LE DERNIER EXORCISME : PART. II (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : The Last Exorcism : Part. II
Père : Ed Gass-Donnelly
Livret de famille : Ashley Bell (Nell Sweetzer), Julia Garner (Gwen), Spencer Treat Clark (Chris), Louis Herthum (Louis Sweetzer), Andrew Sensenig (le médecin), David Jensen (Mr Calder)…
Date de naissance : 2013
Nationalité : États-Unis
Taille/Poids : 1h27 – 5 millions $

Signes particuliers (+) : L’affiche.

Signes particuliers (-) : Rien à retirer de cette séquelle pour laquelle on lance un appel à témoin : si vous en apercevez le scénario, veuillez contacter la production, elle le cherche désespérément et nous avec.

 

EN ESPÉRANT QUE CE SOIT VRAIMENT LE DERNIER…

Résumé : Depuis les tragiques évènements survenues dans la ferme où elle vivait avec son père, la jeune Nell a été placée en institut où elle est soignée et fait de grands progrès. Jusqu’au jour où le démon Abraham, qui la possédait, décide de refaire surface…

1.8 million de dollars de budget et plus de 67 millions de recettes engrangées dans le monde. Le premier Le Dernier Exorcisme avait été un petit événement dans le monde du cinéma de genre il y a 3 ans, à sa sortie en 2010. Évidement, et on connaît la rengaine, impossible pour un studio de ne pas capitaliser là-dessus et Arcade Pictures associé à Strike Entertainment et Studio Canal (probablement avec le concours du distributeur Lionsgate, que l’on sait avide de séquelles quel qu’en soit le résultat qualitatif : voir ce qu’ils ont fait de la franchise Saw) n’ont pas tardé à mettre en branle une suite au film de Daniel Stamm.

Il y a eu deux types de spectateurs devant The Last Exorcism premier du nom. Ceux qui ont adhéré au concept, plutôt original et qui changeait un peu la donne des traditionnels films dit de « possession » et ceux que non. Il y aura donc deux types de spectateurs pour The Last Exorcism : Part II, ceux qui le trouveront à chier car il ne respecte pas l’esprit et la mécanique du premier et ceux qui le trouveront… à chier parce qu’il est tout simplement et objectivement mauvais. Premièrement, le budget augmente sensiblement (et c’est jamais une très bonne nouvelle car ça sous-entend une volonté de faire plus efficace pour combler le vide du manque d’idées). De moins de deux millions, on passe à 5. Deuxièmement, on abandonne la mécanique du faux reportage de l’original pour un canevas de film d’horreur plus classique.  Troisièmement, on nous avait promis un film classé « R » (interdit aux moins de 16 ans) et on se retrouve avec un pauvre « PG-13 », soit un peu horrifique mais pas trop méchant non plus et suffisamment grand public pour attirer les ados en mal de sensations fortes. Déception sur déception. Reste à espérer que le réalisateur sorti du chapeau, le méconnu Ed Gass-Donnelly (auteur de deux long-métrages, This Beautiful City en 2007 et Small Town Murder Song en 2010, ainsi que de pas mal de courts) ne sera pas un bras cassé achevant de gâcher la fête des retrouvailles avec la douce possédée Nell Sweetzer (toujours Ashley Bell). Bon, histoire d’avoir quelques bonnes nouvelles quand même à se mettre sous la dent, Eli Roth rempile à la production et le tournage prend la direction de la Louisiane, de La Nouvelle Orléans plus précisément, une ville et par extension une région, réputée pour son folklore, ses mythes étranges, son esprit fantastique alimenté par des histoires de fantômes, d’occultisme et de vaudou. Le lieu idéal pour un film d’horreur. Bon, ça fait maigre on vous le concède mais on fait avec ce que l’on a.

Ca fait maigre parce qu’il fait dire ce qui est, Ed Gass-Donnelly ne nous a pas beaucoup aidé sur ce coup là. Il n’y a à vrai dire pas grand-chose à faire, Le Dernier Exorcisme : Part. 2 est une purge indéfendable. Quand le cinéaste affirme avoir voulu trancher d’avec l’original pour revenir à une narration plus classique (débarrassé du ton found footage et documenteur donc), il aurait pu directement dire qu’il avait envie de pondre un film d’horreur classique, tout ce qu’il y a de plus classique même, limite banal, parce qu’en réalité, il en a rien à foutre du projet, c’est juste pour se faire un peu connaître par un film au retentissement mondial. En gros, on vous a résumé la situation. Le Dernier Exorcisme : Part. 2 est un nanar de première catégorie, du genre à s’acharner à essayer de vous faire flipper avec des effets d’une lourdeur hallucinante, vus et revus au point qu’il ne fonctionnera que sur un ermite qui n’a plus mis les pieds dans un cinéma depuis plus de quinze ans. Gass-Donnelly va donc passer presque 1h30 à enchaîner incessamment les grosses de musique surprises pour assurer les éventuels sauts de trouille des spectateurs devant un chat qui passe, un personnage qui entre dans le cadre, une porte qui claque etc… Un effet de terreur d’une ringardise absolu qui continue cependant à marcher de temps à autre mais quand il est utilisé avec parcimonie. « Avec qui ? » doit se demander ce crétin de Gass-Donnelly qui n’a jamais entendu ce terme. Son Dernier Exorcisme : Part. 2 multiplie les effets à une fréquence ahurissante, gonflante même, d’autant qu’ils ne prennent jamais dans un film d’une platitude à crever en plus d’être extrêmement mal interprété. Lourd et grotesque, cette séquelle s’inscrira donc au rayon des navets de l’année, film d’horreur tellement facile qu’il en devient totalement chiant et inintéressant. Jamais flippant, jamais prenant, Le Dernier Exorcisme : Part. 2 n’essaye jamais de faire dans l’atmosphère angoissante, pensant que les seuls effets de sursaut gratuits suffiront à faire le travail, et pire, ne montera jamais en rythme y compris lors de l’incontournable séquence d’exorcisme qui donne plus envie d’éclater de rire que de se cacher les yeux. En même temps, difficile d’attendre plus d’un film qui ère dans les salles sans le moindre script pour le soutenir et dont aucun des personnages n’est un minimum attachant et convaincant (d’ailleurs qu’est allé foutre là-dedans le jeune et talentueux Spencer Treat Clark ?!). Triste spectacle d’une paresse éhontée, Le Dernier Exorcisme : Part. 2 ne mérite même pas d’être vu d’un œil, ce serait donner trop de crédit à ce genre de purge et surtout, ce serait prendre un trop gros risque de voir un troisième volet débarquer. Et pitié, stop, on a eu notre compte cette fois.

Bande-annonce :

AVEZ-VOUS VU ? :

3 commentaires à propos de “LE DERNIER EXORCISME : PART. II (critique)

  1. After examine just a number of of the weblog posts in your website now, and I actually like your way of blogging. I bookmarked it to my bookmark website record and can be checking again soon. Pls try my website as well and permit me know what you believe. [url=http://www.retro-jordans.org]jordan shoes[/url] jordan shoes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.