Mondociné

SPIDER-MAN – FAR FROM HOME de Jon Watts : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Spiderman Far From Home
Père : Jon Watts
Date de naissance : 2019
Majorité : 03 juillet 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : USA
Taille : 2h09 / Poids : NC
Genre : Super-héros

Livret de famille : Tom Holland, Jake Gyllenhaal, Zendaya, Samuel L. Jackson, Jon Favreau, Marisa Tomei, Cobbie Smulders…

Signes particuliers : Dès les premières secondes, on sent que ce nouveau Spidey va être sympa et attachant.

UN TEEN MOVIE HÉROÏQUE

LA CRITIQUE DE SPIDER-MAN FAR FROM HOME

Synopsis : L’araignée sympa du quartier décide de rejoindre ses meilleurs amis Ned, MJ, et le reste de la bande pour des vacances en Europe. Cependant, le projet de Peter de laisser son costume de super-héros derrière lui pendant quelques semaines est rapidement compromis quand il accepte à contrecoeur d’aider Nick Fury à découvrir le mystère de plusieurs attaques de créatures, qui ravagent le continent !   

Spider-Man a connu des fortunes diverses ces derniers temps entre un Homecoming assez tiède et un New Generation qui a soufflé un vent d’air frais sur le mythe de l’homme-araignée. C’est dans ce contexte, couplé aux récents chamboulements relatés dans Avengers Endgame et à la fin de la Phase 3 du MCU qu’il symbolise, qu’arrive Far From Home, suite que l’on ne sent étrangement pas dès plus attendue par les fans de cinéma en général et de super-héros en particulier. Quoique les premiers avis en provenance des Etats-Unis ont relevé légèrement la hype. Bonne nouvelle, ce second volet de la saga version Tom Holland pourrait bien séduire les déçus de Homecoming par certaines de ses qualités… à moins que ses défauts ne prennent le dessus. Mais c’est le lot du genre dira t-on. Comme à chaque nouveau film de super-héros, plusieurs visions et réceptions s’affrontent.

Le problème s’était déjà posé avec Avengers Endgame, il se répète ici. Far From Home est un film contenant tellement de surprises et de rebondissements, qu’il devient difficile d’en parler sans prendre le risque de spoiler des éléments majeurs de l’intrigue. Et ce serait fort dommage car s’il y a bien un point sur lequel ce nouveau Spidey est intéressant, c’est justement son scénario globalement bien écrit et souvent surprenant. Oui « surprenant », précisément là où Marvel a régulièrement du mal. Alors que l’on a souvent reproché le côté photocopié des productions du studio, Far From Home réussit à se sortir un peu de la formule type pour dérouler une histoire assez maligne et efficace dans ses péripéties et rebondissements inattendus. Concrètement, cela se traduit par un mix assez entraînant entre le côté teen movie repris du premier, l’action inhérente aux films de super-héros et une certaine noirceur bienvenue, reliée directement avec la continuité du récent Endgame. Drôlerie, spectacle, effets spéciaux, romance et pointe de drame s’entremêlent ainsi dans une production survitaminée qui s’efforce de plaire à tous. Car si les simples amateurs de blockbusters s’amuseront devant un film plaisant et bien foutu qui s’écarte un peu du seul mythe de Spider-Man pour jouer à fond la carte de son ancrage à celui des Avengers, les mordus de comics et les fans de Marvel auront de quoi se faire régaler par les innombrables clins d’œil au MCU voire même aux films de Sam Raimi !

Emmené par un Tom Holland toujours aussi formidable dans le rôle et dont l’énergie porte le film en exploitant bien son tiraillement entre son adolescence en danger et ses responsabilités accrues, Far From Home bénéficie en outre d’une Zendaya convaincante en MJ et surtout d’un Jake Gyllenhaal en mode « leçon de patron ». On s’interrogeait du choix de l’acteur d’être allé dans un film de super-héros au vu de l’orientation de sa carrière actuelle. La réponse se fait à l’écran. Gyllenhaal y incarne un Mysterio passionnant et écrit de sorte que le comédien s’en donne à cœur joie à jouer énormément de choses en un seul métrage. Bref, un nouveau Spider-Man totalement convaincant ? Non, on n’ira pas jusque là et les films de Sam Raimi peuvent encore roupiller tranquille.

Au rayon des défauts, le bonnet d’âne reviendra à certains effets spéciaux qui sont indignes d’une production de ce standing et de ce budget. Les plus cinéphiles sauront sans doute que sur ce type de blockbuster, la masse des SFX est généralement répartie entre plusieurs sociétés, chacune ayant à gérer une chose précise. On se demande encore à quelle branche discount a pu être sous-traité le soin des explosions mais l’abominable résultat est parfois à peine digne d’une appli pour Iphone. Un petit caillou dans la chaussure de scènes d’action déjà peu folichonnes en terme de mise en scène. Car clairement, ce nouveau Spider-Man pourtant généreux est meilleur dans son histoire que dans le visuel de ses scènes spectacle parfois trop génériques et manquant d’inspiration pour illustrer des idées qui réclamaient au contraire beaucoup de créativité artistique.

En résumé, Far From Home est très imparfait, un peu long aussi et moins équilibré dans sa seconde moitié, mais il fait nettement mieux que son prédécesseur Homecoming et se veut comme un bon teen movie de super-héros divertissant et idéalement calibré pour l’été avec assez d’ingrédients pour faire la blague, le tout rangé derrière un Spider-Man en forme, un antagoniste intéressant (que l’on vous laissera découvrir) et un script malin qui fait dans l’illusion permanente pour brouiller les pistes et tenir en haleine. Le mot de la fin : ne manquez surtout pas les multiples scènes post-générique car elles sont absolument géniales et intrigantes pour la suite et pour tous les fans de Marvel et son MCU !

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux