BRILLANTISSIME de Michèle Laroque : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
9 votes

[Note spectateurs]

Carte d’identité :
Nom : Brillantissime
Mère : Michèle Laroque
Date de naissance : 2017
Majorité : 17 janvier 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h30 / Poids : NC
Genre
: Comédie

Livret de famille : Michèle Laroque, Kad Merad, Françoise Fabian, Gérard Darmon, Rossy de Palma, Pascal Elbé, Oriane Deschamps, Michael Youn…

Signes particuliers : Sympathique ou navrant, à chacun son avis.

MICHÈLE LAROQUE EN MODE BRIDGET JONES

LA CRITIQUE DE BRILLANTISSIME

Résumé : Angela pense avoir une vie idéale. Elle vit à Nice, dans un bel appartement, avec un beau mari et une charmante ado. Mais le soir de Noël, sa fille la laisse pour rejoindre son petit copain, son mari la quitte et sa meilleure amie préfère prendre des somnifères plutôt que de passer la soirée avec elle. Le choc ! Angela n’a plus d’autre choix que celui de se reconstruire… et ce n’est pas simple avec une mère tyrannique, une meilleure amie hystérique et un psy aux méthodes expérimentales. 

L’AVIS « POUR » :

Pour son premier film, Michèle Laroque a su s’entourer. Avec un casting aussi brillantissime que le titre du film, la comédie de l’actrice passée réalisatrice est une vraie bouffée de fraîcheur et de bonne humeur dans le paysage actuel. Gérard Darmon et Rossy de Palma en amis décalés, Françoise Fabian en mère intransigeante et désobligeante, un Kad Merad en psy un peu fou (pléonasme), et côté « famille » : on demande la mère, la fille et la chienne de la réalisatrice ! Brillantissime est un film fait avec amour et ça se sent. Même si le pitch de la cinquantenaire abandonnée de tous le soir de Noël ne fait pas rêver par son originalité, Michèle Laroque arrive cependant à en tirer une histoire réaliste mais barrée, touchante sans tomber dans la guimauve. A coup de situations originales et de dialogues ciselés, notre Bridget Jones française reprend le contrôle de sa vie et de ses envies. Comme pour le voyage initiatique du personnage principal, ce qui importe ce n’est pas la destination mais le chemin. En effet, même on sait déjà que la belle finira avec son Prince, on prend un plaisir fou à suivre la vie de cette femme au bord de la crise de nerfs. L’ensemble est léger, naturel et optimiste, et même si on lui reprochera peut-être un peu son côté « film de femmes », il s’agit d’un vrai film de transmission et d’amour en général qui, sous le soleil de Nice, résonne comme un bel hommage à la ville.

Par Raphaela

L’AVIS « CONTRE » :

Il y a un peu plus de trois ans, Michèle Laroque lançait une campagne de financement participatif pour produire Brillantissime, son premier long-métrage en tant que réalisatrice, adaptation de son spectacle Mon Brillantissime Divorce, lui-même adapté d’une pièce irlandaise dans laquelle Jennifer Saunders avait cartonné sur les planches. Pari gagnant, l’humoriste-comédienne a réussi à mener son projet à bon port, avec le concours d’une équipe dévouée, de son fidèle ami Kad Merad (elle avait tourné dans son premier film Monsieur Papa, il lui rend la pareille aujourd’hui) et même de sa famille puisque sa fille et sa mère jouent dans son film, aux côtés d’une belle distribution réunissant Rossy De Palma, Gérard Darmon, Françoise Fabian, Pascal Elbé et de nombreux caméo.

Michèle Laroque est le genre d’artiste que l’on aime pour sa drôlerie, sa bonne humeur constante et ce capital fraîcheur et sympathie qui la caractérise tant. Dommage que l’on ne retrouve pas tous ces éléments là dans Brillantissime, son premier effort derrière la caméra. Suivant les pas d’une quadra qui essaie de se reconstruire après avoir été plaquée par son mari, Brillantissime est une comédie romantique qui souffre d’un cruel manque de folie, cette même douce folie que le film tente pourtant d’embrasser tout du long sans jamais parvenir à l’attraper au vol. D’une approche désuète tant dans l’écriture trop plate que dans la mise en scène trop terne, ce premier exercice en mal de rires et d’enjeux piquants, est filmé de manière très théâtrale, rythmée par un ennui poli, et confectionnée comme un petit feuilleton au charme de façade qui ne fait que combler les trous d’un édifice rarement emballant. Si un vague sourire accompagne l’odyssée tragi-comique de cette femme soudainement esseulée à la recherche d’un second souffle, le fait que le film n’assume jamais vraiment sa légèreté et son refus du sérieux, contribue à laisser poindre une impression d’inachevé alors que l’on ne croit guère en rien ni à aucune situation de cet ouvrage mignon mais inoffensif jusqu’à l’excès, alignant des saynètes sans trop savoir quoi faire de son histoire générale. Brillantissime a beau être gentillet dans l’âme, il n’en demeure pas moins assez fade et décevant, loin d’incarner ce succulent Bridget Jones à la française qu’il voudrait être.

Par Nicolas

BANDE ANNONCE :

5 commentaires à propos de “BRILLANTISSIME de Michèle Laroque : la critique du film
Sortie cinéma

  1. Film ennuyeux et très décevant. Pas la faute des acteurs mais d’un scénario nullissime.Critiques officielles exagérément bonnes. Je déconseille (pardon à Mme Laroque)

  2. Très déçu par ce film dont on nous bombarde de pub. Une comédie est faite pour rire non ? Ici aucun risque de se marrer on s’est ennuyé dès le début du film.

  3. Film ennuyeux. Humour zéro. Dialogues plats. Laroque insupportable et surjouant. Aucune profondeur. Tout est au premier degré. Faire un film manifestement ça s’apprend. Comment peut-on faire la promo d’une telle daube?

  4. Je suis pour ce brillantissime film, cette brillantissime actrice et cette brillantissime productrice, allez vite voir cette comédie, ce n’est que du bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.