VOLTA À TERRA de Joao Pedro Placido : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article

volta_a_terraMondo-mètre
note 4 -5
Carte d’identité :
Nom : Volta à Terra
Père : Joao Pedro Placido
Date de naissance : 2015
Majorité : 30 mars 2016
Type : Sortie en salles
Nationalité : Portugal
Taille : 1h18 / Poids : NC
Genre : Documentaire, Drame

Livret de famille : Daniel Xavier Pereira, Antonio Guimarães, Daniela Barroso…

Signes particuliers : Un semi-documentaire splendide sur les paysans portugais de l’arrière-pays. Un morceau d’humanité filmé.

LE GOÛT DES CHOSES VRAIES

LA CRITIQUE

Résumé : A Uz, hameau montagnard du nord du Portugal vidé par l’immigration, subsistent quelques dizaines de paysans. Alors que la communauté se rassemble autour des traditionnelles fêtes d’août, le jeune berger Daniel rêve d’amour. Mais l’immuable cycle des 4 saisons et les travaux des champs reprennent vite le dessus…volta_a_terra_3L’INTRO :

Plus de quarante ans séparent Le Cousin Jules, chef-d’œuvre méconnu du cinéma français signé Dominique Benichiti, et Volta à Terra du portugais Joao Pedro Placido. Deux époques, deux pays, un même sujet. Et surtout, une même volonté de capturer dans le temps, le quotidien difficile de paysans des profondes campagnes reculées. Tourné sur plus d’un an, ce premier long-métrage de l’ancien chef opérateur chevronné, n’est pas qu’un film, c’est une invitation.volta_a_terra_2L’AVIS :

En ces heures où le monde agricole est secoué par la crise, par la mondialisation, par des lois douteuses émises par des cols-blancs européens avachis dans leur caviar, en ces heures où le monde en général est soumis à une course effrénée au consumérisme, aux tourments de faux problèmes sans intérêts, ou au contraire, de vrais problèmes nés de l’illogisme de sa marche en avant, Joao Pedro Placido nous invite à un voyage au cœur de la terre, à travers une douce épopée intimiste s’invitant dans le quotidien d’un petit hameau portugais où le temps semble s’être arrêté à une époque où seul compte l’essentiel de vivre en connexion étroite avec la nature qui nous accueille. Les paysans de son Volta à Terra ne sont pas glamours, gouailleurs ou originaux. Ils pataugent dans la boue, ils sont usés, ils vivent dans un dénuement digne des temps anciens, ils sont « sales comme des porcs » comme l’affirme un vieil homme plein de sagesse… Ces hommes et ces femmes au quotidien suspendus au rythme des saisons qui passent, sont l’incarnation de la beauté et de la dureté de la paysannerie dans toute sa splendeur primitive, loin du monde technologique, loin du futile et du paraître. Leurs préoccupations ne sont pas de savoir s’il vaut mieux un écran plasma ou LCD, si l’iPhone 6 fait de meilleures photos, si Facebook va devenir payant ou si leurs habits sont toujours à la monde. Produire de quoi manger, faire vivre le village, rencontrer une femme pour bâtir un foyer, assurer la continuité des traditions, se montrer à la hauteur du labeur, prendre ce que donne la terre et lui rendre ce qu’elle offre… De leur simplicité et de celles de leurs problématiques existentielles, naît une impression de côtoyer l’espace de quelques dizaines de minutes magnifiquement cinématographiques, des sortes de vrais héros des temps modernes, ceux ayant laissé de côté la folle marche en avant d’une humanité ayant perdu ses repères les plus fondamentaux.volta_a_terra_4Avec Volta à Terra, Placido ne raconte finalement rien d’autre que la vie dans sa plus pure expression. Se lever le matin, accomplir les tâches du quotidien, s’occuper des bêtes, se nourrir, s’entraider. Il n’est question de rien d’autre que de ce quotidien exigeant, connectés à l’environnement et à la vie. Un quotidien observé dans une démarche naturaliste et humaniste, qui confère à cette œuvre entre fiction et documentaire, une bouleversante authenticité magnifiée par la force de discrétion de son auteur, Placido s’effaçant totalement derrière sa caméra-témoin en prise directe avec le vrai de ce qu’il filme. Ainsi, des regards, des silences, de simples scènes de vie entre humains, avec des animaux ou avec la sublime nature bienveillante, se chargent d’une puissance désarmante parce qu’elles évoquent sans travestissement, une réalité avec laquelle Placido ne joue pas. Volta à Terra est un pur émerveillement, qui derrière son portrait délicat, réfléchit sur des choses importantes, l’environnement, le cycle de la vie, le matérialisme, le devoir de transmission et d’apprendre. Une expérience forte et superbe, en compagnie de vraies personnes authentiquement magnifiques, filmées avec une infinie tendresse.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

AVEZ-VOUS VU ? :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.