MONSTER BOY de Jang Hoon-hwan
Critique – Sortie DVD/Blu-ray

Partagez cet article
0 votes

12815-productMondo-mètre
note 6 -10
Carte d’identité :
Nom : Hwayi
Père : Jang Hoon-hwan
Date de naissance : 2013
Majorité : 29 octobre 2014
Type : Sortie DVD, Blu-ray, VOD
Nationalité : Corée du Sud
Taille : 1h27 / Poids : NC
Genre : Thriller, Polar, Drame

Livret de famille : Kim Yoon-seok (Seok-tae), Jin-woong Jo (Ki-tae), Yeo Jin-gu (Hwayi), Hyeong-seong Jang, Seong-gyoon Kim, Hae-jun Park…

Signes particuliers : Un nouveau polar coréen sombre et violent, à la fois classique et original dans son approche. Ses nombreuses pistes et idées disparates en atténuent un peu l’impact mais Monster Boy reste nerveux et efficace.

LE POLAR HARD-BOILED SUD-CORÉEN DU MOMENT

LA CRITIQUE

Résumé : Hwayi mène une vie paisible avec ses cinq pères, de redoutables tueurs… Enfant, ils lui ont appris le maniement des armes et l’art de tuer un homme de sang-froid… Mais lors de sa première mission, Hwayi découvre que ses pères ne sont peut-être pas ceux qu’ils prétendent être…12819 L’INTRO :

Monster Boy (ou Hwayi en version originale, ou encore Hwayi : A Monster Boy à l’international) est le nouveau film du réalisateur Joon-Hwan Jang, cinéaste que l’on avait découvert en 2003 avec le déjanté Save the Green Planet. Devant la caméra, peu de têtes très connues (même si certaines le sont davantage en Corée) à l’exception de l’excellent Kim Yoon-seok, que les amateurs de cinoche asiatique auront pu voir briller dans The Chaser, The Murderer ou The Thieves. Présenté comme la nouvelle bombe venue de Corée du Sud au Festival de l’Étrange parisien (où il était en compétition), Monster Boy s’est même vu (glorieusemen)t comparé à Old Boy !monster boyL’AVIS :

De premier abord, Monster Boy a tous les oripeaux typiques du polar à la sauce coréenne. Une histoire sombre et torturée, un récit froid et désenchanté, un esthétisme réaliste très léché, des fulgurances hard-boiled saisissantes… Pourtant, malgré son ancrage dans un sous-genre à la mode très codifié, le film de Joon-Hwan Jang surprend par un récit affichant plusieurs idées et directions à l’entremêlement étonnant. La base reste celle du polar à la violence frontale (c’est sud-coréen, ne l’oublions pas), mais Monster Boy s’apparente aussi au drame tragique et s’ouvre même sur le surnaturel, d’où le « monster » du titre. Joon-Hwan Jang fait preuve d’ambition et cherche à livrer un nouveau film de genre mais empruntant sa voie propre plutôt que suivant celles de ses (très) nombreux prédécesseurs.hwayi

Le résultat est à la fois séduisant et maladroit. On en retiendra une fois de plus ce souci d’une mise en scène soignée et percutante, cette atmosphère de lyrisme crépusculaire, cette quête d’un récit brut, condensé, et efficace et cette nervosité à la fois narrative et rhétorique offrant un thriller sec et rugueux reposant sur une quête identitaire dévastatrice observant la transformation d’un adolescent aux allures d’agnelet touchant, en monstre terrifiant et furieux. Monster Boy est bourré de qualités et aurait pu effectivement devenir la « nouvelle bombe » venue du pays du matin calme. Sa puissance et son effet sont seulement contrariés par son déroulé un peu foutraque, emboîtant maladroitement ses nombreuses pistes. A trop vouloir sur-écrire son scénario, Monster Boy finit par en perdre de vue sa vigueur radicale, pour tomber dans une forme de fébrilité qui en atténue l’impact viscéral. Reste un bon film, à la solidité parfois éprouvée, mais qui tient sur ses jambes le temps de traverser la tempête, pour au final, faire mal.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.