LE NOM DES GENS (critique)

Partagez cet article

Mondo-mètre :

Carte d’identité :
Nom : Le Nom des Gens
Père : Michel Leclerc
Livret de famille : Jacques Gamblin (Arthur Martin), Sara Forestier (Bahia), Zinedine Soualem (Mohamed), Carole Franck (Cécile), Jacques Boudet (Lucien), Michèle Moretti (Annette)…
Date de naissance : 2010
Nationalité : France
Taille/Poids : 1h44 – 3,2 millions €

Signes particuliers (+) : Une comédie tendre et fantaisiste d’exception, petit bijou de l’année 2010, alliant intelligence du fond et efficacité de la forme avec son humour ravageur. Emmené par un duo ravissant, d’ores et déjà un classique de la comédie française des années 2000.

Signes particuliers (-) : x

 

RETENEZ LE NOM DE CE FILM !

Résumé : Arthur Martin est un homme comme les autres, le français moyen par excellence, quarantenaire discret, rangé, timide, à la vie calme partagée entre ses parents et son boulot. Bahia Benmahmoud, elle, est une fille d’immigrée délurée, extravagante et extravertie. Ne tenant pas en place, elle a pour engagement de coucher avec les militants d’extrême-droite pour les convertir à la gauche par le sexe. La rencontre de ses deux univers ne pouvait que provoquer des étincelles…

Enième comédie française sortant sur les écrans, Le Nom des Gens a tout pour participer à ce qu’il y a de plus détestable dans notre cinématographie hexagonale : l’overdose d’un genre saturé, souvent mauvais, formaté pour les futurs passages télé, éculant cliché sur cliché sans jamais être drôle.

Mais voilà, il est des fois où des surprises vont souffler comme un vent d’air frais rafraîchissant ce morne paysage blasant où le cynisme malheureusement inhérent à la réalité nous pousse à l’adage : « encore une pathétique comédie française ». Le Nom des Gens est de celles-là. S’appuyant sur un duo épatant et étonnant pour une comédie romantique, d’un côté un Jacques Gamblin quadragénaire mûr et introverti et de l’autre la jeune, pimpante et fringante Sara Forestier, le film de Michel Leclerc va s’avérer être non seulement une bonne comédie hilarante mais bien plus que cela, un film profond d’une rare intelligence pour le genre, dépassant largement le carcan de son registre. Personnages truculents, situations cocasses, dialogues à mourir de rire, intelligence de l’écriture et de la narration, profondeur du discours, tout participe de faire du Nom des Gens un modèle, presque un chef d’œuvre dans son domaine et en tout cas, l’un des meilleurs films de l’année et du genre en lui-même depuis fort longtemps.

Car au-delà de la comédie aux allures romantiques, Leclerc s’octroie le droit d’une politisation féroce, d’une dénonciation de l’extrémisme, du racisme, de la stupidité humaine face aux faux jugements hâtifs et aux préjugés. mettant face à face deux personnages que tout oppose, brillamment écrit avec inspiration, va s’ouvrir sous nos yeux un subtil jeu mêlant séduction et débats enflammés sur des sujets lourd que le réalisateur arrive à effleurer, à évoquer toujours avec une drôlerie jubilatoire. Sans jamais baisser de niveau (chose rare dans les quelques comédies réussies), Le Nom des Gens va jouer habilement sur les contrastes entre sujets lourds et graves et dérision décalée pour nous permettre de saisir à vif une peinture de notre société actuelle de façon ludique et divertissante en se permettant de nous renvoyer au débat alors en vigueur à sa sortie : la question des origines et de la fameuse identité nationale chère à un certain gouvernement sur lequel le film tire à boulets rouges avec courage et mordant. Émouvant, amusant, hilarant et profondément engagé à gauche, Le Nom des Gens réconcilie cinéphilie et comédie française par sa justesse de ton, sa poésie et c’est avec délectation que l’on se prend à profiter de cette fable tantôt légère tantôt pertinente, donnant matière à réfléchir dans son atmosphère tendrement folle et décalée. Jouissif et corrosif !

Bande-annonce :

AVEZ-VOUS VU ? :

2 commentaires à propos de “LE NOM DES GENS (critique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.