EN LIBERTÉ ! de Pierre Salvadori : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
1 vote

[Note des spectateurs]

Mondo-note :

Carte d’identité :
Nom : En Liberté !
Père : Pierre Salvadori
Date de naissance : 2017
Majorité : 31 octobre 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h48 / Poids : NC
Genre
: Comédie

Livret de famille : Adèle Haenel, Pio Marmai, Damien Bonnard, Audrey Tautou, Vincent Elbaz…

Signes particuliers : Une comédie pleine d’idées mais très maladroite.

UNE ÉTONNANTE COMÉDIE

LA CRITIQUE DE EN LIBERTÉ !

Synopsis : Yvonne jeune inspectrice de police, découvre que son mari, le capitaine Santi, héros local tombé au combat, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis par ce dernier, elle va croiser le chemin d’Antoine injustement incarcéré par Santi pendant huit longues années. Une rencontre inattendue et folle qui va dynamiter leurs vies à tous les deux.

Annoncée comme la comédie de l’année par une partie des festivaliers cannois littéralement enthousiasmés par ce nouveau film de Pierre Salvadori présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, En Liberté ! propulse Adèle Haenel dans un registre peu habituel pour la comédienne césarisée, que l’on a jusqu’ici plus souvent vu dans le drame qu’autre chose. Associée à Pio Marmai, Adèle Haenel montre donc une nouvelle facette de sa palette d’actrice avec cette farce dramatique qui s’amuse de l’étrange trajectoire que va emprunter une lieutenant de police récemment veuve, lorsqu’elle va découvrir que son défunt héros de mari était en fait un ripoux de la pire espèce. En voulant réparer l’un de ses crimes, elle va croiser le chemin d’un homme qu’il a injustement fait incarcérer pendant de longues années, et tenter de l’aider si toutefois il est encore possible de réparer une âme brisée.

Avec En Liberté !, Pierre Salvadori s’en va marcher loin des sentiers de la comédie française traditionnelle visant la blague pour la blague en s’appuyant généralement sur des postulats prétexte à créer des situations gaguesques sans viser plus loin. Au lieu de cela, le cinéaste construit un film à multiples enjeux et imagine un terreau narratif solide et fertile, à partir duquel il va s’appliquer à faire naître le rire plutôt que d’inventer des situations autour desquelles il broderait ensuite une histoire. Ainsi sur le papier, En Liberté ! est plutôt un drame émouvant sur la culpabilité et la rédemption, présentant des portraits de personnages confrontés au chaos de leurs vies effondrées ; et c’est de la rencontre fertile de ces zones de chaos que va émerger un comique zébrant le drame de pointes d’hilarité. Malheureusement, En Liberté ! va souffrir du retour de flamme de ses bonnes intentions de départ. Plusieurs films et tonalités différentes coexistent au sein de l’entreprise de Salvadori, le drame d’un enfant essayant de surmonter la perte de son père, le cauchemar d’une femme découvrant que son mari n’était pas celui qu’elle croyait, la tragédie d’un homme victime d’une injustice qui a foutu en l’air sa vie, ou encore celle de sa compagne qui l’aura attendu patiemment pendant huit ans et qui doit composer avec l’homme déglingué qu’il est devenu. Sur ces multiples terrains dramatiques, viennent s’ajouter une triple romance, et surtout une comédie enlevée errant entre le burlesque, l’absurde et le vaudeville.

Parce que l’on déplore régulièrement l’uniformisation des comédies hexagonales sacrifiant ambition et intelligence sur l’autel de la poilade facile, on voudrait voir dans ce En Liberté !, un effort audacieux cherchant à proposer quelque chose d’un peu plus consistant que la moyenne. Quelque chose d’un peu plus pensé, écrit, avec des enjeux et des buts. L’ennui, c’est que la rencontre de toutes ces ficelles narratives qui se rejoignent au centre sur le nœud de la comédie, peine à imposer une cohérence uniforme portée par une écriture gracieuse. Et si En Liberté ! s’en sort à peu près sur tout, il ne brille en revanche sur rien. Le drame de quelques vies explosées émeut de loin, la comédie amuse par intermittence, le romantisme séduit sans vraiment emballer, le côté film policier distrait vaguement en amenant du pep’s… Mais En Liberté ! ne parvient à faire une somme fabuleuse de ces différents visages, comme si tous s’atténuaient les uns et les autres au lieu de s’additionner. Sans être un échec, En Liberté ! est juste un pari semi-payant, une comédie poétique et doucement onirique dont la maîtrise est contrariée par des intentions pas toujours bien emboîtées, un côté un peu trop fourre-tout et une légère tendance à la sur-écriture.


BANDE-ANNONCE :

Par David Huxley

3 commentaires à propos de “EN LIBERTÉ ! de Pierre Salvadori : la critique du film
sortie cinéma

  1. En liberté est juste un film raté. On pourrait y voir du Godard. Hélas, on n’y voir rien, tant la succession des scènes laisse pantois, tant le jeu des acteurs est surfait, tant l’absence de cohérence, de rythme, de consistance ne permet pas au plus assidu des spectateurs de tenir plus d’une demi heure sans avoir envie de quitter son siège.
    On peut rire de tout, à condition que ça soit drôle. On ne rit pas, on essaye de mettre en cohérence une succession de scènes où tous les genres cinématographiques se superposent et se confondent. Un vrai boxon.
    Ma liberté, je l’ai reprise avant la fin du film, je m’ennuyais, j’ai quitté la salle.

    • Devant la quasi-unanimité des critiques positives je me demandais si nous étions les seuls à n’avoir pris aucun plaisir à regarder ce film. Je ne l’ai pas trouvé drôle. Je retiendrai seulement la scène de l’arrivée d’Antoine chez sa compagne incarnée par Audrey Tautou. Un peu d’émotion dans ce monde déjanté mais malheureusement peu drôle!

  2. Merci pour cette critique précise; J’aime bien ce que fait Pierre Salvadori , donc , par curiosité, j’irai voir « En liberté!  » même si votre critique est un peu mitigée . J’ai vu la bande annonce au cinéma en allant voir « A star is Born(quel film extraordinaire !!) j’ai trouvé çà percutant et puis revoir Audrey Tautou est un bonheur. Wait and see !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.