SPECIAL ID de Clarence Fok [Critique – Sortie DVD/Blu-ray]

Partagez cet article
0 votes

special_IDMondo-mètre
note 6 -10
Carte d’identité :
Nom : Dak siu san fan
Père : Clarence Fok
Date de naissance : 2013
Majorité : 01er avril 2015
Type : Sortie DVD, Blu-ray
(édité chez Wild Side)
Nationalité : Chine
Taille : 1h39
Genre : Action, Polar

Livret de famille : Donnie Yen (Chen), Jing Tian (Fang Jing), Andy On (Sunny), Ronald Cheng (Cheung King-Kun), Collin Chou (Xiong), Terence Yin (Terry), Hee Ching Paw (mère de Chen)…

Signes particuliers : Le comeback de Donnie Yen au film policier d’action. On achète !

QUAND Y’EN A MARRE, Y’A MALABAR… OU DONNIE YEN !

LA CRITIQUE

Résumé : Sous l’identité d’un chef de gang sans scrupules, Chan policier dévoué, se voit contraint d’accepter une nouvelle mission périlleuse auprès d’un caïd aux méthodes expéditives. Avec Jing, sa belle coéquipière au tempérament de feu, ils vont devoir affronter les gangs les plus violents de Chine. Mais pour porter un coup d’arrêt définitif au crime, il va mettre en danger sa couverture et sa famille. Entre trahison et désir de vengeance, la justice a le goût du sang …special_ID_3 L’INTRO :

Avec la fin du règne de ses metteurs en scènes stars des années 80 et 90 et le déclin progressif de la production locale, concurrencée par la voisine Corée du Sud, nettement plus qualitative et ambitieuse, le cinéma populaire d’action HK a perdu de sa superbe au gré du formatage de ses séries B qui, de plus en plus, répondent à une règle très simple visant le spectacle lambda mais efficace, sans gros efforts pour l’associer à des scénarios follement intéressants, originaux ou écrit avec soin. Un état général bien triste (coïncidant avec le rattachement de Hong Kong à la Chine et la fin de prospérité de la péninsule) quand on songe aux glorieux moments de cinoche pur et badass que Hong Kong a pu nous offrir il fut un temps aujourd’hui révolu. Néanmoins, si l’on sait généralement à quoi s’attendre désormais en matière de bisseries d’action HK, cela ne veut pas forcément dire que le plaisir n’y est plus. Certes, il est moindre. Certes, il est fondamentalement plus basique et rares sont les exceptions volant très haut (façon Infernal Affairs). Mais la cinématographie hongkongaise reste tout de même un coin où se plaisent les faiseurs de petits plaisirs du samedi soir. Et il reste Donnie Yen. La superstar du cinéma d’action martial continue de tourner à un rythme régulier, malgré la cinquantaine bien sonnée, et si on le sent peut-être moins agile qu’auparavant, il demeure une valeur sûre pour les amateurs de bastons spectaculaires. Pour preuve, Special ID de Clarence Fok (Naked Killer) où le comédien réendosse un costume qui lui a toujours sied à merveille, celui du flic qui latte du méchant à grands coups de pieds et de poings qui font mal par où ils passent.spcial IDL’AVIS :

Special ID ne déroge pas à la règle évoquée du néo-cinéma d’action HK. Sur la base d’un script ultra-éculé et dépourvu de toute originalité (un flic infiltré qui n’en peut plus, une dernière mission et tout qui va partir en vrille), le nouveau film de Clarence Fok est surtout un gros prétexte à mettre en valeur les qualités d’action man de sa star de la baston. Si l’on se désintéresse très vite du fond dramatique, comme de l’histoire assez confuse et brouillonne, on trouve matière à satisfaction seulement dans les combats efficaces et bien rentre-dedans où brille Donnie Yen et ses chorégraphies martiales qui brisent de la mâchoire, de l’avant-bras et du tibia-péroné. Special ID n’a aucunement les intentions, ni les ambitions, de proposer une intrigue bien ficelée et qualitative, mais se contente d’envoyer le bois dans des séquences dantesques, en tout bien tout honneur. On est loin du plus élaboré New World, thriller coréen signé Park Hoon-jung, au sujet similaire, mais le plaisir coupable demeure. Il faut juste aller le chercher derrière la piètre qualité générale d’un film où tout le monde cabotine, où les tentatives d’humour ne fonctionnent pas et où les personnages n’existent pas au-delà de leur fonction dans le récit.hero_SpecialIDSans être un grand cru estampillé « Donnie Yen style » dont on préfèrera les SPL ou Flash Point, Special ID a au moins le mérite de faire le job et de distraire le temps d’une soirée pop corn, pour amateur de cinoche asiatique prêt à avaler des couleuvres et à supporter tous les défauts inhérents à une petite série B cinématographiquement limitée (pour ne pas dire douteuse) histoire d’avoir sa dose de bagarres impressionnantes.13028

LES SUPPLÉMENTS

Image impeccable et son qui déménage en DTS 5.1 ou Doby Digital 5.1 (avec une piste en vost, merci Wild Side de faire cet effort systématiquement), le Blu-ray de Special ID est comme toujours avec l’éditeur, du travail de qualité. On était surtout curieux de voir ce qui serait ajouté du côté des suppléments, les séries B asiatiques souffrant bien souvent d’un traitement pardessus la jambe. Bonne surprise, Wild Side a, là aussi, fait l’effort d’intégrer quelques petits modules en complément du film. Même s’ils sont très courts, on louera l’effort. Au programme, deux featurettes d’environ deux minutes chacune. La première est consacrée aux cascades spectaculaires et montre à quel point les comédiens se sont livrés à des prouesses impressionnantes. Des cascades qu’il serait impensable de reproduire dans des pays comme la France ou les États-Unis, où les productions sont plus drastiquement soumises aux impératifs des assurances, empêchant les prises de risque démesurées avec les comédiens stars. Le second module est dédié quant à lui, aux combats et on peut y voir un Donnie Yen s’exprimant brièvement sur son art martial en général, et en particulier sur ce film.

BANDE-ANNONCE VF :

TRAILER VO :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.