Mondociné

VOIR LE JOUR de Marion Laine : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs




Carte d’identité :
Nom : Voir le jour
Mère : Marion Laine
Date de naissance : 2019
Majorité : 12 août 2020
Type : sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 1h31 / Poids : NC
Genre : Drame

Livret de famille : Sandrine Bonnaire, Brigitte Roüan, Aure Atika…

Signes particuliers : Une chronique attachante portée par une magnifique Sandrine Bonnaire.

AU COEUR D’UNE MATERNITE

NOTRE AVIS SUR VOIR LE JOUR

Synopsis : Jeanne travaille comme auxiliaire dans une maternité de Marseille. Nuit et jour, Jeanne et ses collègues se battent pour défendre les mères et leurs bébés face au manque d’effectif et à la pression permanente de leur direction. Jeanne vit avec Zoé, sa fille de 18 ans, qu’elle élève seule. Lorsqu’un drame survient à la maternité et que Zoé part étudier à Paris, le passé secret de Jeanne resurgit soudain et la pousse à affirmer ses choix de vie.

Douze ans après Un Cœur Simple, la réalisatrice Marion Laine retrouve Sandrine Bonnaire pour Voir Le Jour, une chronique qui ouvre au spectateur, les couloirs d’un service de maternité hospitalier souffrant, comme tout le secteur exsangue, d’un terrible manque de reconnaissance et de fortes restrictions budgétaires. Entre joies, tragédies et manque de moyens, des sages-femmes tentent de garder le cap.

A travers cette plongée dans les couloirs d’une maternité, Marion Laine offre un peu de lumière au métier de sage-femme et dépeint le quotidien d’un monde à part habité par la vie naissante où les plus grandes joies peuvent côtoyer les peines les plus insurmontables. Mais la cinéaste ne se contente pas d’un simple portrait descriptif, elle profite (et on n’en attendait pas moins) de son récit pour pointer du doigt un dysfonctionnement sociétal affligeant, celui des hôpitaux français plombés par un dangereux manque de moyens financiers, matériel et humains. Beaucoup d’humanité et de sensibilité se dégagent de ce film doux et délicat, teinté d’une pointe d’amertume qui ne prend jamais le pas sur l’ambiance lumineuse voulue par Marion Laine. Des qualités auxquelles n’est pas étrangère la toujours excellente Sandrine Bonnaire, profondément solaire et émouvante.

Voir le Jour n’échappe pas aux conventions et passages obligés qui semblent dicter toutes les chroniques sur une profession (exemple, la traditionnelle scène de karaoké ou de boîte de nuit sur une chanson 80’s soulignant une cohésion de groupe comme dans Polisse ou Discount). Mais globalement, Voir Le Jour réussit bien sa mission de conjuguer intimisme et peinture d’un monde fascinant. En revanche, là où des limites se dessinent autour du film, c’est dans sa manière d’importer dans son aspect chronique, une dramaturgie autour du passé de l’héroïne. Une partie qui fonctionne moins bien dans l’ensemble.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux