MARIE-FRANCINE de Valérie Lemercier : la critique du film
Sortie cinéma

Partagez cet article
0 votes

marie-francine_film_affichenote 3.5 -5

Carte d’identité :
Nom : Marie-Francine
Père : Valérie Lemercier
Date de naissance : 2016
Majorité : 31 mai 2017
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h40 / Poids : NC
Genre : Comédie

Livret de famille : Valérie Lemercier, Hélène Vincent, Denis Podalydès, Patrick Timsit, Philippe Laudenbach…

Signes particuliers : Une comédie romantique drôle et inspirée.

VALÉRIE LEMERCIER REVIENT EN GRANDE FORME !

LA CRITIQUE DE MARIE-FRANCINE

Résumé : Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents… … à 50 ans ! Infantilisée par eux, c’est pourtant dans la petite boutique de cigarettes électroniques qu’ils vont lui faire tenir, qu’elle va enfin rencontrer Miguel. Miguel, sans oser le lui avouer, est exactement dans la même situation qu’elle. Comment vont faire ces deux-là pour abriter leur nouvel amour sans maison, là est la question… Marie-Francine

L’AVIS DE RAPHAËLA :

Valérie Lemercier repasse derrière la caméra le temps d’un film. Et après quelques essais très mitigés ces dernières années (voir l’échec de 100% Cachemire), c’est avec un peu d’appréhension que l’on retrouvait la femme aux mille casquettes. Dans cette comédie romantique de « quinqua » à la française, tout ou presque avait de quoi faire peur, en tout cas sur le papier. Une femme larguée par son mari et virée de son job, contrainte de retourner vivre chez ses parents à 50 ans ? Déjà vu récemment dans le film d’Eric Lavaine : Retour chez ma mère. Patrick Timsit en prince charmant ? A priori pas le meilleur choix…MARIE FRANCINEMarie-Francine pourrait donc en refroidir plus d’un, et pourtant… UNE RÉUSSITE ! On rit du début à la fin des maladresses de cette femme, qui incarne parfaitement les problématiques auxquelles seraient confrontées n’importe quelle grande « femme » forcée de se plier à nouveau aux règles et aux humiliations parentales à cinquante ans. Pour parler des parents justement, ils sont magnifiquement interprétés par Hélène Vincent et Philippe Laudenbach, bourges à mourir, drôles à pleurer. Des enfants de Marie-Francine à son ex-mari, tous les personnages sont justes, ironiques, cyniques. Cette comédie romantique à la française tient tout à fait ses promesses. Plusieurs idées géniales, comme par exemple celle de se dédoubler pour créer une jumelle parfaite et parfaitement coincée, un peu radine sur les bords de surcroît, et un Patrick Timsit presque sexy en cuistot amoureux ! L’humour de Valérie Lemercier est d’une justesse et d’une finesse rare et l’humoriste-actrice-réalisatrice signe un film tout à fait dans l’air du temps, une illustration de l’époque dans laquelle on vit, une époque entre rire et larmes, même si dans le film de Valérie Lemercier, c’est le rire qui triomphe, brillamment.

Par Raphaëla Louy

marie-francine_3———————-

L’AVIS DE NICOLAS :

Si elle a ses fans, on pourra quand même avouer que le cinéma de Valérie Lemercier en tant que réalisatrice n’a jamais été vraiment d’une formidable excellence. Quadrille, Le Derrière, Palais Royal ou encore le médiocre 100% Cachemire, rien de bien convaincant jusque-là. Mais avec Marie-Francine, sa cinquième réalisation, la donne change enfin, la frétillante Lemercier signant probablement son meilleur film à ce jour. Brossant le portrait d’une quinqua contrainte de retourner vivre chez ses parents après une rupture et un licenciement, Marie-Francine s’est fait doubler dans l’idée, par le Retour chez ma Mère d’Eric Lavaine. Le film arriverait-il du coup, trop tard ? Non. Pour la simple et bonne raison qu’il est bien meilleur !marie-francine_1Sans crier au chef-d’œuvre, car le film cumule une petite série de défauts qui le font un peu descendre de son piédestal, Marie-Francine est néanmoins une comédie très réussie, qui rappelle que Valérie Lemercier a du talent à revendre, surtout quand elle s’appuie sur ce qu’elle sait faire de mieux : croquer des personnages avec un ton gentiment moqueur, s’amuser des clichés sur les bobos coincés, ou écrire des lignes de dialogues à l’humour ravageur. Marie-Francine réunit tout cela dans une joyeuserie truculente, qui déploie un imparable arsenal prêt à faire pleuvoir le rire sur les salles de cinéma françaises. Tout n’est pas drôle dans Marie-Francine, quelques rares scènes sont même particulièrement ratées et à la limite du grotesque, mais dans l’ensemble, la nouvelle comédie de Valérie Lemercier fait mouche au-delà des attentes, grâce à une multitude de bonnes idées qui lui permettent de constamment maintenir la pression sur les zygomatiques. A commencer par la qualité de ses personnages secondaires, tous remarquablement écrits et à mourir de rire. Des parents friqués, emblématiques de la bourgeoisie coincée du XVIème arrondissement, à l’ex-mari coureur de jeunettes formidablement bien incarné par Denis Podalydès, en passant par l’hilarante amie black grande gueule (Nadège Beausson-Diagne) ou la sœur jumelle (Lemercier dans un double rôle), la galerie qui anime la toile de fond du film est magique de drôlerie, et c’est essentiellement par eux que le meilleur se déverse sur cette comédie romantique qui n’oublie pas d’être justement… romantique. Notamment, par l’entremise de Patrick Timsit, surprenant en séduisant chef cuisto. Si l’acteur a un peu de mal à être toujours très juste dans son jeu, on sent une telle envie de bien faire, que l’on finit par céder sans trop résister à son sourire rieur et à son charisme émouvant.

Bref, inutile de s’étendre des kilomètres, avec son sympathique cynisme et sa joyeuse méchanceté inoffensive, Marie-Francine est tout simplement une comédie traversée de grands moments de facétie, en plus de mettre à l’honneur un âge trop souvent oublié par le genre. Un très bon moment, inégal dans l’ensemble, mais convaincant.

Par Nicolas Rieux

BANDE-ANNONCE :

2 commentaires à propos de “MARIE-FRANCINE de Valérie Lemercier : la critique du film
Sortie cinéma

  1. « On voudrait croire à ce coup de foudre, mais c’est difficile. Problème de scénario, de montage, de comédiens, de mise en scène, de talent. Un peu de tout à vrai dire »

    En effet les personnages sont de véritables caricatures …. Marie Francine qui est quand même une chercheuse, pourquoi est elle si godiche ???? La mère qui réveille sa fille de 50 ans avec des marionnettes !!! le père qui est déguisé pour écrire son bouquin !!!

    NON franchement je suis horriblement déçue en sortant de ma séance de cinéma. Le sujet était pourtant, malheureusement d’actualité, car beaucoup de personnes sont obligés, aujourd’hui, de retourner vivre chez leurs parents … mais le flm n’est vraiment pas crédible !

    Sur le même sujet j’avais été voir « Retour chez ma mère » avec Alexandra Lamy et Josiane Balasko et j’avais ADORE ! et d’ailleurs je m’étais vraiment identifié à Alexandra Lamy et vraiment imaginer avec ma mère ….

  2. ·
    Et que fait-on quand on s’appelle soi-même Marie-Francine ? On a au moins droit à une entrée gratuite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.