LOLA ET SES FRERES de Jean-Paul Rouve : la critique du film
sortie cinéma

Partagez cet article
13 votes

[Note spectateurs]

Carte d’identité :
Nom : Lola et ses frères
Père : Jean-Paul Rouve
Date de naissance : 2018
Majorité : 28 novembre 2018
Type : Sortie en salles
Nationalité : France
Taille : 1h30 / Poids : NC
Genre
: Comédie dramatique

Livret de famille : Ludivine Sagnier, José Garcia, Jean-Paul Rouve, Ramzy Bédia

Signes particuliers : La nouvelle petite douceur de Jean-Paul Rouve présentée en ouverture du festival d’Angoulême 2018.

UNE ODE A LA FAMILLE

LA CRITIQUE DE LOLA ET SES FRERES

Synopsis : Lola a deux frères : Benoit, qui se marie pour la 3ème fois, et Pierre, qui débarque en retard au mariage… Excuses, reproches, engueulades, brouilles, chacun essaye de vivre sa vie de son côté. Benoit va devenir père sans y être prêt. Lola fait la rencontre de Zoher alors qu’elle s’occupe de son divorce. Quant à Pierre, ses problèmes professionnels s’enveniment. Tout dans leur vie devrait les éloigner, mais ces trois-là sont inséparables.

Quatre ans après Les Souvenirs, Jean-Paul Rouve repasse derrière la caméra pour Lola et ses Frères, une nouvelle comédie dramatique coécrite avec le romancier David Foenkinos qui creuse encore la thématique de la famille, ici scrutés à travers l’histoire d’une fratrie composée de Ludivine Sagnier, José Garcia et Rouve lui-même. Lola, c’est une belle avocate qui peine à trouver l’amour, et alors que les années passent son rêve d’être mère s’éloigne. Autour d’elle, ses deux frères très protecteurs. D’abord Pierre, divorcé avec un fils à charge, qui sombre dans ses problèmes de boulot. Puis Benoît, opticien qui vient de se marier et qui panique en apprenant qu’il va être père sans y être préparé. Dans la vie, tout pourrait éloigner ce trio aux vies très différentes et pourtant, dans la réalité rien ne semble en mesure de les séparer.

Dans la lignée de son précédent film, Lola et ses Frères est du pur Jean-Paul Rouve dans l’âme. Un cinéma fait de beaux sentiments, de sincérité d’âme, de justesse d’observation et de délicatesse du regard. Un cinéma drôle aussi, mais qui n’échappe pas à une tonalité dramatique car ainsi va la vie, avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines, ses rires et ses larmes. Comme à son habitude, Jean-Paul Rouve s’appuie sur une intrigue simple et plus ou moins chorale, dans laquelle tout un chacun pourra se reconnaître. Et comme à son habitude, c’est avec un doux parfum de poésie humaine que l’acteur-réalisateur appréhende son histoire universelle, sans jamais tomber dans la naïveté ni dans l’excès de mièvrerie. Car comme avec Les Souvenirs, Rouve maîtrise son sujet parlant de famille dysfonctionnelle et de la force des liens fraternels, et le cinéaste ne confond jamais portrait et caricature. Porté par un équilibre soigné (rayonnante Ludivine Sagnier, formidables José Garcia et Ramzy), on rit beaucoup, on pleure un peu, et l’on a surtout envie de dire à nos proches qu’on les aime une fois le film terminé. En un sens, c’est ça le cinéma de Jean-Paul Rouve, un cinéma doux-amer, fédérateur, rieur mais aussi un peu mélancolique, un cinéma qui appelle à l’innocence et à l’optimisme, et dont l’humilité fait du bien et donne du baume au cœur. Et de film en film, Jean-Paul Rouve de s’imposer comme une sorte de Claude Sautet, ou plutôt de fils spirituel de Claude Berri, mais avec la comédie chaleureuse comme moyen d’expression.

BANDE-ANNONCE :

Par Nicolas Rieux

Une réponse à “LOLA ET SES FRERES de Jean-Paul Rouve : la critique du film
sortie cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.