PLAGA ZOMBIE 2 : ZONA MUTANTE (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Plaga Zombie : Zona Mutante
Parents : Pablo Parés et Hernan Sàez
Livret de famille : Berta Muniz, Pablo Parés, Hernan Saez, Paulo Soria, Esteban Podetti…
Date de naissance : 2001
Nationalité : Argentine
Taille/Poids : 1h39 – 3000 $

Signes particuliers (+) : Sincère, des velléités délirantes façon Bad taste

Signes particuliers (-) : Tout. Cheap, amateur, ridicule, nanardesque, techniquement pourri, nul et ringard.

 

VAMOS A LA PLAGA

Resumé : Trois amis essaient de trouver un moyen de s’échapper de leur ville où des extraterrestres transforment la population en zombie avec l’accord du gouvernement leur permettant de tester un virus…

En 1996, une bande de potes se lance dans le tournage amateur d’un petit film de zombie avec passion et motivation à défaut de financement. Tournage sur deux ans, 600 dollars de budget et une petite péloche qui (pourquoi, ça on sait pas) deviendra culte grâce au marché du DVD. Et voilà que les trublions reviennent pour une suite avec cette fois-ci, la colossale somme de… 3000 dollars investis et un tournage étiré sur quatre très longues années. Plaga Zombie : Zona Mutante est né, reprenant là où le précédent opus s’était arrêté.


La sincérité vaut parfois les millions. On aimerait que cet adage soit une réalité mais surtout une généralité, car il peut l’être parfois. « Parfois » a t-on dit. Car ce genre de « coup » reste quand même anecdotique et il requiert surtout une énorme dose de talent, d’inventivité, de malice et surtout d’idées. La petite bande cachée derrière Plaga Zombie 1 comme 2 n’a malheureusement pas grand-chose de tout ça. Les compères Pablo Parés et Hernan Sàez accouchent ici d’un film sonnant surtout comme terriblement fauché (ce qu’il est cela dit) mais n’offrant surtout pas la moindre idée originale au film de zombie et laissant la sensation d’avoir surtout assisté à un délire entre amis pour à l’arrivée un film Z des plus nuls qui soit. On a beau essayer d’apprécier l’effort et la volonté, de vouloir se bidonner devant le délire barré (mais un peu trop personnel), rien n’y fait. Consternant de nullité et de ringardise, Plaga Zombie cumule tous les défauts possibles du nanar cheap pur jus : mal joué, mal dialogué, mal écrit, mal réalisé, mal monté. Proposant du stéréo aux allures de mono et une image dégueulasse en 4/3 filmée au caméscope rappelant la bonne époque de la VHS, on se retrouve face à une péloche qui ferait marrer si l’on en connaissait personnellement les auteurs, si c’était des amis que l’on voudrait encourager. Mais ce n’est pas le cas.


Cherchant à divertir en accumulant un maximum de tripailles pour un rendu visuellement très gore et trash, le duo aurait bien été plus inspiré de chercher à faire dans le malin plutôt que dans le simplistement fun. Les trips de potes, c’est bien… Quand ce sont nos potes. Mais quand il s’agit de deux hurluberlus à l’autre bout du monde, la pilule passe bien plus mal. Et Sàez et Parés ne sont pas Peter Jackson et Plaga Zombie n’est pas Bad Taste. Indulgent, pourquoi pas, mais si vous recherchez un bon film avec un minimum de qualité, alors il convient de ne pas se pencher devant ce film d’étudiants qui risque de vous perdre 1h40 de votre vie.

Bande-annonce :

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.