps à une belle histoire. Pas évident en même temps, quand ladite histoire a été pondue avec des moufles par une tripotée de scénaristes peu inspirés (c’est qu’ils s’y sont mis à quatre, quand même).LEGEND OF TARZANPire, Tarzan a beau vouloir incarner la modernité du mythe de l’homme-singe dans un récit plus terre-à-terre voulu bestial, on traverse sa durée avec l’étrange impression d’être constamment pris en tenaille entre une série B faiblarde et un film daté, spirituellement dépassé par son temps. On pourra toujours lui trouver une poignée de scènes spectaculaires ou le charme efficace de Margot Robbie, mais tout cela reste bien trop insuffisant pour sauver cette affaire sans âme ni saveur, petit ennui aux enjeux très limités qui peine à identifier clairement le public auquel il se destine, trop violent pour les petits, pas assez hargneux pour les grands. Pour finir, on passera sur l’énième coup du « sidekick black rigolo » (Samuel L. Jackson en mode cabotinage), cliché que l’on pensait enterré depuis longtemps, mais qui a visiblement la dent dure. Définitivement, il n’y pas grand-chose à sauver de ce désastre en 3D inutile, signé d’un David Yates (Harry Potter) qui tente de se détacher de l’histoire classique de Tarzan pour imaginer une suite à ses aventures dans la jungle, mais qui se prend les pieds dans le tapis avec son (trop) long-métrage fade, souvent incohérent, peu crédible et dénué de magie, en plus de pécher par son sérieux qui annihile tout son potentiel fun.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.