Mondociné

JUMANJI : NEXT LEVEL de Jake Kasdan : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Jumanji : The Next Level
Père : Jake Kasdan
Date de naissance : 2019
Majorité : 04 décembre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h00 / Poids : NC
Genre : Aventure, Comédie

Livret de famille : Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart, Karen Gillan, Nick Jonas, Danny DeVito, Danny Glover…

Signes particuliers : Une suite honorable.

PRÊTS POUR UNE NOUVELLE PARTIE ?

NOTRE AVIS SUR JUMANJI : NEXT LEVEL

Synopsis : L’équipe est de retour mais le jeu a changé. Alors qu’ils retournent dans Jumanji pour secourir l’un des leurs, ils découvrent un monde totalement inattendu. Des déserts arides aux montagnes enneigées, les joueurs vont devoir braver des espaces inconnus et inexplorés, afin de sortir du jeu le plus dangereux du monde. 

Pas loin d’un milliard de dollars de recettes dans le monde, soit le reboot le plus rentable à ce jour, ça valait bien suite. C’est donc très Logiquement que Jumanji est de retour au cinéma, avec le même équipage toujours piloté par le colosse Dwayne Johnson. Nouveau film, nouveau jeu, nouveaux joueurs, Jumanji : Next Level emprunte la logique de toute suite qui se respecte à savoir on fait comme le premier mais en plus gros pour plus de spectacle. Cette fois-ci, la bande va être projetée dans un nouvel univers avec petites surprises… inattendues.

Si le classique de Joe Johnston avec Robin Williams reste intouchable devant l’éternel comme ces madeleines de Proust que l’on affectionne tant car elle touche aux tendres souvenirs de nos enfances, il avait fallu reconnaître au reboot tant redouté, un capital sympathie certain. Efficace, drôle et plutôt malin dans sa manière de réinventer l’univers et l’esprit de Jumanji conjugué à la modernité d’aujourd’hui, le film avait été une bonne surprise. De quoi donner envie de voir cette suite. Qui l’eût cru il y a encore 2 ans. La bonne nouvelle, c’est que ce Jumanji : Next Level glisse ses pieds dans les chaussons de son aîné et réussit à procurer un plaisir à peu près similaire. Peut être pas aussi savoureux car l’effet de surprise est moindre, mais c’est encore une fois avec le même sentiment d’agréable plaisir coupable que l’on se rassasie de ces nouvelles péripéties trépidantes, propulsées à l’écran par une équipe complice qui semble s’éclater comme des dingues au point de nous transmettre une part de leur amusement. Pour le reste, Jumanji : Next Level reformule les mêmes ingrédients que son grand frère, un côté série B décomplexée, un maximum d’aventure spectaculaire, de l’action, beaucoup d’humour à base de gags, pointes d’autodérision et autres références geek ou cinéphiles (Lawrence d’Arabie, Indiana Jones par exemple) et toujours ce même propos sur l’amitié et l’union des différences qui fait la force.

Si l’on pourra toujours reprocher pas mal de choses au film, à commencer par son calibrage excessif, son cabotinage intempestif, son côté artificiel numérico-fake ou encore des SFX pas toujours séduisants, reste que l’édifice fonctionne à nouveau et que la blague est faite. On renoue avec la décontraction cool qui avait fait la force du précédent et surtout, le scénario parvient à faire dans le pareil sans tomber dans le même, grâce notamment à quelques bonnes idées pour redistribuer les cartes du jeu. Au menu, celle d’inviter des « vieux » sans l’histoire. Au moment d’être re-projetés dans Jumanji, nos amis embarquent par mégarde avec eux deux grands-pères complètement à la ramasse. De quoi se régaler du décalage générationnel entre jeunes et seniors sur fond de maîtrise des codes des jeux vidéo. Autre idée, certes facile mais efficace, celle de mélanger les personnages et les avatars. Personne n’atterrit dans le même corps qu’il a connu précédemment et les possibilités d’échanger donnent lieu autant à un festival de blagues qu’à un vrai délire des comédiens qui changent sans arrêt leur manière de jouer en fonction du « corps » qu’ils récupèrent. Bref, à défaut de faire dans l’ultra-nouveauté, Jumanji : Next Level distille au moins quelques petites saillies narratives qui lui permettent d’avancer sur un bon rythme, d’un pas joyeux et fringuant. On n’est pas face à un grand film, sans doute un peu moins bon que son aîné à tous les niveaux, mais ça reste léger et distrayant. De quoi passer outre son côté simplet et sa poussivité intermittente, fruit d’une forme de paresse héritée de la redite d’une recette qui a fait ses preuves.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux