SELON LUI, « LA REINE DES NEIGES » INCITE À LA ZOOPHILIE ET À L’HOMOSEXUALITÉ !

Partagez cet article
0 votes

Incroyable mais vrai. Selon un pasteur américain qui a excellé dans l’art de se couvrir de ridicule, le dernier dessin-animé Disney La Reine des Neiges serait un film de propagande endoctrinant dès le plus jeune âge, les enfants du monde entier afin de les conditionner à l’homosexualité et à la zoophilie. Vous avez bien lu. What the Fuck ?!LA-REINE-DES-NEIGES-bandeau-Go-with-the-Blog

Pasteur américain également animateur radio, Kevin Swanson n’a de cesse de clamer à qui veut bien l’entendre que La Reine des Neiges serait « l’oeuvre du diable », comprenez Disney. Dans ce dessin-animé féérique, une jeune fille tente de sauver son royaume et sa sœur. Bon, concrètement, où est la prétendue homosexualité et la zoophilie dans cette affaire ? Selon Swanson et son co-animateur Steve Vaughn, le film n’aurait de cesse de faire l’apologie de ces valeurs. Leur réflexion est basée sur des chroniques de Steven D. Greydanus rédigées pour le National Catholic Register, un hebdomadaire ultra-catholique américain qui pose ouvertement le débat de savoir « à quel point La Reine des Neiges est un film gay ? » mais aussi sur les écrits de Gina Luttrell pour le site d’actualité PolicyMic, qui souligne l’aspect progressiste du film.Disney-La-Reine-des-Neiges

Dans les faits, pour Swanson, voici comment tout cela se présente. L’héroïne Elsa, est née différentes. Elle possède le pouvoir de geler ce qu’elle touche. Sauf qu’au final, elle réussit à accepter cette différence, faisant ainsi son coming out en révélant ses pouvoirs magiques lors du couronnement où elle chante Let it go (soit « laisse courir »). Swanson note également qu’Elsa n’a pas de prétendant masculin dans le film, ce qui suffit à ses yeux pour affirmer que le personnage est une lesbienne ! C’est sacrément débile on vous l’accord mais ce n’est rien à côté de la partie sur la zoophilie. Le duo d’animateurs poursuit en s’attaquant à la relation entre Kristoff, l’un des héros du film, et son renne Sven, relation qu’ils jugent « contre-nature ». C’est vrai que Disney n’a jamais été du genre à conter des histoires d’amitié entre humains et animaux… Bref.19538238_20130927115315042

Le meilleur est quand même quand le duo se lance dans l’exposition d’une théorie du complot diabolique. Ecoutez Swanson… « Je me demande si les gens pensent ainsi : « je crois que ce petit film tout mignon va endoctriner mon enfant de 5 ans pour en faire une lesbienne, et traiter l’homosexualité et la bestialité de façon légère. Je me demande si le parent moyen qui va voir La Reine des neiges pense ainsi. Je me demande s’ils rentrent dans le cinéma en se disant « ouais, que mes enfants de cinq et sept ans soient endoctrinés le plus tôt possible. Combien d’enfants sont traînés voir ces choses et combien de chrétiens les emmènent voir La Reine des neiges, produit par une organisation qui est probablement l’une des plus pro-homosexualité de notre pays ? Sans être partisan de la théorie du complot, je me demande s’il n’y a pas quelque chose de maléfique à l’oeuvre. Si j’étais le Diable, qu’est-ce que je ferais pour détruire un système social entier et faire quelque chose de vraiment très très maléfique sur les enfants de 5, 6, 7 ans des familles chrétiennes américaines ? Si j’étais le Diable, j’aurais acheté Disney en 1984″

 

 

Un commentaire à propos de “SELON LUI, « LA REINE DES NEIGES » INCITE À LA ZOOPHILIE ET À L’HOMOSEXUALITÉ !

  1. J’ai vu le film hier et je tire les mêmes conclusions que ce pasteur. (sauf pour la zoophilie c’est un peu poussé là du moins Disney n’est pas fou pour brusquer les choses, une chose en son temps…)

    Il est évident que ce dessin animé cherche à briser les « stéréotypes » du prince et de la princesse, ce qui m’a particulièrement interpelé c’est la mort des parents des 2 princesses au début du film, cela a vite été expédié, puis on fait tomber un voile noir sur leur portrait (tourner une page sur le couple traditionnel, les parents trop conditionnants). A la fin la reine finit sans roi. Comment ne pas voir là une volonté de faire disparaitre le couple homme / femme, au profit d’autres types de parentalités (la famille de trolls qui adopte le petit Krystophe n’en est qu’un exemple et que personne n’a semble-t-il relevé)

    Le troll au début dit également qu’il est facile d’influencer la tête mais non le coeur, juste avant la mort des parents puis la libération de la princesse héritière du trone. Référence aux conditionnements des parents bien évidemment (qui soit disant nous gavent de stéréotypes et nous empêchent d’être vraiment libres et nous mêmes).

    Rappelons le célèbre « il faut arracher les enfants à l’éducation et l’influence de leurs parents », ce film ne transpire-t-il pas cette volonté qui n’est évidemment pas que dans la tête de Vincent Peillon ! Séparer les enfants de leurs parents pour les libérer et leur proposer d’autres formes de familles et de comportements, sans distinction de ce qui est bien ou mal (ça aussi c’était dans la bouche de la jeune reine). C’est bel et bien le sujet de ce Disney !

    Gageons que les prochains disney seront progressivement de plus en plus plongés dans ce genre d’idéologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.