Mondociné

CHELSEA XY de Tim Travers Hawkins : la critique du film

Partagez cet article
Spectateurs

La Mondo-Note :

Carte d’identité :
Nom : Chelsea XY
Père : Tim Travers Hawkins
Date de naissance : 2019
Majorité : 30 octobre 2019
Type : Sortie en salles
Nationalité : Angleterre
Taille : 1h32 / Poids : NC
Genre : Documentaire

Livret de famille : Chelsea Manning

Signes particuliers : Un portrait intéressant et touchant.

DE BRADLEY À CHELSEA, L’HISTOIRE DU SOLDAT MANNING

NOTRE AVIS SUR CHELSEA XY

Synopsis : En 2010, le soldat Manning divulgue à Wikileaks des documents sur les bavures de l’armée américaine en Irak, en Afghanistan et l’espionnage de la diplomatie mondiale, déclenchant un scandale international. Condamné à 35 ans de prison pour trahison, Manning voit sa peine commuée à 7 ans à la fin de l’administration Obama. A sa libération Chelsea Manning a accompli sa transformation en femme, devenant une activiste pour les droits humains. Un portrait intime et émouvant d’une personnalité hors norme toujours au coeur de l’actualité avec sa nouvelle incarcération en 2019, à l’occasion de l’arrestation du fondateur de Wikileaks. 

En 2010, le soldat Bradley Manning, analyste militaire en Irak, se mue en lanceur d’alerte en transmettant à WikiLeaks un nombre incalculable de documents classés secret-défense compromettants l’armée américaine dans la mort de civils en Afghanistan, dans des bavures et autres actes de torture dans la prison d’Abou Ghraib. L’affaire fera grand bruit. Traître pour les uns, héros pour les autres, le soldat Manning se retrouve propulsé sous les feux des projecteurs et sera condamné à 35 ans de prison. Il en fera sept avant de voir sa peine commuée par Barak Obama. Entretemps, Bradley Manning s’est déclaré transgenre et avait entamé des démarches pour changer de sexe. Il deviendra Chelsea Manning, activiste engagée en faveur des droits de l’homme.

Avec Chelsea XY, le réalisateur Tim Travers Hawkins livre un portrait intimiste à la fois passionnant, émouvant et très riche. Passionnant pour la trajectoire atypique de ce jeune Bradley Manning, de l’affaire WikiLeaks à sa transformation identitaire. On y découvre le pourquoi de cette « trahison », la douleur d’un mal-être, les menaces après sa sortie de prison et ses tentatives de prendre le contrôle de sa vie aujourd’hui et de s’engager dans de vrais combats idéologiques. Emouvant ensuite car il est question d’une renaissance, et le documentaire réussit à bien se glisser dans des interstices pour cerner la psychologie fragile d’une Chelsea Manning qui s’efforce aujourd’hui d’apprendre à être elle-même. Enfin, riche car le documentaire dépasse souvent le simple récit de l’histoire de Manning. A travers elle, Hawkins évoque l’armée américaine qui recrute des âmes paumées pas réellement au fait des conséquences de leur engagement. Il évoque le fonctionnement des prisons, la difficulté de changer de sexe, de vivre sa différence dans un monde impitoyable, à plus forte raison quand on est une figure publique.

Si la construction narrative est parfois un peu maladroite, Chelsea XY n’en demeure pas moins très intéressant, très empathique, dominé par une sensibilité qui résonne avec les fêlures de son personnage-sujet, mais sans jamais franchir la ligne jaune de l’excès émotionnel décrédibilisant. Au contraire, Tim Travers Hawkins garde un certain recul dans le regard qu’il pose sur Chelsea Manning, ce qui lui permet d’esquisser toute sa complexité.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close
Première visite ?
Retrouvez Mondocine sur les réseaux sociaux