Mondociné

Le saviez-vous ? : La NASA s’est servie du film « Armageddon » pour entraîner ses équipes

Partagez cet article
Spectateurs

Le cinéma au secours de la science ?! Armageddon, film emblématique des années 90, c’est la preuve que le cinéma pop corn ne sert pas qu’à remplir les tiroirs caisses des puissants studios hollywoodiens. En 1998, Michael Bay faisait un carton avec son gigantesque blockbuster d’action où l’humanité devait trouver un moyen d’éviter la fin du monde alors qu’une monumentale astéroïde de la taille du Texas était sur le point d’entrer en collision avec la Terre. Ben Affleck et Bruce Willis étaient alors les héros qui allaient prendre les choses en main pendant que l’ami Bay s’éclatait à détruire la moitié des États-Unis à grands renforts de scènes catastrophes ultra-spectaculaires. Tellement cool ce truc ! Peut-être, mais pas que. Cool et utile aussi ! En effet, on a appris quelques années plus tard qu’Armageddon ne servait pas seulement à divertir les spectateurs en mal de spectacle tonitruant. La très sérieuse NASA elle-même se servait du film pour son programme d’enseignement ! Ah ouais quand même, chapeau Michael Bay. Se dire que son film sert à former les plus grands spationautes, c’est quand même la méga-classe. Sauf que… non, pas tout à fait en réalité.

La NASA avait été impliquée dans la production du film à l’époque, ou disons plutôt qu’elle avait un peu aidé en facilitant certaines choses. Ce fut par exemple la première fois que l’agence américaine autorisait une équipe de cinéma à filmer le décollage d’une navette spatiale histoire d’éviter des effets spéciaux foireux. Idem, les fameuses combinaisons oranges portées par les Bruce Willis, Ben Affleck et autre Owen Wilson étaient de vraies combinaisons de cosmonautes prêtées par l’agence (avec comme consigne d’y faire plus gaffe qu’à la prunelle de ses yeux car elles valaient juste 3 millions de dollars chacune !). Mais revenons à nos moutons, comment Armageddon a pu servir à la NASA et non le contraire ? Il est vrai que la NASA a souvent planché sur la possibilité qu’une astéroïde puisse percuter un jour la Terre et sur les scénarios envisageables pour éviter la catastrophe. Car rappelons au passage qu’Armageddon est un film de science-fiction, pas un film fantastique, à savoir qu’il repose sur des faits plausibles et réalistes dans l’absolu. Mais si la NASA s’en est servie, ce n’est pas précisément pour enseigner à ses futures recrues ce qu’il faudrait faire en cas de menace mais… ce qu’il ne faudrait pas faire justement !

En réalité, la NASA utilisait Armageddon pour un test/jeu assez amusant : faire détecter à ses élèves toutes les incohérences et les choses improbables ou impossibles qui se cachent dans le film ! Voilà à quoi leur servait Armageddon en fait. Et au total, les meilleurs pouvaient recenser un bon total de 168 choses totalement portnawak. 168 incohérences sur un film de 2H24 (générique compris), ça fait quand même un bon ratio de plus d’une ânerie par minute !! Pas mal non ? Le pire dans l’histoire, c’est que plusieurs spécialistes ont eu l’occasion de s’exprimer sur la question. Et ce qu’il en ressort, c’est que nombre d’erreurs du film ne servent strictement à rien dans l’intrigue et auraient pu être totalement évitées simplement en faisant lire le script à un consultant spécialisé. Bon après, soyons sérieux, si l’anecdote fait marrer parce qu’elle est quand même assez drôle, on ne va pas se mentir, Armageddon est juste un blockbuster qui se veut fun et on ne va pas commencer à demander aux films pop corn d’être hyper crédibles sinon on ne s’en sortirait pas. Même un Gravity qui a essayé d’être le plus fidèle possible à la réalité comporte quelques erreurs, c’est dire. Mais bon, 168 quoi ! En même temps, faut-il s’en étonner ? Il suffit de reprendre les dires de Ben Affleck lors d’une interview pour comprendre. Évoquant Michael Bay et le scénario 100% improbable du film, le futur Batman a expliqué : « Un jour, je lui ai fait remarquer que ça serait plus logique que la NASA entraîne des astronautes à forer plutôt que d’apprendre à des foreurs pétroliers à devenir des astronautes. Il m’a répondu Ta gueule ! ». Voilà, tout est dit.

 

Bon allez, juste histoire de rigoler, quelques p’tites bêtises qui ont bien fait rire les gars de la NASA en regardant Armageddon :

– Du feu et d’énormes explosions dans l’espace. Heu… Michael, tu connais le concept de l’oxygène ? Ce truc qu’il n’y a pas dans l’espace, tu sais et qui fait que c’est impossible d’y voir d’énormes explosions enflammées ?

– Un astéroïde, ça tourne. Sur trois axes même. Mais pas celui d’Armageddon, lui il n’a pas envie, il est fatigué, ça l’emmerde.

– Les indiens et les américains célèbrent leur victoire sur l’astéroïde en plein jour. Or, dans la vraie vie, quand il fait jour chez l’un, bah il fait nuit chez l’autre. Logique.

– Au début du film, on voit l’astéroïde percutant la Terre et causant l’extinction des dinosaures. Sur le plan de la Terre vue de l’espace, les continents sont exactement comme ils sont aujourd’hui. On sait tous qu’ils ont bougé avec le temps et qu’ils n’étaient pas disposés ainsi à l’époque. Cours de sciences niveau collège, Michael.

 

RETROUVEZ TOUS LES PRÉCÉDENTS « LE SAVIEZ-VOUS ? » ICI

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux